La plus ancienne race de mouton indigène des Pays-Bas est le mouton de la lande de Drenthe

Les Pays-Bas comptent 5 races de moutons de bruyère indigènes différentes, dont la race de mouton de bruyère de Drenthe est la plus ancienne. Ces moutons erraient déjà dans notre pays au 14e siècle.

C’est la seule race autochtone à cornes dans mon pays, les béliers ont des cornes assez grosses et les brebis peuvent être à cornes, sans cornes ou avoir des bâtons. Cette race de mouton peut survivre à des hivers rigoureux, elle est multicolore, autosuffisante et c’est la plus belle race de mouton que je connaisse. Ils sont encore très proches de la nature et n’ont presque pas perdu leur instinct naturel. J’élève ces moutons depuis plus de 30 ans maintenant.

Ces moutons sont gardés en grands troupeaux ou en petits troupeaux.

Grand troupeau de moutons de la lande de Drenthe

Brève histoire de cette belle et ancienne race de moutons

Les moutons sont l’un des plus anciens animaux de ferme domestiqués. Le mouton de la lande de Drenthe est la plus ancienne race d’Europe occidentale continentale. Des moutons présentant de grandes similitudes ont été trouvés dans la province néerlandaise de Drenthe dès environ 4000 avant J.-C. et sont probablement venus avec des immigrants français. Cette race est donc le dernier vestige de la façon dont les moutons étaient élevés il y a 6000 ans.

Autrefois, les Pays-Bas étaient couverts de grandes landes dont on trouve encore des zones de plus en plus petites disséminées dans tout le pays. Contrairement aux races améliorées, ces moutons sont capables de survivre dans les champs de bruyère arides.

Au cours des derniers siècles, ces moutons de la lande de Drenthe ont contribué dans une large mesure à l’amélioration des terres agricoles.

Cette race porte le nom de la province de Drenthe

Les moutons de bruyère de Drenthe ont été nommés d’après la province de Drenthe aux Pays-Bas, car c’est là qu’on les trouvait le plus autrefois. Drenthe est la province qui abrite encore aujourd’hui les plus grandes landes.

La sélection s’est faite le plus souvent de manière naturelle. Les moutons les plus endurcis ont survécu, comme c’est le cas pour les animaux vivant dans la nature. Les brebis qui rejetaient leur agneau étaient abattues pour la nourriture. Ces moutons devaient avoir de l’endurance car ils devaient errer dans les champs de bruyère pendant des heures et des heures pour se remplir le ventre.

Les 33 races de grands chiens les plus populaires et comment les soigner

Les agriculteurs ont utilisé le caca de mouton pour fertiliser la terre

Les crottes de mouton mélangées à de la bruyère font un bon engrais

Les agriculteurs de Drenthe étaient des gens pauvres et le sol de la province de Drenthe n’était pas le meilleur pour y faire pousser des cultures, alors ils ont dû beaucoup le fertiliser et ils ont utilisé les moutons pour le faire. L’engrais artificiel n’avait pas encore été inventé.

Pendant la journée, les moutons de différents propriétaires étaient réunis et le berger et son chien se promenaient toute la journée à travers les champs de bruyère pour que les moutons puissent manger leur ventre plein. La nuit, ils étaient ramenés à leurs propriétaires légitimes et placés dans la bergerie, dans laquelle ils avaient répandu de la tourbe coupée. Les moutons faisaient caca sur la tourbe coupée qui était étalée à plusieurs reprises. Ces bergeries étaient des maisons à litière profonde. À la fin de l’hiver, ils sortaient le fumier et l’épandaient sur la terre. Quand il ne faisait pas trop froid et qu’il ne gelait pas, les moutons dormaient dehors sur la terre.

Chaque fermier avait un troupeau de moutons plus ou moins important.

L’engrais artificiel a été le malfaiteur de l’existence de cette race

Après l’invention de l’engrais artificiel en 1903, les moutons de la bruyère de Drenthe ont perdu leur valeur économique. Elles n’étaient plus les “machines” à engrais numéro un. Comme cette race est plutôt petite et mince et n’a pas été développée pour produire une grande quantité de viande, les éleveurs cherchaient un autre moyen de faire plus d’argent avec leurs moutons.

