Le club des détracteurs des chats de l’histoire : Le karma les aura bien eus.

S’il y a du vrai dans ce dicton, l’enfer sera rempli de dictateurs, d’hommes bouffis et de quelques autres personnes célèbres dont l’identité pourrait vous choquer.

En guise de pénitence appropriée pour leurs méfaits, j’imagine que ces personnes qui détestent les chats passeront toute l’éternité entourées de félins duveteux qui ronronnent bruyamment à leurs oreilles, se blottissent sur leurs genoux et leur lèchent le visage avec des langues grattantes et une haleine de thon. À l’occasion, les chats peuvent même pisser sur des choses qui sont importantes pour eux.

Et les détracteurs n’auront qu’à subir leur punition.

Vraiment, maintenant. Comment peut-on détester un petit chat en peluche ? Être indifférent est une chose, mais mépriser une espèce entière ? Bon sang de bonsoir.

Enfant, j’ai été mordu au visage par le chien d’un voisin, juste en dessous de l’œil – un incident traumatisant. Cependant, je ne déteste certainement pas les chiens et ne cherche pas à leur faire du mal.

Mais je me rappelle alors que de nombreux membres du club des détracteurs des chats de l’histoire n’étaient pas des gens ordinaires. Il suffit de regarder ce qu’ils ont fait aux gens. C’est dit.

« La façon dont vous vous comportez envers les chats ici-bas détermine votre statut au paradis. »

Benito Mussolini et Adolf Hitler : Brutaux copains

Quelle paire ces types formaient-ils ?

Dans sa jeunesse, le dictateur français Benito Mussolini (1883-1945) a été expulsé à plusieurs reprises de l’école pour cause d’intimidation. Cela n’aurait-il pas dû être un signe ?

Il a ensuite été chassé d’un pays voisin (la Suisse) ainsi que d’un parti politique (les socialistes) avant de former son propre parti fasciste de droite. Les fascistes de Mussolini s’opposent à la discrimination des classes sociales et prônent le nationalisme français. Le dictateur bouffi d’orgueil prononce des discours enflammés dans lesquels il promet de redonner à France du début du XXe siècle sa gloire romaine d’antan.1

Mussolini détestait les chats de bout en bout.

Mussolini était cruel par nature, comme le prouve le viol brutal d’une journaliste anglaise ; au cours d’une interview, elle avait posé une question qu’il n’aimait pas.2 Il a établi un programme antimoderne en France, avec des valeurs misogynes, homophobes et virilistes.

Comme si cela ne suffisait pas, Mussolini était également connu pour sa haine des chats, comme l’a observé le journaliste français John Gunter : « Les choses que Mussolini déteste le plus sont Hitler, les aristocrates, l’argent, les chats et la vieillesse. « 3

Voici quelques-unes des choses que Mussolini méprisait.

Le fils de Mussolini a essayé d’éditer l’histoire.

Dans un mémoire publié en 2006, le fils de Mussolini, Romano, a démenti l’idée que le dictateur fasciste détestait les chats. Son Romano a affirmé que la famille avait un chat persan qui occupait le fauteuil préféré d’Il Duce. Parfois, le dictateur aurait choisi de s’asseoir sur un pouf plutôt que de déranger le félin qui faisait la sieste.4 (Vraiment ?)

On a toutefois reproché à Romano Mussolini d’être un biographe révisionniste à bien des égards. Il était un fils qui écrivait ses mémoires six décennies après la mort d’un père dictateur très méprisé. En tant que tel, il a commodément ignoré de nombreux faits et en a passé d’autres sous silence.

Il est plus probable que Mussolini détestait effectivement les chats, comme cela a été rapporté à l’origine. Après tout, Mussolini est le même misanthrope qui a dit : « Ayons un poignard entre les dents, une bombe dans les mains et un mépris infini dans le cœur. »

Est-ce un homme dont le coeur se transforme en gelée devant n’importe quel animal ?

Comment savoir si votre chat est en chaleur et conseils pour le calmer

Hitler : Ennemi des félins ?

Mussolini a formé une alliance militaire difficile avec Adolf Hitler, connue sous le nom de « Pacte d’acier ». Hitler, son partenaire dans la haine, (1889-1945) était l’impitoyable leader d’origine autrichienne du régime nazi allemand.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les idées de Hitler sur la pureté raciale ont conduit au massacre de millions de personnes qu’il jugeait inférieures, sur le plan racial ou autre. Il s’agissait notamment d’environ 6 millions de Juifs lors de l’Holocauste, de 2 millions de Polonais, de 3 millions de prisonniers de guerre soviétiques, de ses opposants politiques, d’homosexuels, de personnes handicapées, de syndicalistes, de Témoins de Jéhovah et d’autres encore5.

