Sélection des races ovines pour votre petite exploitation

On estime qu’il existe 50 races de moutons rien qu’en France et plus de 1 000 dans le monde entier. Si vous essayez de décider quel type de mouton convient le mieux à votre petite ferme ou à votre ferme de loisirs, l’information peut être un peu écrasante !

La première chose à prendre en compte lors de la sélection des moutons est peut-être aussi la plus simple : du poil ou de la laine ? La plupart des races de moutons à laine doivent être tondus (leur laine est coupée) au moins une fois par an, tandis que les moutons à poil n’ont pas besoin d’être tondus. Certaines races de moutons à laine perdent leur propre laine, tandis que d’autres ont absolument besoin d’un coup de main. Donc, si vous n’êtes pas prêt à apprendre à tondre ou à dépenser de l’argent pour que quelqu’un le fasse pour vous, alors une race de moutons à poils sera votre choix évident !

Autres considérations :

  • Vous voulez élever des agneaux pour le marché ou pour la maison ?
  • Vous voulez vendre (ou filer votre propre laine) ?
  • Vous voulez élever des agneaux qui seront transformés en brebis à des fins de reproduction ?
  • Vous voulez des brebis laitières pour la production de lait, ou des fromages comme la Feta ou le Romano ?
  • Vous voulez montrer des moutons en compétition ?
  • Vous souhaitez élever une race ovine rare à des fins de conservation ?
  • Vous voulez juste quelques moutons de compagnie qui vous aideront à tondre l’herbe ?

Vous devez répondre à toutes ces questions, puis commencer vos recherches sur les races ovines. J’espère que ce guide vous aidera à éclairer le sujet, car je vous présente mes cinq meilleures sélections de races de moutons pour diverses utilisations dans la petite ferme.

Barbados Blackbelly : La race capillaire en voie de disparition

  • Type de fibre : Cheveux
  • Objectif : Viande et préservation génétique / conservation des races rares
  • Taille : Petite/Moyenne
  • Prolifique( ?): Oui
  • La rusticité : Extrêmement rustique

Le mouton à ventre noir de la Barbade a évolué sur l’île de la Barbade, comme son nom l’indique. Ils descendent de croisements de moutons à poils africains et de moutons à laine européens, remontant au 17e siècle. Ces moutons à poils ne sont pas des reproducteurs saisonniers, contrairement à la plupart des autres types de moutons, ce qui signifie que les brebis auront des cycles de chaleur tout au long de l’année. La reproduction non saisonnière peut permettre plus d’une récolte d’agneaux par an, et les brebis sont prolifiques, produisant généralement des jumeaux ou même des triplés.

La Barbade est une race de mouton poilu quelque peu obscure, avec un petit poids adulte, qui n’a pas beaucoup retenu l’attention des éleveurs commerciaux et qui risque donc d’être placée sur la liste des espèces de bétail menacées. Je suis cependant heureux de vous annoncer que la demande de moutons à poils a augmenté en France ces derniers temps, et que ces animaux font donc lentement leur retour.

Parmi les caractéristiques notables et souhaitables de la Barbade, citons la résistance aux maladies, la tolérance aux différents climats (particulièrement chauds et humides, y compris les climats froids), la capacité à tolérer une charge de vers plus élevée que les autres types de moutons et des compétences en matière de recherche de nourriture nécessitant peu d’entretien.

Cette race est certainement utile au petit fermier ou à l’éleveur de bétail en tant que producteur de viande facile à entretenir, et sa génétique unique la rend précieuse tant pour les croisements que pour la préservation de la race.

La Frise orientale : la variété laitière

  • Type de fibre : Laine de qualité moyenne
  • Objectif : Produits laitiers
  • Taille : Grand
  • Prolifique( ?): Très
  • La rusticité : Pas rustique

Bien que je n’aie aucune expérience personnelle avec les moutons de la Frise orientale, j’ai voulu les inclure dans cette liste parce qu’ils sont le choix des brebis laitières. Les élevages commerciaux de brebis laitières utilisent généralement un croisement à 50 % de la Frisonne, parce que cette race n’est pas très rustique et s’adapte mal à des environnements différents de celui dans lequel elle a évolué.

Race ovine indigène néerlandaise : Moutons de la lande de Drenthe (Drents Heideschaap)

Cela étant dit, on rapporte que dans les petits troupeaux, les Frisons de race pure se débrouillent très bien. Ils ne sont pas faciles à élever, mais cela ne nous dérange pas, nous les petits agriculteurs et les fermiers, car nous avons le temps et l’énergie de nous occuper individuellement de nos animaux.