Dans le sud de la province de Drenthe, où le sol était beaucoup plus riche et plus nourrissant, ils élevaient une autre race de moutons, appelée Schoonebeeker . Les agriculteurs ont commencé à croiser leurs moutons de la Drenthe avec ces Schoonebeekers afin d’obtenir plus de viande qu’ils pouvaient vendre à un prix plus élevé.

Ce qui s’est passé, c’est le développement d’un nouveau type de mouton, plus lourd, qui donne plus de viande sur les agneaux, mais les croisements ne sont jamais une bonne chose pour les races d’origine. Lentement mais sûrement, les anciennes races de moutons de Drenthe Heath et de Schoonebeeker ont disparu presque jusqu’à l’extinction.

Comment une association a sauvé la race de l’extinction

En 1977, une nouvelle organisation appelée Association for Original Dutch Livestock Breeds (Association pour les races de bétail néerlandaises d’origine) a dressé un inventaire national de ce qui restait des races de bétail néerlandaises d’origine, y compris les moutons. Le résultat les a surpris, car le mouton de la lande de Drenthe ainsi que le Schoonebeeker avaient presque disparu, pour ainsi dire irrémédiablement.

Il a cependant fallu attendre une autre décennie avant que l’Association néerlandaise des éleveurs de moutons de Drenthe ne soit fondée en 1985 et j’y ai participé dès le début. Au début, c’était une association uniquement pour les moutons à cornes, mais en peu de temps, nous avons pu prendre aussi le Schoonebeeker sous notre protection, car c’était une race originaire de la province de Drenthe aussi.

Un standard de race a été établi à partir de ce que nous avons lu/entendu/vu sur la façon dont la race originale devait ressembler. Il n’y avait pas de photos, seulement quelques dessins, alors nous avons dû utiliser des livres (un livre ancien en fait) et des ouï-dire de très vieux bergers. Nous avons commencé lentement avec une large base d’élevage. Il ne restait plus beaucoup de moutons de l’ancien type et nous avons dû faire attention à une consanguinité trop étroite, car cela aurait aggravé les choses. Chaque année, une sélection était faite pour éliminer les mauvais et garder les bons (ou aussi bons qu’ils l’étaient à l’époque) pour la reproduction et nous avons fait cela pendant les 30 dernières années.

Comment prendre soin des moutons en tant qu'animaux de compagnie

Brebis à cornes de Drenthe Heath

Nous défendons des moutons sains et fonctionnels

J’élève ces moutons depuis 30 ans maintenant, je siège au conseil d’administration depuis 9 ans, je tiens le livre des origines reconnu internationalement depuis 2000.

Une bonne chose à propos de notre association est que nos moutons ne reçoivent pas de prix, nos inspections sont uniquement axées sur la reproduction et la conservation des animaux sains et autonomes qu’ils étaient autrefois. La santé des moutons et la nécessité naturelle d’être une bonne mère pour sa progéniture sont essentielles. Nous n’élevons pas d’agneaux la même année que celle de leur naissance (nous aimons leur donner le temps de grandir jusqu’à l’âge adulte), les moutons ne peuvent être présentés à l’inspection qu’à l’âge minimum d’un an, et nous ne faisons pas de concessions à une couleur spécifique si le reste est inférieur au niveau. Nous n’acceptons pas que des animaux présentant des défauts héréditaires soient vendus à d’autres éleveurs pour être reproduits. Les éleveurs peuvent être bannis de l’association s’ils continuent à enfreindre les règles.

Les moutons de Drenthe Heath peuvent survivre aux hivers néerlandais

J’ai créé mon propre troupeau de moutons

Je suis tombé sur cette race de mouton originaire des Pays-Bas et je suis immédiatement tombé amoureux de leur belle apparence, de leur intelligence et du fait que je pouvais contribuer à la préservation de ces moutons pour les générations suivantes. J’ai commencé avec deux brebis et l’une d’entre elles a eu des agneaux jumeaux. Mais il n’a pas fallu longtemps pour qu’ils deviennent un petit troupeau.

