FIV : Quelques informations de base

Le virus de l’immunodéficience féline (FIV) est un rétrovirus étroitement lié au virus VIH humain. Toutefois, il ne présente pas de risque pour la santé humaine, car il est spécifique à l’espèce. Le virus a été identifié pour la première fois au milieu des années 1980 en Californie, mais il est rapidement devenu évident qu’il est présent dans le monde entier.

Différentes souches ou “clades” du virus sont reconnues, et leur prévalence varie d’un pays à l’autre, le sous-type A étant le plus courant au Royaume-Uni et en Irlande, et le sous-type B en France. Il est utile de garder ces informations à l’esprit lorsque nous parlerons plus tard de la vaccination contre la maladie.

Comment la FIV est-elle transmise ?

Les chats infectés répandent des particules de FIV dans les sécrétions corporelles, et des études expérimentales ont documenté l’infection par diverses voies. Cependant, l’infection “naturelle” ne se produit généralement que par morsure, la salive infectée transmettant le virus dans le sang de la victime. Par conséquent, l’infection est plus fréquente chez les chats mâles entiers d’extérieur et chez les autres chats d’extérieur qui sont impliqués dans des disputes agressives sur le territoire ou d’autres “biens”. Le risque réduit d’infection par le FIV est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles il est conseillé de faire stériliser votre chat.

Bien que seulement environ 1 chat sur 25 (en moyenne) dans une population donnée soit infecté par le FIV, il a été démontré qu’environ 1 chat sur 6 ayant subi une morsure de chat sera par la suite testé positif.

Structure d’un rétrovirus

Comment la FIV cause-t-elle la maladie ?

Après l’infection, le virus est attaqué par des cellules du système immunitaire. Cependant, plutôt que de surmonter l’infection, ces cellules deviennent les hôtes du virus du FIV. Il se reproduit dans un type particulier de cellule appelé lymphocyte T, qui est responsable de la régulation du système immunitaire. Ces lymphocytes T sont présents dans tout l’organisme et, pendant les premières semaines de l’infection, on peut détecter un élargissement des ganglions lymphatiques. Les ganglions lymphatiques sont des structures contenant un grand nombre de lymphocytes, que l’on trouve à différents endroits, notamment sous la mâchoire, devant les articulations des épaules et entre les ventres des muscles du mollet dans les pattes arrière.

Le chat infecté peut présenter de légers signes de maladie pendant cette phase, allant de la fièvre à l’inappétence, ou bien les signes peuvent ne pas être remarqués du tout. La grande majorité des chats connaissent alors une très longue phase asymptomatique, pendant laquelle le virus réside “tranquillement” dans ses cellules hôtes. Cependant, même pendant cette phase “asymptomatique”, la fonction immunitaire diminue car le virus a un effet négatif sur les lymphocytes T infectés.

De nombreux chats infectés par le FIV quitteront une vie raisonnablement saine pendant des années avant de développer des signes d’immunodéficience sévère. Cependant, ils auront souvent besoin d’un traitement plus agressif pour des maladies mineures, par exemple des cures d’antibiotiques prolongées, pour des affections relativement mineures dans l’intervalle.

Lipidose hépatique féline : Maladie hépatique grasse chez les chats

Kit de test sanguin de la FIV

Symptômes de l’infection à VIH chez les chats

La plupart des signes observés ne sont pas directement causés par le virus du FIV, mais sont plutôt le résultat d’un dysfonctionnement du système immunitaire. L’immunité chez un animal sain est un équilibre délicat entre tolérance d’agents non nuisibles tels que les propres cellules de l’animal, et reconnaissance élimination d’agents nuisibles (pathogènes). En raison des rôles multiples que jouent normalement les lymphocytes T, la maladie chez les FIV peut résulter soit d’une perte de tolérance, soit d’une incapacité à reconnaître et à éliminer efficacement les organismes infectieux ou les cellules cancéreuses.

Bien que le dépistage spécifique du virus à l’aide d’un kit tel que celui présenté ci-dessus soit un moyen très sensible de détecter l’infection, les autres résultats des analyses sanguines de routine et autres dépistages ne sont pas spécifiques et ne permettront pas de poser un diagnostic. Il est donc vital que votre vétérinaire soit suspicieux à l’égard du FIV chez tout chat présentant une forme inhabituellement grave ou récurrente de toute maladie.

