Notre planète est une grande boule de mystère. Des millions d’animaux errent sur la terre et un certain nombre d’entre eux restent encore à découvrir ou à documenter. Alors que nous pensons avoir appris tout ce que nous pouvons sur les animaux, une nouvelle espèce ou un nouveau genre semble nous prendre au dépourvu. Parfois, nous prenons soudain conscience de traits et de comportements qui n’auraient pas dû être possibles au départ. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre et à découvrir sur les membres du règne animal.

L’une des découvertes rapportées est l’incidence du syndrome de Down chez les chats. Bien que cette affirmation doive faire l’objet d’une enquête scientifique plus approfondie et d’une validation, des photos de chats atteints du syndrome de Down ont fait leur apparition dans le cyberespace et ont divisé l’opinion publique.

Les félins sont des animaux uniques et intéressants. Ils peuvent être très différents des autres animaux de compagnie, dégageant souvent une aura de fierté et de majesté. Les chats sont très intelligents et ont tendance à être plus indépendants que les chiens.

Leur apparence est également très distincte. Même s’ils appartiennent à des races différentes, ils ont tendance à avoir à peu près le même aspect, leurs yeux de félin et leurs oreilles éveillées sont tout à fait cohérents, même avec leurs parents plus grands.

Les chats peuvent-ils avoir le syndrome de Down ?

Il existe cependant de rares cas où certains chats ne possèdent pas l’apparence glorieuse que partagent la plupart de leurs espèces. Ils ne se comportent pas non plus comme le feraient des chats normaux. Certains propriétaires appellent ces différences de comportement et d’apparence le syndrome de Down félin. Mais, les chats peuvent-ils être atteints du syndrome de Down ? Que savons-nous des chats ?

Il y a plus de questions que de réponses. La probabilité n’est pas tout à fait impossible, mais tant que des preuves supplémentaires n’auront pas été présentées, une grande partie de cette affirmation restera une conjecture.

Qu’est-ce exactement que le syndrome de Down félin ? Peut-être l’une des choses suivantes :

Juste une façon pour les gens de justifier le comportement bizarre de leur chat

Une anomalie similaire à celle du syndrome de Down chez l’homme

Un tout nouveau désordre

Le syndrome de Down chez l’homme

Le syndrome de Down, ou DS, est un trouble génétique chez l’homme causé par la présence d’une partie supplémentaire ou d’un chromosome entier dans la vingt-et-unième paire. Il est également connu sous le nom de trisomie 21.

L’irrégularité du nombre de chromosomes donne aux personnes atteintes du syndrome de Down des caractéristiques physiques distinctes, comme des yeux obliques, un cou court, des oreilles externes anormales, un menton petit mais une langue large, et un seul pli sur la paume. Ce ne sont là que quelques-unes des caractéristiques physiques les plus courantes – notez que tous les cas ne présentent pas ces traits physiques distincts.

Les personnes atteintes du syndrome de Down ont également un faible tonus musculaire et un retard de croissance. Leur apparence physique n’est pas la seule chose qui est rabougrie, mais leur capacité mentale est également altérée. En moyenne, les adultes trisomiques ont un QI de cinquante, ce qui équivaut aux capacités mentales d’un enfant de huit ou neuf ans. Bien que les effets de l’anomalie varient d’une personne à l’autre, les personnes atteintes du syndrome de Down ont généralement tendance à se développer plus tard et plus lentement que leurs homologues normaux.

Les personnes atteintes du syndrome de Down présentent également des risques plus élevés pour la santé que celles qui ne souffrent pas de l’anomalie chromosomique. Parmi les problèmes de santé associés au syndrome de Down, on peut citer les troubles de la vision, les maladies cardiaques, les problèmes gastro-intestinaux et un risque accru d’infertilité.