Les Frisons produisent jusqu’à trois fois plus de lait par lactation que les autres races de moutons, une caractéristique pour laquelle ils ont été élevés. Leur lait est excellent pour la production de nombreux types de fromages, et comme le lait cru et biologique gagne en popularité en France, il en sera de même pour le lait de brebis. En fait, les Frisons ne sont arrivés en France que dans les années 1990, mais leur popularité et leur production n’ont cessé de croître depuis lors. On les trouve dans les fermes du Midwest et le long de la côte est jusqu’en Nouvelle-Angleterre.

Le petit fermier ou le chef de famille intéressé par l’élevage de brebis laitières serait bien avisé d’envisager l’achat d’un ou deux Frisons, même si le projet est de croiser le mouton avec une autre race. Sachez simplement que pour produire tout ce lait supplémentaire, cette race de brebis a besoin d’une alimentation supplémentaire pendant la lactation. Personnellement, je ne garderais pas de brebis de race Frisonne orientale dans ma ferme en raison de son manque général de rusticité ; mais là encore, la production de lait ne m’intéresse pas. Si c’était le cas, je voudrais une Frisonne. Pour préserver la qualité laitière du Frison tout en évitant le manque de rusticité de l’animal, je le croiserai probablement avec une race plus rustique comme le Lacaune ou le Cheviot.

Merino : Un mouton en laine qui a fait ses preuves

  • Type de fibre : Laine fine de haute qualité
  • Objectif : Laine, concours de spectacles
  • Taille : Moyen/petit
  • Prolifique( ?): Oui
  • La rusticité : Bon

Le mérinos est célèbre dans le monde entier pour sa laine douce, fine et de qualité supérieure. Si vous avez déjà acheté des vêtements de sport ou tout autre vêtement en laine haut de gamme, il est probable qu’ils soient tissés en laine Mérinos.

Docile de nature, la plupart des Mérinos sont sondés (pas de cornes), font de bonnes mères et sont des animaux assez robustes et adaptables. Ils sont élevés pour la production de laine et n’atteignent pas le poids du marché aussi rapidement que les moutons élevés pour la viande. Cet auteur pense qu’ils ont l’un des plus beaux visages de tous les moutons, mais ce n’est pas la question.

Le mouton Mérinos est également une race populaire à utiliser dans les expositions d’ovins de compétition, et un standard de race spécifique peut être localisé par une simple recherche Google. Pour le petit agriculteur ou l’éleveur familial, le mouton Mérinos est un bon choix pour la production de viande à domicile car il est facile à élever. Bien que les agneaux n’atteignent pas le prix du marché aussi rapidement que ceux d’autres races, les petites exploitations peuvent certainement se permettre de pardonner cette bêtise.

Outre le fait qu’ils doivent être tondus (comme le font presque tous les moutons à laine, quelle que soit leur qualité), ils ne nécessitent pas beaucoup de soins ou de considérations particulières. Et si vous pouvez trouver un vendeur à qui vendre la laine ou la transformer vous-même en produits commercialisables, je parie que vous pouvez tirer suffisamment de revenus de la seule laine pour que les Mérinos puissent au moins payer leur propre entretien.

Polypay : Le type polyvalent

  • Type de fibre : laine de bonne qualité
  • Objectif : Viande, laine
  • Taille : Grande (brebis de plus de 150 lbs)
  • Prolifique( ?): Très, plusieurs cultures d’agneau par an possibles
  • La rusticité : Bon

Le Polypay n’est pas tant une “race” de moutons qu’un type hybride. Il s’agit en fait d’un croisement à quatre voies entre le Finnsheep/Rambouillet et le Dorset/Targhee. Cela semble un peu déroutant, mais en fait, l’histoire du Polypay est que certains producteurs se sont réunis dans les années 1970 et ont décidé de créer un nouveau type de mouton qui répondrait à des demandes spécifiques. Il s’agissait notamment d’avoir deux agneaux par an, une bonne récolte de laine par an, de la robustesse, de bonnes aptitudes au maternage et un poids carcasse élevé. Les participants à l’expérience ont trouvé ces différents traits dans les quatre races de moutons mentionnées ci-dessus et ont entrepris de combiner différentes variations et croisements de ces animaux pour créer le mouton “parfait”.