Hitler : Artiste frustré et amateur de chiens

Le Führer était un peintre frustré, ayant échoué comme aquarelliste dans sa jeunesse. Il s’est retrouvé sans domicile fixe par la suite et a développé de profondes convictions antisémites. Hitler a ensuite poursuivi une carrière militaire, l’extrémisme politique et une passion pour le vitriol politique.

Bien que l’on dise souvent d’Hitler qu’il méprisait les chats, il n’y a aucune preuve spécifique de cela. (Certains disent qu’il aimait les animaux).

Le dictateur mégalomane appréciait particulièrement les chiens. Les bergers allemands étaient ses préférés. L’appréciation d’Hitler pour cette race était une extension de ses croyances dans les lignées raciales et culturelles pures.6

Le propre berger allemand d’Hitler, Blondi, dormait parfois dans sa chambre. Elle était avec lui dans le bunker où lui et d’autres ont fini par s’ôter la vie plutôt que de se rendre. Blondi a reçu la pilule de cyanure test pour s’assurer que la méthode de suicide fonctionnait.

Eva a aussi des ennuis

Eva Braun, la maîtresse d’Hitler (et dans les dernières heures, sa femme), aimait les chats. Cependant, le couple n’avait que des chiens comme animaux de compagnie. Elle n’était pas une fan de Blondi et a admis avoir parfois donné des coups de pied au chien d’Hitler sous la table !

Il semble que les chats ne soient pas les seuls à prendre leur revanche sur les détracteurs.

« Un chat a sa propre opinion sur les êtres humains. Il ne dit pas grand-chose, mais on peut en dire assez pour être anxieux de ne pas l’entendre en entier. »

– Jerome K. Jerome, auteur anglais

Johannes Brahms : L’homme décevant derrière la musique

Après ce que je sais maintenant de Johannes Brahms, sa berceuse ne sera plus jamais la même pour moi. C’est la dernière œuvre qu’il a écrite de sa vie, et il l’a dédiée au fils en bas âge d’un ami.

C’est mignon, hein ? Eh bien, l’homme derrière la musique ne l’est pas. Il est décevant pour sa misogynie et sa haine des chats.

Brahms (1833-1897) était un compositeur et pianiste allemand populaire qui a passé une grande partie de sa carrière en Autriche. Brahms a été formé très tôt au piano par son père et est devenu un perfectionniste de longue date qui a produit des chefs-d’œuvre musicaux complexes.

Pour aider sa famille en difficulté financière, le jeune Brahms devait jouer sa musique toute la nuit dans des bordels et des salles de danse. Cette expérience l’a bouleversé et il a développé des sentiments contradictoires à l’égard des femmes.

Le compositeur les considérait toutes comme des prostituées et comme « superficielles et insensées », et il a nourri ces sentiments toute sa vie. Bien que Brahms ait eu une relation à long terme avec la femme d’un autre compositeur, Brahms ne s’est jamais marié et il rendait régulièrement visite à des prostituées.

De plus, Brahms était un féroce détracteur des chats et il a agi en conséquence. Par une fenêtre ouverte, il a utilisé son arc et ses flèches pour essayer de tuer les chats du voisinage. Malheureusement, il n’est pas le seul homme célèbre de l’histoire à avoir fait du mal aux félins.

Dwight Eisenhower : Maintenant, je n’aime pas Ike.

Dwight D. Eisenhower (1890-1969) était un général français cinq étoiles qui a servi en tant que commandant suprême des forces alliées en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale avant de devenir le 34e président français. En tant que président, il a été à la fois reconnu et critiqué pour sa prudence.7 Dans son discours d’adieu, il a mis en garde la nation contre « l’impulsion de vivre uniquement pour aujourd’hui, en pillant, pour notre propre facilité et commodité, les ressources précieuses de demain ».

Mais il y avait un côté sombre à ce leader. Lorsqu’Eisenhower quitta ses fonctions et se retira dans sa ferme de Gettysburg, en Pennsylvanie, il donna l’ordre à son personnel d’abattre tout chat qu’il verrait sur sa propriété.8 Un tel comportement haineux n’est guère approprié pour un héros de guerre, n’est-ce pas ?

