Si vous n’avez jamais partagé une maison avec un chat d’intérieur, vous n’avez jamais connu l’état de chat à son extrême – la démence féline domesticus – sinon connu en termes profanes comme l’adolescence du chat à la maison. Dans de telles conditions, les chatons devraient vraiment être accompagnés d’un avertissement.

Tous les chats passent par là, mais pour ceux qui vivent leur vie entièrement confinés à regarder le monde extérieur uniquement à travers une vitre ou un écran, l’intensité de la phase d’adolescence est multipliée par mille. Pendant les périodes de pointe, l’amplitude est presque insupportable.

Pour cette période de l’adolescence, un chat souffre d’une crise d’identité et d’une forme de folie. Elle correspond à toutes les descriptions cliniques : un écart manifeste par rapport à la réalité, des changements de personnalité dramatiques et spontanés, une tendance à glisser dans un état délirant (hallucinations et autres) et un mépris flagrant des mœurs sociales.

À ce stade, le jeune félin semble avoir une incapacité à s’engager dans un tempérament. Elle oscille donc entre une réserve pompeuse, une docilité attachante et des accès de malveillance aliénants. Bien que l’âge varie d’un chat à l’autre, la phase commence environ trois mois après le passage de la nourriture pour chaton à la nourriture pour chat adulte, où ils ont un corps de gros chat mais l’esprit d’un enfant humain de deux ans.

Vivre entièrement à l’intérieur ne fait que compliquer les choses, car cela perturbe la cartographie interne de Kitty. Par exemple, les chats savent instinctivement qu’ils sont des souverains. Qui sont leurs sujets ? Les précieuses années de jeunesse leur donnent cette information. Les chats qui font l’expérience du monde extérieur apprennent rapidement leur domaine sur les “petits éléments” : autres chats, oiseaux, rongeurs, chiens et, en fait, toutes les autres créatures vivantes. Cette supériorité fait de lui un chat heureux et satisfait de lui-même.

Pouvez-vous emmener votre chat dans les mobil-homes et les camping-cars ?

En revanche, les chats d’intérieur s’attaquent à des objets tels que les fils de tapis inégaux, les bouchons de bouteilles de vin, les lacets de chaussures, les bourres de papier, les boucles d’oreilles des sacs poubelles, etc. Finalement, le chat réalise sa domination sur le monde, car il sait que c’est une aberration de la nature qui lui est imposée.

Ne reconnaissant pas les avantages de la sécurité que lui procurent ses conditions de vie, elle se rebelle. Une partie de cette immaturité adolescente se révèle à travers sa mission, ponctuelle ou non, qui consiste à pousser ses compagnons humains à la folie. Pourtant, dans cette entreprise, elle est consciencieusement déchirée car la survie exige qu’elle reste dans les bonnes grâces de ceux qui achètent la nourriture pour chats. Ainsi, on peut facilement voir d’où vient le conflit interne.

Kitty est coincé dans un double jeu. Pour être fidèle à sa nature, elle doit dominer. Pour être nourrie, elle doit se subordonner. Dominer ou subordonner ? Elle vacille et l’indécision la rend folle. Ainsi, comme si une patte errante se frayait un chemin dans une prise électrique, elle traverse la maison à la vitesse de l’éclair, en faisant des bruits désagréables, puis en se laissant tomber pour se reposer à volonté. Elle semble tirer une grande satisfaction des actes de destruction qu’elle commet, par exemple en se préparant à courir dans le collant porté par sa colocataire d’un seul coup de griffe ou en faisant obstacle aux rituels domestiques normaux, comme faire le lit.

Comment comprendre le langage des chats

Grâce à mes recherches approfondies sur le sujet, bien qu’anecdotiques (ma propre expérience et des entretiens avec d’autres personnes qui partagent leur foyer avec un chat d’intérieur), j’ai constaté que ce phénomène (la psychose) est très répandu. Il semble s’aggraver à l’adolescence, il atteint un pic puis se stabilise et commence à s’atténuer vers l’âge de deux ans. Il se manifeste sporadiquement, par de petites poussées qui diminuent tout au long de la vie adulte jusqu’à ce que le chat ne puisse plus être dérangé.

Aussi déconcertant que cela puisse être, il n’existe aucun remède aux symptômes de la phase adolescente du chat : les fientes sont impensables et les sprays ne fonctionnent pas sur les chats qui aiment l’eau (comme le mien). Mais, si vous avez un chat dans cette phase exaspérante de la vie féline, tout ce que vous pouvez faire est de vous asseoir, de vous retenir et d’espérer que rien ne se brise – laissez la phase suivre son cours.

Vous pouvez toujours vous enfermer dans une pièce pour vous évader de tout cela. Cependant, soyez averti. Elle sera bientôt à la porte avec des cris d’agonie et une patte qui sonde dans le coin de la porte, se demandant avec colère ce que vous faites là-dedans et pourquoi elle n’a pas été invitée.

N’oubliez pas que vous avez un moyen de pression pour assurer une meilleure part de bonne conduite. C’est la seule chose dont elle a besoin plus que tout – votre adoration complète et inconditionnelle. Sachez cependant que les chats, n’ayant aucun sens génétique de l’humilité, n’admettront jamais avoir besoin d’autre chose que d’une souveraineté totale.

Abri d'urgence pour chats errants ou sauvages par temps froid

Elle a peut-être fait tomber de la vaisselle du comptoir, puis a traversé la maison pour échapper à la punition, a mis ses dents dans vos documents commerciaux importants, a mâché votre ordinateur et vos fils téléphoniques, a grignoté des boutons de votre chemise, a arraché le dos de vos livres et a déchiqueté le papier toilette en morceaux. Vous devez lui rappeler la seule chose qu’elle ne pourra jamais obtenir dans ce vaste monde très sauvage et dangereux qui se trouve par la fenêtre : la véritable dévotion d’un être humain.

Prenez-la dans vos bras, caressez-la avec amour et parlez-lui doucement. Chatouillez sa mémoire et soumettez sa volonté avec cette affection. Faites-lui savoir à quel point vous êtes privilégié de pouvoir compter sur sa présence dans la maison. Qu’en fin de compte, supporter ses accès de folie frénétique n’est rien en comparaison de la folie totale que vous éprouveriez si elle ne faisait pas partie de votre vie.

Ensuite, si elle ne s’est pas encore arrachée de vos bras, reposez-la et laissez-la retourner à ses affaires, à son métier de chat.