Caractéristiques du syndrome de Down félin

Les chats qui souffriraient du syndrome de Down félin ont les yeux ronds et larges, alors que les yeux plus rapprochés et légèrement inclinés sont normalement associés aux félins. Au lieu d’avoir des oreilles pointues et alertes, ils ont des oreilles rabougries qui peuvent sembler tombantes. Leur nez, au lieu d’apparaître gracieusement pointu, a l’air renversé et en forme de bouton. La forme de leur visage peut également sembler légèrement décalée.

Les félins chez qui on diagnostique le syndrome de Down ont également un comportement anormal par rapport aux autres chats. Les chats sont connus pour être très agiles et gracieux, mais ceux qui sont atteints du syndrome de Down se déplacent assez maladroitement et de façon bancale. Ils ont une mauvaise coordination et peuvent se cogner et tomber constamment. Ils développent également des habitudes bizarres comme s’asseoir ou miauler différemment.

La façon dont ils socialisent avec d’autres chats, d’autres animaux et les humains est également affectée. Ils se comportent généralement différemment des autres chats de leur portée. Lorsque la plupart des chats se détournent de leurs nouveaux compagnons, ils ont tendance à être plus amicaux. Ils semblent également ne pas réagir aux appels ou aux réprimandes.

Les chats peuvent également développer des problèmes de santé auxquels un être humain atteint du syndrome de Down est généralement susceptible d’être confronté. Certains chats ont une vision déficiente et développent un mauvais tonus musculaire. Ils peuvent également avoir des problèmes cardiaques qui peuvent être préjudiciables à leur santé.

Aspects techniques et termes

Les faits suivants peuvent être utiles pour décider si les chats sont susceptibles ou non d’être atteints du syndrome de Down :

Les humains et les chats ont des paires de chromosomes différentes. Les chats n’ont que 19 paires de chromosomes alors que les humains en ont 23. Les personnes atteintes du syndrome de Down ont un chromosome 21 supplémentaire, ce qui n’est pas possible pour certains animaux en raison de leur nombre chromosomique plus court. Comme les chats n’ont que 38 chromosomes, cela signifie qu’ils n’ont que dix-neuf paires de chromosomes. Ils ne peuvent donc pas souffrir de la trisomie 21. En outre, la structure chromosomique d’un chat est sensiblement différente de celle d’un être humain.

Les écarts de comportement ne se traduisent pas automatiquement par la maladie. Les propriétaires dont les chats auraient contracté le syndrome de Down se plaignent de différences comportementales allant d’un mauvais équilibre et d’une mauvaise coordination à une oisiveté extrême. Tous les chats ne présentent pas un comportement étrange, mais ce n’est pas parce qu’un chat se comporte bizarrement qu’il est déjà atteint du syndrome de Down. Le comportement peut être simplement une partie des caractéristiques uniques du chat, ou il peut s’agir d’un simple cas de mauvais diagnostic. Un comportement dysfonctionnel est un symptôme de nombreux types de problèmes de santé. Le chat peut en fait souffrir d’une autre maladie, ce qui l’amène à se comporter d’une certaine manière.

Le diagnostic vétérinaire doit être validé. Les chats que l’on croit atteints du syndrome de Down peuvent avoir été mal diagnostiqués. Les vétérinaires qui les ont diagnostiqués peuvent ne pas avoir eu connaissance d’autres troubles génétiques. Les chats prétendument atteints par cette maladie ont généralement un point commun : des traits faciaux irréguliers. Ce point commun sert de base aux affirmations des propriétaires. Ils font des généralisations ou des conclusions hâtives basées sur la malformation sans se rendre compte que d’autres maladies génétiques félines, comme le syndrome de Klinefelter, peuvent également déclencher une mutation physique. Il n’existe pas de preuves médicales suffisantes pour établir que les chats souffrent effectivement du syndrome de Down. Les vétérinaires devraient vérifier auprès de leur organisation avant de finaliser leur diagnostic.

Pourquoi mon chat urine-t-il dans ma maison ?