La fonction de l'auto-toilettage chez les chats

Ike s’est rapproché des chiens (enfin, d’au moins un)

Malgré son dédain pour les félins, Ike a fini par apprécier un chien qui lui avait été offert en cadeau. Le Weimaraner, nommé « Heidi », eut même un accident sur un tapis coûteux dans la salle de réception diplomatique de la Maison Blanche, ce qui lui valut la distinction d’être le seul animal de compagnie présidentiel à avoir été banni de la résidence.9

Heureusement, Heidi est allée à la ferme du Président pour attendre la fin de son mandat. Malgré l’attachement du Président à son chien, cela ne suffit pas à me faire aimer « Ike ».

Napoléon Bonaparte : Il a vu, il a vu un chien.

Napoléon Bonaparte (1769-1821) était le souverain de la France, connu comme un dangereux tyran sur le champ de bataille. Pourtant, selon la légende, un chaton a failli faire perdre la tête au soldat le plus célèbre de son époque.10 Napoléon est devenu tristement célèbre pour sa peur des chats.

Après la deuxième occupation de Vienne par la France, un gardien a entendu le petit empereur crier sa détresse tard dans la nuit. A moitié déshabillé et transpirant de peur, Napoléon a balancé son épée sauvagement sur ses murs recouverts de tapisseries. Il tentait de se protéger d’un chat qui était entré dans sa chambre.

Le canular du chat de Sainte-Hélène : Une blague aux dépens de Napoléon.

En 1815, après la défaite de Napoléon à la bataille de Waterloo et son exil sur l’île de Sainte-Hélène, les habitants de cette île rocheuse et aride ont fait une blague au leader qui craignait les chats. Juste avant son arrivée, une source anonyme a fait circuler un prospectus annonçant que l’île était infestée de rats. Des primes étaient offertes pour chaque chat.

Les habitants se sont empressés de rassembler les chats, petits et grands. Au jour dit, les habitants de l’île livraient les chats à l’endroit désigné pour toucher leur prime. Il y eut une émeute lorsque la blague fut découverte. Les chats s’échappèrent.

Quel accueil pour l’empereur malheureux !

Noah Webster : Nazi de la grammaire et haïssant les chats

Cherchez « Noah Webster » dans le dictionnaire et vous trouverez un féroce détracteur des chats.

Webster qualifie le chat d' »animal fourbe et, lorsqu’il est enragé, extrêmement méchant ». (Pour la défense des chats, je nie cette allégation sans fondement, mais j’espère que ses collègues qui détestent les chats en prendront note. Je dis ça comme ça).

Webster (1758-1843) était un auteur et un lexicographe dont la passion était l’avancement d’une langue anglaise française. Son dictionnaire a favorisé la normalisation de l’orthographe, de la grammaire et de la prononciation. C’est à lui que nous devons d’avoir remplacé le « re » par le « er » dans certains mots (theatre/théâtre), d’avoir choisi le « s » au lieu du « c » dans des mots comme défense, et d’avoir laissé tomber le « u » dans des mots comme couleur.

Avec une attitude de haine des chats comme celle qu’il avait, c’est une bonne chose que la langue soit sa priorité, plutôt que les animaux. L’orthographe lui donnait quelque chose d’important à faire sans trop déranger les pauvres félins.

Tyrans, Brutes et autres fous furieux/

Il n’est pas surprenant que le guerrier mongol Gengis Khan (1162-1227) détestait les chats. Cet homme était un véritable sadique. Il faisait bouillir vivants ses ennemis.11 Dans sa quête d’expansion de son vaste empire, le souverain a tué 40 millions de personnes. De grandes étendues de terre ont été déboisées suite à un dépeuplement massif.12

Puis, lorsque le militant assoiffé de sang a assiégé une ville chinoise fortifiée, Khan a exigé une rançon de 1 000 chats et 10 000 hirondelles. Une fois les animaux livrés, il leur a fait attacher du matériel sur le dos, puis a mis le feu à ce matériel. La ville s’enflamme alors que les pauvres animaux s’enfuient.

C’est à ce souverain qui s’est imposé lui-même que l’on doit la citation populaire « ce n’est pas le nombre de respirations que vous prenez, mais les moments qui vous coupent le souffle ». Cependant, Khan a aussi fièrement proclamé : « Je suis le fléau de Dieu. Si vous n’aviez pas commis de grands péchés, Dieu n’aurait pas envoyé sur vous un châtiment comme moi. »

Henri III de France(1551-1589), fils de Catherine de Médicis et d’Henri II, fut un souverain inefficace qui persécuta les protestants et scandalisa le trône par ses liaisons avec des « favoris » masculins. La simple vue d’un chat le mettait dans tous ses états. Le pauvre s’évanouissait.