Je suis devenu inspecteur des moutons

Au cours des mois de juin, juillet et août, quelque sept inspecteurs des ovins (moi y compris) se rendront dans tout le pays presque tous les week-ends pour inspecter les moutons. Ce n’est pas un travail rémunéré, mais nous recevons une allocation pour l’essence ainsi que pour un B&B au cas où nous devrions passer la nuit ici. Nous vérifions les moutons s’ils répondent aux exigences de l’enregistrement dans le livre généalogique ; nous vérifions également leurs dents et leur santé (cette dernière dans la mesure où nous pouvons la voir car nous ne sommes pas vétérinaires).

Les moutons de Drenthe Heath sont multicolores

Les couleurs d’origine changent parfois avec l’âge

Les moutons de la lande de Drenthe sont multicolores. Cela signifie que chaque brebis et chaque bélier ont toutes les couleurs dans leurs gènes et que les couleurs qui vont se fondre dans la progéniture sont toujours une surprise. Certaines couleurs sont dominantes (couleur du renard), d’autres ne le sont pas (noir et blanc). De plus, il existe une grande variété de couleurs, en particulier chez le renard bleu et le blaireau ; elles vont de très pâles à très foncées.

Informations sur la race du Labrador Retriever : Le comparateur de chiens

Le nom de la couleur représente uniquement la couleur de la tête ainsi que la couleur des jambes. À l’exception du vrai mouton noir, tous les autres agneaux colorés auront une toison blanc grisâtre quand ils seront grands. Les couleurs sont fixées lors de la première inspection à l’âge de 1 et 5 ans, car il arrive que la couleur change au cours de la première année de leur vie.

Ci-dessous, je vous montre quelques photos avec une petite photo intégrée de l’aspect de la brebis adulte/du mâle adulte à sa naissance. Je vous montrerai également des photos de brebis avec leur progéniture.

La croix noire x noire n’est pas toujours noire avec des moutons multicolores

On ne peut pas se reproduire sur la couleur avec cette race particulière de moutons de bruyère. Toutes les brebis et tous les béliers ont toutes les couleurs dans leurs gènes, donc vous ne pouvez jamais prédire les couleurs des agneaux.

Moutons multicolores de Drenthe Heath

Cette ancienne race de mouton est toujours en danger

Le mouton de la lande de Drenthe est un mouton intelligent. Ils trouveront tous les points faibles de la clôture, ils peuvent sauter d’une position debout au-dessus d’une clôture de 1,20 mètre de haut s’ils le veulent ou s’ils y sont contraints. Ils ont un fort instinct de troupeau et un ordre de classement très strict et suivront toujours le chef.

Ils peuvent aussi être bruyants, surtout les brebis en hiver, lorsque les brebis enceintes ont leur concentration. Elles insistent pour harceler les dames quand elles veulent quelque chose. Je les compare souvent – pour plaisanter – à des femmes sur un événement de vente, qui travaillent avec leurs coudes, qui veulent toutes être les premières, mais je les aime à la folie. Je suis complètement accro à cette ancienne et rare race hollandaise.

Officiellement, nous ne pouvons pas les exporter vers d’autres pays en raison de certaines règles gouvernementales idiotes que nous ne pouvons pas respecter. Il manque aux moutons un génotype spécifique qui les empêche de contracter une certaine maladie, même si celle-ci n’a jamais été établie dans cette race. La race a apparemment une sorte de résistance naturelle à certaines maladies qui frappent fréquemment les races ovines manipulées et trop croisées, productrices de viande. Le gouvernement, cependant, ne fait pas d’exceptions.

Utilisation de la toison du mouton de Drenthe

La toison de ces moutons de la lande de Drenthe est très populaire auprès de tous ceux qui filent ou fabriquent des objets feutrés en raison des très longues mèches qu’ils produisent.

Cependant, les pulls ou gilets en tricot ont tendance à démanger sur la peau nue, mais sont très faciles à porter quand on porte un T-shirt à manches longues et à col roulé en dessous.

Aujourd’hui, ces toisons sont principalement utilisées pour fabriquer de beaux tapis de sol ou des housses de chaise en plaçant une couche de feutre sur le côté coupant de toute la toison. Cela ressemble exactement à une peau de mouton préparée, mais dans ce cas, le mouton ne doit pas mourir en premier.