L’élevage au sein de la famille peut provoquer des anomalies. La consanguinité peut être normale pour les chats, mais lorsque deux espèces ayant la même structure génétique s’accouplent, les chances de donner naissance à une progéniture défectueuse sont élevées. L’union entre les membres d’une même famille double le risque de transmettre des traits récessifs (et souvent indésirables) et des maladies à la génération suivante. Le risque est réduit de moitié pour les chats qui s’accouplent en dehors de leur lignée directe.

Alors, les chats peuvent-ils avoir le syndrome de Down ? Techniquement parlant, les chats ne peuvent pas avoir le syndrome de Down. Les autres anomalies des chats qui font croire à leurs propriétaires qu’ils sont atteints du syndrome de Down sont un tout autre problème de santé.

Ils peuvent présenter les mêmes caractéristiques physiques et physiologiques que celles du syndrome de Down chez l’homme, mais ce n’est pas le cas. Elles peuvent cependant être le produit d’un trouble génétique ou d’une anomalie chromosomique.

Des recherches supplémentaires sont encore nécessaires pour aller au fond de la question du syndrome de Down chez les félins. Comme pour tout autre trouble animal, il est préférable de savoir ce qu’il est et ce qui le provoque pour connaître les mesures nécessaires à prendre pour y remédier ou le prévenir.

The Cat Files : Cas de syndrome de Down félin

L’Internet dispose d’un ensemble d’articles sur les chats atteints du syndrome de Down. Certains de ces chats ont reçu une certaine attention lorsque leurs propriétaires ont partagé leurs histoires en ligne. Monty et Max ont été élevés par des propriétaires différents, mais ont tous deux été diagnostiqués comme étant l’équivalent félin du trouble chromosomique.

Monty, la star des médias sociaux

Adopté et élevé par les Danois Mikala Klein et Michael Bjorn, Monty a grandi différemment des autres chats. Non seulement il était unique, mais il présentait aussi un certain nombre de caractéristiques inhabituelles. La plupart des chats savaient quand et où faire pipi. Certains le faisaient même savoir à leur propriétaire. Cependant, Monty ne semblait pas gêné de faire pipi dans son sommeil.

Déconcerté, le couple a consulté un vétérinaire et on leur a dit que le comportement de leur animal était quelque chose que les chats vieillissants exhibent normalement. Les vieux chats ne peuvent pas contrôler leur urine car le processus de vieillissement tue une grande partie de leurs neurones. Le diagnostic a été une surprise car Monty était assez jeune au moment où son comportement étrange a été remarqué.

Le couple a pensé que peut-être Monty avait sa propre façon de marquer son territoire. Ils ont essayé de le laisser aux soins de ses amis dans l’espoir de mieux comprendre la situation. Les résultats ont été défavorables.

Peu de temps après, Mikala et Michael ont finalement compris ce qui différenciait Monty des autres chats. C’était aussi la cause de son envie de pisser au hasard. Monty avait une anomalie chromosomique, que Michael expliqua comme quelque chose qui pouvait être comparé “un peu au syndrome de Down chez l’homme”. Comme les études sur les anomalies chromosomiques chez les chats sont rares, il n’y a pas beaucoup d’informations à tirer du cas de Monty, si ce n’est le fait que sa bizarrerie a donné à ses propriétaires plus de raisons de l’aimer.

Monty est une star des médias sociaux et sa situation unique lui a valu le soutien de nombreux net-citoyens. Il a même sa propre page Facebook, qui compte plus de 300 000 adeptes. Grâce à sa page, les supporters peuvent acheter divers articles marqués du logo de Monty. Cat Vaern, le refuge où Monty a été élevé pour la première fois, recevra la majeure partie des recettes.