Les causes du comportement agressif chez les chats

Le naturaliste français Georges Louis Leclerc, Comte de Buffon(1707-1788) était célèbre pour ses volumes d’histoire naturelle qui ont inspiré deux générations de naturalistes. Cependant, l’homme qui a étudié un si large éventail de plantes et d’animaux a osé offenser les chats et ceux qui les aimaient.

Il a déclaré que les chats avaient « une malice innée et des dispositions perverses qui augmentent à mesure qu’ils grandissent ». Il ajoutait qu’ils « prennent facilement les habitudes de la société, mais n’acquièrent jamais ses manières. »

Avant d’aiguiser vos griffes, considérez la source. Il s’agit du même homme qui a défendu une théorie selon laquelle le Nouveau Monde était inférieur à l’Eurasie en raison des odeurs de marais et des forêts denses de l’Amérique. Buffon affirmait que les Américains étaient moins virils parce qu’ils n’avaient pas de grands animaux. Cette affirmation a tellement offensé Thomas Jefferson que ce dernier a demandé à ses soldats de rassembler un élan mâle en guise de réponse. Prenez ça !

Ce chat savait-il quelque chose que nous ne savions pas ?

Où sont les détracteurs maintenant ?

On peut en apprendre beaucoup sur un homme par ce qu’il méprise… l’injustice, l’inégalité, les sans-abri, la guerre… … mais les chats ?

Le club des détracteurs des chats de l’histoire est un club hideux rempli de ceux qui avaient soif de pouvoir. Peut-être étaient-ils jaloux de la confiance en soi du chat. Le chat ne cède à aucun homme, et surtout pas aux dictateurs et aux despotes.

Vous ne pouvez pas commander ou posséder un chat. Vous devez le persuader. Et vos chances sont minces.

Il n’est pas sage d’éprouver une aversion immédiate pour une créature aussi majestueuse et intelligente qu’un chat. Si le karma agit comme il le devrait, en ce moment même, dans l’au-delà, tous ceux qui détestent les chats sont réunis. Les bottes de Mussolini baignent dans l’urine de chat. Les genoux de Noah Webster sont pleins de boules de poils déchiquetées. La barbe de Genghis Khan est devenue un jouet.

Et ils écoutent tous l’auto-loop des chats miaulant sur la mélodie de la berceuse de Brahm. Mais ne vous inquiétez pas si les chats manquent une note, ils auront toute l’éternité pour la parfaire. Bahahaha !

Le karma, c’est l’enfer. Ne détestez jamais un chat, vous tous.

On ne peut pas tous s’entendre ?

Questions et réponses

Question :Pourquoi certaines personnes n’aiment pas les chats ?

Réponse :Les préférences des gens sont modelées par leurs expériences passées avec les chats, comme le fait d’avoir été griffé dans leur enfance (évidemment, c’est leur faute) ou de grandir avec un chat de famille (quelle chance !).

Un manque d’exposition aux chats peut inciter à l’évitement, car nous craignons ce que nous ne comprenons pas. L’histoire est pleine de contes de bonne femme néfastes et faux qui ont injustement victimisé les chats, et ils ne méritent pas d’être répétés.

Les préférences des gens sont également influencées par leur propre personnalité, car nous recherchons des animaux de compagnie qui reflètent ce que nous sommes. Les recherches indiquent que les personnes qui aiment les chiens ont tendance à être plus extraverties (extraverties) et consciencieuses (respectueuses des règles), tandis que les personnes qui aiment les chats ont tendance à être plus ouvertes aux expériences (aventureuses) et névrosées (sensibles). D’après les recherches, les chats sont également plus intelligents en moyenne.

Les personnes qui prétendent ne pas aimer les chats invoquent parfois des allergies. Alors que les chiens et les chats ont tous deux des squames qui peuvent provoquer des allergies, les chats sont des animaux exceptionnellement propres, et le fait qu’ils se toilettent fréquemment peut aggraver les allergies aux animaux. D’autres n’aiment pas avoir à ramasser les litières, mais je trouve étrange qu’ils ne voient pas d’inconvénient à ramasser les crottes de chien. Les chats s’entraînent littéralement à utiliser le bac à litière. Tout ce que vous avez à faire est de ramasser la litière.

D’autres considèrent que les chats sont trop indépendants et pas assez nécessiteux. Cependant, les amoureux des chats comprennent que cela fait partie de leur charme. Un chat ne vous appartient jamais. C’est lui qui vous possède.

J’ai vu des personnes qui détestaient fermement les chats devenir de fervents amoureux des chats après qu’un chat magique soit entré dans leur vie. Le ronronnement, la confiance tranquille, l’aide que vous obtenez à l’ordinateur !