Comment prendre soin des moutons en tant qu'animaux de compagnie

Je suis en faveur des Polypay (en fait, j’en possède trois) parce qu’ils représentent un phénomène merveilleux connu sous le nom de vigueur hybride. La vigueur hybride se produit lorsque différentes races spécialisées, avec des caractéristiques différentes et spécialisées, sont croisées entre elles. Souvent, les meilleurs et les plus désirables des traits de chaque race impliquée dans le croisement se manifestent dans la descendance.

Ce qui est intéressant, c’est qu’il arrive souvent que, lors de la sélection d’hybrides à des hybrides, ils ne se “reproduisent pas” – c’est-à-dire que les traits qui étaient présents chez les parents cessent d’apparaître dans la progéniture, ou apparaissent à un degré moindre, à un certain moment. C’est le résultat de traits moins dominants qui peuvent avoir été “cachés” dans l’ADN et qui commencent à se manifester à mesure que des traits plus dominants sont reproduits. C’est cool, n’est-ce pas ?

Vous avez sans doute remarqué que j’accorde plus d’importance à la diversité génétique des animaux d’élevage qu’à l’efficacité de la production. Je suis donc l’heureux propriétaire de Polypay, une société de grande taille, robuste et très prolifique. Et j’ai hâte de voir quel genre de croisements et de retours génétiques intéressants je vais obtenir de mes filles.

Pour le petit agriculteur, les Polypays sont un excellent choix de moutons. Ils peuvent se reproduire toute l’année, produire deux agneaux par an, leur laine est assez bonne pour être vendue et les brebis d’un an peuvent se reproduire et produire des jumeaux ou plus. Ils sont faciles à obtenir, faciles à garder en bonne santé, faciles à élever et faciles à vendre.

Le Suffolk : Le mouton à viande populaire

  • Type de fibre : Laine moyenne
  • Objectif : Viande, animaux de reproduction, concours
  • Taille : Très grand
  • Prolifique( ?): Très
  • La rusticité : Bon

Le Suffolk est facilement l’une des races de moutons les plus populaires pour la production de viande. Créé avant le XIXe siècle par le croisement du Southdown, charnu et musclé, avec le Norfolk Horned, rustique et semi-sauvage, le Suffolk a développé des qualités tirées de ses deux races parentales et les a bien combinées.

Les suffolks se distinguent facilement des autres races de moutons par leur laine blanche, leur visage noir et leurs longues pattes noires. Ils sont presque toujours sondés, et les brebis adultes peuvent peser jusqu’à 250 kgs. Grandes et robustes, bonnes mères et prolifiques en plus, il n’est pas étonnant que le Suffolk soit la race de prédilection de nombreux éleveurs pour les moutons à viande. Comme le Mérinos, le Suffolk est aussi un mouton populaire pour les concours.

Que ce soit pour l’agneau ou le mouton à usage domestique ou pour la production d’agneaux à vendre aux clients ou à commercialiser, les moutons du Suffolk seraient un bon complément au troupeau d’un petit fermier ou d’un homesteader. Les producteurs du Suffolk doivent se souvenir d’utiliser régulièrement un vermifuge pour leurs moutons, car ces animaux ne sont pas très performants avec une charge de vers élevée. Il faut également tenir compte du fait que, si les Suffolks adultes se débrouillent généralement très bien dans les pâturages et les fourrages, les agneaux peuvent avoir besoin de céréales supplémentaires pour atteindre rapidement le poids idéal sur le marché. Ce problème peut être contourné en faisant agneler les agneaux plus tôt dans la saison, ou peut simplement être ignoré.

En outre, bien qu’il ait été dit que les Suffolk sont des animaux faciles à élever, je sais de source sûre que ce n’est pas toujours le cas ; vous devriez donc surveiller attentivement vos brebis Suffolk à l’approche de l’agnelage pour éviter les pertes.

Première mention honorable : Les moutons de l’île aux porcs

  • Type de fibre : Laine de qualité moyenne
  • Objectif : Préservation génétique / conservation des races, viande, laine
  • Taille : Petite/moyenne
  • Prolifique( ?): Modérément ; les brebis adultes produisent généralement des jumeaux
  • La rusticité : Extrêmement rustique

Le mouton de Hog Island tire son nom d’une petite île au large des côtes de Virginie. Les ancêtres des moutons de Hog Island ont été amenés sur l’île au 18e siècle, et abandonnés au début du 20e siècle. Les milliers de moutons sont devenus “sauvages” et ont ensuite été retirés de l’île au milieu du XXe siècle, lorsque des groupes de protection de la nature ont estimé que leur présence sur l’île était destructrice pour l’habitat naturel.