Max le chat roux

Max avait neuf ans lorsqu’on lui a diagnostiqué ce que l’on croyait être le syndrome de Down félin. Le propriétaire, Glen, était affligé par la situation de Max et se demandait comment il pouvait aider son chat roux. Déjà considéré comme vieux pour son âge, Max ne pouvait pas contrôler ses mouvements et était généralement déconcentré. Son équilibre et sa coordination étaient si mauvais qu’il a même marché droit sur une vitre. Le propriétaire craignait que son état ne s’aggrave chaque année, bien que pour la plupart, il semblait aller bien.

Le Dr Arthur Fruaenfelder, vétérinaire chevronné et alors président de la RSPCA Albury, a évalué les bizarreries comportementales de Max et a déclaré qu’elles étaient “typiques” d’un chat atteint du syndrome de Down. Selon lui, cette maladie est “très rare” chez les chats. Un chat diagnostiqué avec le syndrome de Down n’a pas un cerveau inférieur bien développé. En conséquence, il manque de coordination et d’équilibre.

Normalement, les mammifères ont la moelle épinière attachée à l’arrière de leur cerveau. La colonne vertébrale envoie des messages vers et depuis le cerveau. Pour les personnes atteintes du syndrome de Down, cependant, le système de messagerie ne fonctionne pas aussi bien qu’il le devrait. Les messages ne sont pas correctement relayés au cerveau.

Le diagnostic du Dr Fruaenfelder a montré que Max avait un “degré mineur” de syndrome de Down. Dans une certaine mesure, le chat était capable de se déplacer avec discernement, mais sa coordination était limitée. Le manque de coordination causé par le vieillissement se manifeste généralement chez les chats âgés de 12 ans et plus. Les fibres nerveuses et les neurones diminuent considérablement avec l’âge, mais comme Max n’avait pas certaines de ces fibres nerveuses et neurones, la perte progressive de coordination s’est manifestée plus tôt.

A son âge, Max serait encore en bonne condition. Le Dr Fruaenfelder a déclaré qu’une incapacité totale est inévitable, mais qu’elle ne se produira qu’après quelques années.

Le syndrome de Down est un trouble progressif, qui se développe lentement mais dont les propriétaires ne peuvent pas faire grand-chose. Le Dr Fruaenfelder a suggéré de réduire les additifs dans le régime alimentaire de Max afin que les mauvais effets du trouble ne s’accélèrent pas. Les modifications du régime alimentaire peuvent consister à passer à des aliments naturels et à donner au chat suffisamment de vitamines, préparées dans des proportions variées.

Les troubles génétiques qui pourraient être confondus avec le syndrome de Down

Jusqu’à ce qu’un consensus sur le syndrome de Down félin puisse être atteint, les propriétaires devraient également être conscients d’autres troubles génétiques, de peur de confondre immédiatement des comportements inhabituels avec le syndrome de Down. Les chats souffrent d’un certain nombre de défauts génétiques qui ne sont pas faciles à détecter sans un examen approfondi. Les troubles génétiques suivants sont souvent diagnostiqués comme étant le syndrome de Down :

Hypoplasie cérébrale

Un indicateur clé du syndrome de Down, outre les irrégularités comportementales et physiques, est la déficience cognitive, qui peut varier d’un chat à l’autre. Cependant, si votre chat est parfaitement capable de réagir normalement malgré des problèmes rénaux ou un mauvais équilibre, il est possible qu’un autre trouble s’installe.

Les mères atteintes de la maladie de Carré ou du parvovirus félin (FPV) peuvent donner naissance à des chatons présentant une hypoplasie cérébelleuse. L’hypoplasie cérébelleuse féline est une affection neurologique qui affecte les capacités de marche et d’équilibre du chat. Elle n’est ni contagieuse ni évolutive. Les chatons nés avec cette maladie ont un cerveau sous-développé. Le cervelet est la partie du cerveau responsable de la coordination et de la motricité fine.

Virus de l'immunodéficience féline (FIV) chez les chats

Les chats atteints d’une hypoplasie du cervelet marchent comme des “marins ivres”. Leurs mouvements sont chancelants et, parfois, sans but. Même s’ils peuvent voir où ils vont, ils n’ont aucun contrôle sur leurs mouvements et finissent par se heurter à des objets. L’état varie d’un chaton à l’autre dans une même portée. Certains peuvent avoir une mobilité motrice plus compliquée, tandis que d’autres chatons ne montrent pratiquement aucun signe de cette maladie.

Les propriétaires doivent éviter d’administrer des vaccins anti-VPF aux chattes en gestation car elles peuvent donner naissance à des chatons atteints de cette maladie. Attendez que les chatons soient nés et suffisamment âgés pour se défendre avant de leur administrer un vaccin. Suivez les conseils du vétérinaire ou consultez-le avant de prendre toute décision importante concernant votre chat. La stérilisation est une autre option viable si vous souhaitez prévenir toute apparition d’hypoplasie cérébelleuse.

Si votre chat montre des signes de faiblesse motrice, évitez de conclure qu’il est atteint du syndrome de Down. Consultez votre vétérinaire pour obtenir des conseils d’experts. En cas de doute, consultez un autre vétérinaire pour voir si leurs conclusions correspondent. Pour autant que vous sachiez, ce n’est pas le syndrome de Down mais une hypoplasie cérébelleuse qui a provoqué un tel comportement chez votre animal.

Syndrome de Klinefelter

Le syndrome de Klinefelter est une autre maladie neurologique féline génétiquement héritée qui partage certaines similitudes avec le syndrome de Down. Les vétérinaires ont confirmé que cette maladie est effectivement présente chez les chats, mais elle est plus fréquente chez les chats de couleur écaille de tortue (calicos). Les chats tricolores ne pourraient pas être porteurs de ce trouble car ils ont des chromosomes différents.

Les chats atteints du syndrome de Klinefelter ont des gènes sexuels qui contiennent XXY. Normalement, les chats mâles ont des gènes XY alors que les femelles sont caractérisées par deux chromosomes XX. Tout comme la trisomie 21, les chats atteints du syndrome de Klinefelter ont des chromosomes supplémentaires. L’excès de gènes sexuels donne le code génétique habituel de XXY. Ces cas sont rares, mais ils se produisent de temps en temps.

Les chats mâles atteints de Klinefelter ont généralement des difficultés à développer des caractéristiques sexuelles secondaires, ce qui les rend impuissants et incapables de se reproduire ou de procréer. Physiquement, les chats ayant un patrimoine génétique XXY ne semblent pas différents des chats normaux. Ils n’ont pas d’apparence défigurée.

Sur le plan comportemental, les chats mâles affectés par la maladie de Klinefelter sont trop féminins pour leur propre bien. Cela est probablement dû au fait qu’ils étaient censés être des femelles à l’origine. La plupart du temps, ils n’ont rien de mal, mais leurs traits féminins peuvent semer la confusion chez les spectateurs et leur faire croire qu’ils sont en crise d’identité.

Les propriétaires de chats atteints du syndrome de Klinefelter peuvent choisir de faire stériliser leur animal s’ils veulent réduire certains de leurs traits indésirables.

Polyneuropathie distale

La polyneuropathie distale est une maladie neurologique dégénérative qui touche principalement les chats birmans nés des mêmes parents. Les scientifiques soupçonnent que cette maladie est héritée de gènes récessifs. Selon une série de tests, la maladie commence à se manifester chez les chats âgés de 8 à 10 semaines. Les caractéristiques peuvent parfois être confondues avec le syndrome de Down car les chats diagnostiqués avec cette maladie polynévronique tombent fréquemment. Ils vacillaient et avaient du mal à se tenir debout et à marcher sur leurs pattes.

Selon des études, les chats atteints de cette maladie des neurones ont des niveaux sanguins normaux, mais ils marchent de manière maladroite, parfois lentement. Les chats atteints de polyneuropathie distale sont également atteints d’ataxie des membres pelviens, une maladie qui touche les chats, les chiens et d’autres animaux plus âgés. Ils marchent comme s’ils souffraient de douleur ou d’arthrite. Ironiquement, ces chats n’ont pas de problèmes majeurs de traitement des nerfs.