Cinq races de chiens inhabituelles de Russie

En raison de son isolement pendant près de deux siècles, le mouton de Hog Island est génétiquement unique, en particulier parmi les races de moutons françaises. En fait, c’est l’une des rares (sinon la seule) race de moutons qui préfère brouter plutôt que de se nourrir, un peu comme une chèvre.

Ce qui rend cette race de mouton si intéressante pour moi, c’est sa capacité à fourrager, et à se développer avec très peu de moyens par rapport aux races de moutons plus commerciales et modernes. Voici un animal qui n’a pas été élevé sélectivement par l’homme pour présenter certaines qualités, telles qu’une excellente laine, un taux de croissance rapide, des naissances multiples, une lactation accrue ou un poids fini élevé. Si tous ces traits modernes peuvent sembler supérieurs, le fait est que d’autres aspects de l’animal souffrent lorsqu’un seul est mis en avant dans les pratiques d’élevage.

Le mouton de Hog Island est un véritable trésor de diversité génétique inexploitée qui, s’il était croisé avec nos races ovines commerciales plus populaires, créerait une vigueur hybride avancée et contribuerait simultanément à “éliminer” certains des problèmes de santé que nous avons créés involontairement.

Mon expérience avec Hog Island Sheep a consisté à croiser un bélier avec des brebis du Dorset (une race à viande lourde). La progéniture présentait un taux de croissance accru sans grain supplémentaire, et pas un seul agneau de ce croisement ne souffrait de diarrhée, de conjonctivite ou de toute autre infirmité. Ces descendants ont été à nouveau accouplés à un bélier de Hog Island, et la génération suivante a présenté des améliorations similaires en termes de taux de croissance et de résistance générale.

Ma petite expérience ne suffit pas à convaincre les grands éleveurs de moutons d’envisager l’île aux porcs, mais en tant que propriétaire d’une ferme et producteur de moutons, vous pouvez être sûr que je vais me donner beaucoup de mal (et probablement de l’argent) pour me procurer quelques moutons de l’île aux porcs afin d’augmenter et de renforcer la diversité génétique de mon troupeau.

Étant donné que l’île de Hog est l’un des moutons les plus gravement menacés au monde, et qu’il n’existe que quelques milliers de spécimens en France, je ne peux qu’espérer que mes efforts seront récompensés et contribueront à préserver ce cache génétique… avant qu’il ne soit perdu à jamais.

Deuxième mention honorable : Le mouton croisé

  • Type de fibre : Variable
  • Objectif : Varie, diversification génétique
  • Taille : Variable
  • Prolifique( ?): Habituellement
  • La rusticité : Habituellement rustique

J’aimerais terminer cet article en criant au “mouton bâtard”, un terme fourre-tout que je vais utiliser pour décrire tout type de mouton non descriptif et non distinct qui pourrait paître dans les pâturages de petites fermes à travers le monde. Ces moutons n’appartiennent à aucune race particulière, et bien que certaines de leurs caractéristiques puissent être reconnues comme provenant de races commerciales populaires (ou en étant à l’origine), ils aident avec succès les petits agriculteurs comme moi à gagner leur vie.

Je comprends pourquoi les grandes exploitations ne s’appuient que sur une ou deux races de moutons pour faire des bénéfices. Avec autant d’animaux, le producteur n’a pas le temps de surveiller de près chaque individu du troupeau. Les exploitations commerciales sont donc constituées d’un pool génétique limité et doivent veiller à ne pas se reproduire trop étroitement sur un trop grand nombre de générations.

Mais le troupeau de moutons bâtards a moins de soucis à se faire. Une plus grande diversité génétique s’accompagne d’un plus grand potentiel de caractères désirables, ainsi que de caractères indésirables. Heureusement, le petit éleveur dispose d’un nombre d’animaux suffisant pour pouvoir garder un œil sur les choses et s’assurer que les animaux moins que désirables ne sont pas gardés comme reproducteurs.

Les moutons mutants sont moins susceptibles d’avoir des caractéristiques nuisibles dans leur troupeau, comme la cécité, la boiterie, une propension aux cancers ou aux kystes, la surdité, ou une faible tolérance aux maladies ou aux vers. Et puisque la variété est, comme on le dit, le piment de la vie, un troupeau de moutons monosyllabiques avec leurs couleurs assorties, leurs tailles et poids identiques et une progéniture tout à fait prévisible n’est-il pas un peu ennuyeux ? Je vais tenter ma chance avec les croisements et les bâtards, et je ne manquerai pas de vous faire savoir comment ça se passe.