À l’heure actuelle, il n’existe aucun remède ou traitement connu pour la polyneuropathie distale – pas même la manipulation de l’ADN ne peut aider. L’avenir des chats nés avec cette maladie est momentanément sombre. Il est conseillé aux éleveurs (en particulier ceux qui élèvent des chats birmans) de soumettre leurs chats à des tests d’ADN afin de s’assurer qu’il n’y a pas de défaut génétique pouvant conduire à la polyneuropathie distale. Si tel est le cas, ils devraient choisir un autre chat sans défaut génétique à des fins d’élevage.

Dysautonomie féline

Cette maladie neurologique moins connue, également connue sous le nom de syndrome de Key-Gaskell, est répandue chez un certain nombre d’animaux en plus des chats. La maladie se caractérise par un dysfonctionnement du système nerveux sympathique et parasympathique. Un groupe de cellules nerveuses chez un chat commence à dégénérer, entraînant la défaillance de son système nerveux autonome. La maladie peut avoir son origine en Grande-Bretagne car les cas de dysautonomie animale sont plus fréquents en Grande-Bretagne que dans d’autres pays.

Les chats présentent de faibles capacités motrices, tout comme ceux qui sont censés être atteints du syndrome de Down. Ils tombent fréquemment et ne sont pas capables de se diriger dans la bonne direction. Ils souffrent également de diarrhée, de constipation, de problèmes de sécrétion de larmes et d’un certain nombre de déformations physiques (par exemple, troisième paupière, pupilles dilatées et pupilles de taille différente).

Là encore, il est nécessaire de consulter un vétérinaire expert pour s’assurer que vous connaissez l’état réel de votre chat.

Ces maladies génétiques peuvent-elles être contrôlées ?

Les maladies génétiques héréditaires chez les chats peuvent être contrôlées dans une certaine mesure, à condition qu’elles aient été transmises de manière “relativement simple” et que davantage de mécanismes de tests ADN soient disponibles sur le marché. Dans le cas contraire, il ne serait même pas possible de modifier la composition génétique d’un chat.

Lors d’une expérience précédente, les scientifiques avaient réussi à contrôler la polykystose rénale héréditaire (PKD) chez un groupe sélectionné de chats persans et de races similaires. Avant cette découverte, plus de la moitié de la population de chats persans souffrait de cette maladie, qui se traduisait généralement par une insuffisance rénale chronique et une mort prématurée des chats. Bien que des recherches supplémentaires soient encore nécessaires, la manipulation génétique a réduit de manière drastique l’incidence de la PKD chez les chats. La raison pour laquelle cette expérience a réussi est qu’il n’y avait qu’un seul gène à corriger.

Certains éleveurs et propriétaires de chats envoient désormais leurs chats pour qu’ils soient testés avant de les laisser se reproduire. Des tests ADN précis permettent d’identifier les gènes errants afin de pouvoir intervenir de manière appropriée (soit le chat est interdit de reproduction, soit les scientifiques vont modifier leur ADN pour prévenir de futures anomalies chez leur progéniture).

Si vous avez l’intention d’élever votre chat, vous pouvez certainement l’envoyer pour un test ADN. Le syndrome de Down, cependant, est une maladie beaucoup plus complexe que la PKD. Il n’est pas certain que les méthodes actuelles de manipulation de l’ADN puissent y remédier. Les scientifiques font de bons progrès, mais ils sont limités par le fait qu’il reste encore beaucoup de travail à faire dans le domaine de la génétique féline.

D’un autre côté, les tests ADN vous permettront de savoir si le chat que vous avez l’intention d’élever présente ou non des irrégularités génétiques qui peuvent conduire au syndrome de Down. À partir de là, vous pouvez décider de poursuivre le processus d’élevage ou de le mettre en attente.

Votre chat peut-il prédire le temps qu'il fera ?

Soins aux chats atteints de la trisomie 21

Le fait que les chats aient un nombre inférieur de chromosomes signifie-t-il que la possibilité de contracter le syndrome de Down est nulle ? Pas nécessairement. Malheureusement, il n’y a pas de résultats concluants à l’heure actuelle. La possibilité existe toujours, mais les chercheurs n’ont pas encore démontré concrètement qu’il existe effectivement une version féline de ce trouble chromosomique. En supposant que ce trouble existe pour les chats, les propriétaires doivent intervenir et fournir à leurs animaux de compagnie atteints des soins plus poussés que les soins habituels.

Lorsque vous savez que quelque chose ne va pas avec votre animal, vous devez vous assurer qu’il est bien soigné. Les chats atteints du syndrome de Down félin doivent faire l’objet d’une attention particulière par rapport à leurs compagnons normaux. Quoi qu’il en soit, tous les chats ont besoin d’être aimés et soignés. Si vous pensez que votre chat est atteint du syndrome de Down, voici des moyens de vous montrer que vous vous en souciez :

  • Faites vos recherches : Sachez tout ce qu’il y a à savoir sur les chats. Apprenez-en davantage sur les maladies courantes qui les frappent, leur anatomie, leur ascendance, les meilleurs moyens de traiter les affections spécifiques aux chats et d’autres informations importantes qui vous aideront à leur prodiguer les soins dont ils ont besoin. Il existe plusieurs livres de poche et documents de lecture en ligne dans lesquels vous pouvez fourrer votre nez. Cherchez des cas de syndrome de Down félin déjà diagnostiqués et voyez si la description correspond aux symptômes présentés par votre chat.
  • Parlez à un vétérinaire : Même si vous avez déjà un vétérinaire en place à qui vous confiez vos préoccupations concernant votre animal, n’hésitez pas à consulter un autre vétérinaire pour obtenir un deuxième avis. Si vous ressentez le besoin de trouver plus d’éclaircissements, consultez autant de vétérinaires que votre temps et vos ressources le permettent. Certaines de ces consultations peuvent nécessiter que votre chat subisse une série de tests. Vous devez être prêt à y soumettre votre animal afin de pouvoir fournir un diagnostic précis. Une fois le problème de santé identifié avec succès, l’intervention ou la méthode de traitement appropriée sera administrée.
  • Concentrez-vous sur le bien-être de votre chat : Savoir que votre chat est atteint du syndrome de Down est décourageant mais cela ne devrait pas vous empêcher de prendre soin de votre animal. Donnez toujours le bénéfice du doute que ce n’est peut-être pas vraiment le trouble redouté qui fait que votre chat se comporte d’une manière particulière. Peut-être que le chat a un développement lent et qu’il a juste besoin d’être élevé dans un environnement où il peut développer tout son potentiel. Certains centres de dressage pour animaux de compagnie proposent de prendre le relais des propriétaires en exposant les animaux présentant des troubles du comportement à diverses activités visant à normaliser leur comportement ou leur phase de développement. En fin de compte, les propriétaires peuvent néanmoins choisir de s’occuper de leur chat selon leurs propres conditions.
  • Veillez sur eux à tout moment : Ils ont besoin d’une patience accrue et d’un œil attentif pour éviter qu’on leur fasse du mal. Ne soumettez pas vos chats à un environnement qui pourrait les exposer à des dangers, comme les hauteurs et les animaux agressifs. Ne les exposez pas aux câbles et aux appareils électriques. Veillez également à ce que les produits chimiques et les substances nocives soient hors de portée. Ne comptez pas sur leur capacité à comprendre vos instructions, surtout en ce qui concerne les choses qui peuvent leur nuire. Ils peuvent ne pas avoir la capacité physique et mentale nécessaire pour faire face à ces situations.
  • Leur fournir des contrôles de routine : Amenez-les chez un vétérinaire pour qu’ils subissent leur examen et leur diagnostic officiel. Le vétérinaire est mieux équipé pour traiter de tels cas et peut découvrir les troubles dont souffre votre ami félin. Il est le mieux placé pour vous conseiller sur les préparations et les solutions appropriées pour répondre aux besoins spécifiques de votre chat. Même si votre chat ne présente aucune irrégularité, un examen de routine permettra de s’assurer qu’il est en pleine forme.
  • Surveillez leur alimentation : Nourrissez-les avec des aliments sains et laissez-les avoir un endroit confortable pour se reposer. En raison du risque accru de problèmes de santé chez les chats atteints du syndrome de Down, un mode de vie sain pour vos chats peut être très utile.

Soyez très attentif à l’apparence et au comportement de votre chat. De légers changements peuvent être les signes avant-coureurs d’un problème plus important. Vérifiez régulièrement l’apparence et le comportement de votre chat afin d’être immédiatement averti si quelque chose de différent se produit.

Les chats peuvent-ils être atteints du syndrome de Down ? Un chat atteint d’une maladie peut avoir un risque élevé de la transmettre à sa progéniture. Ainsi, même si les chances que votre chat soit sexuellement actif sont plus faibles lorsqu’il est suspecté d’être atteint du syndrome de Down félin, il est plus sûr d’être vraiment certain qu’il ne procréera pas. Les risques d’avoir le syndrome de Down chez un chat sont déjà un fardeau – imaginez une portée entière de chats atteints de la même anomalie. Cela n’affectera pas seulement le propriétaire de l’animal mais aussi les chats. Il est difficile de vivre avec une anomalie et d’affronter d’autres animaux qui n’ont pas les mêmes difficultés physiques et physiologiques que vous. Faites castrer ou stériliser votre chat si nécessaire, ou gardez-le isolé des autres chats du sexe opposé si nécessaire.

L’amour est la réponseLorsque votre chat est atteint du syndrome de Down après tout, votre meilleure ligne de conduite est d’accepter la situation et de continuer à le couvrir d’amour et d’affection. Les prédispositions génétiques sont difficiles à renverser. Aucun mécanisme d’adaptation n’est disponible, si ce n’est l’acceptation. Le syndrome de Down, ou tout autre trouble génétique d’ailleurs, signifie que votre chat aura ses propres bizarreries. En d’autres termes, il ne sera pas facile à dresser. Il ne réagira pas de la même manière que les chats normaux. Ne vous découragez pas.

Bien que les irrégularités dans l’apparence et les actions de votre chat soient intéressantes et peuvent parfois être drôles, ne ridiculisez pas votre chat. Les animaux sont empathiques et malgré leur état, ils peuvent ressentir vos sentiments dans la façon dont vous les traitez, alors évitez de vous moquer de votre chat et traitez-le comme vous le feriez avec n’importe quel autre chat sain et qui aime s’amuser. Il suffit d’aimer votre animal et le reste se mettra en place.

TIP

Comme pour tout animal de compagnie, une chose qu’il faut garder à l’esprit quand on s’occupe d’un chat atteint d’un trouble, c’est qu’il a toujours besoin d’amour. Acceptez le caractère unique et les bizarreries de votre chat. Appréciez les différences. Votre animal peut encore sentir votre tendresse pour lui, alors continuez à le montrer chaque fois que vous le pouvez. C’est peut-être simplement ce qui l’aide à faire face à ses anomalies physiques et à ses problèmes de comportement.

Le syndrome de Down félin est encore loin d’être totalement compris, et tout ce que les propriétaires d’animaux de compagnie peuvent faire pour leurs amis félins en ce moment est de s’assurer qu’ils sont bien pris en charge et qu’ils sont entourés d’amour et de compagnie.

Aimez votre chat, quoi qu’il en soit.