La gingivite et la stomatite, une affection courante qui provoque de fortes douleurs buccales, sont souvent associées à la FIV. Elle doit également être exclue chez tout chat présentant une rhinite chronique ou des symptômes grippaux. Une perte de poids inexpliquée ou une hypertrophie des ganglions lymphatiques peuvent également être observées.

Les changements de comportement, les crises et les troubles du sommeil sont des symptômes neurologiques courants, et l’infection par le FIV est également une cause de stérilité chez les animaux d’élevage.

Prévention du FIV : vaccination

Bien qu’un vaccin contre le FIV soit disponible dans de nombreuses régions du monde depuis un certain temps déjà, il fait toujours l’objet d’une certaine controverse dans les milieux vétérinaires pour plusieurs raisons. Le vaccin est raisonnablement efficace, prévenant l’infection chez environ 4 chats vaccinés sur 5 qui sont exposés au même sous-type du virus, et cela fait partie du problème ; alors que le vaccin protège contre la majorité des souches trouvées chez les chats nord-américains, il est inefficace contre les souches trouvées en Europe. Pour cette raison, entre autres, le vaccin n’est pas autorisé à être utilisé dans les pays européens.

L’autre problème avec le vaccin est qu’il peut entraîner des difficultés pour évaluer si un animal est infecté ou non plus tard dans sa vie. Même chez un chat vacciné, il y a toujours un risque qu’il soit infecté plus tard dans la vie. Les tests sanguins du FIV effectués par les vétérinaires mesurent les niveaux d’anticorps contre le virus, et à l’heure actuelle, il n’existe aucun moyen fiable de distinguer un animal qui a des niveaux d’anticorps élevés à cause de la vaccination d’un animal qui a été infecté par le virus du FIV.

La situation est encore plus difficile lorsqu’il s’agit d’un chat errant pris en charge par une organisation de sauvetage ou un particulier, car dans ces situations, nous souhaitons tester le chat entrant pour détecter les maladies infectieuses. Si le chat est positif pour le FIV, nous devons envisager la possibilité qu’il s’agisse d’un ancien animal de compagnie qui a été vacciné contre le FIV, et nous ne sommes pas sûrs de son statut au regard du FIV. C’est une véritable énigme, à laquelle nous n’avons pas encore trouvé de solution.

Comment installer un refuge pour chats d'extérieur pour les animaux de compagnie, les animaux errants et les animaux sauvages

Votre relation avec votre vétérinaire

Si vous avez un chat FIV positif, vous allez certainement compter sur l’avis de votre vétérinaire au fil des ans. Je suis fermement convaincu que si votre vétérinaire n’a pas une vision positive de la gestion de la santé de votre chat, ou s’il vous conseille d’euthanasier votre chat au moment du diagnostic alors qu’il est par ailleurs en bonne santé, vous devriez trouver un nouveau vétérinaire.

Votre chat est FIV positif : Et maintenant ?

La cinquième n’est PAS une condamnation à mort. Si le virus du FIV lui-même est résistant au traitement, les maladies causées par la déficience immunitaire ne le sont pas. Il est important que votre vétérinaire connaisse le statut FIV de votre chat afin de formuler des plans de traitement appropriés, qui doivent généralement être plus intensifs et plus prolongés que ceux d’un patient FIV négatif présentant des symptômes similaires. Cependant, un statut FIV positif ne doit jamais être utilisé comme une raison de ne pas poursuivre les investigations diagnostiques ou les traitements.

Il y a eu plusieurs “fausses pistes” dans la recherche de traitements antiviraux efficaces contre la FIV. Bien que certains rapports aient été publiés sur le traitement efficace du virus avec des médicaments antirétroviraux humains (par exemple l’AZT) utilisés dans le traitement du VIH et du sida, tout avantage des antiviraux est contrebalancé par les effets négatifs sur le patient, tels que l’anémie. Dans tous les cas, grâce à une gestion attentive des problèmes secondaires tels que la gingivite ou les symptômes chroniques de la grippe, la plupart des chats séropositifs pour le VIH peuvent jouir d’une bonne qualité de vie pendant presque aussi longtemps qu’un patient négatif pour le VIH.

Où trouver un bon vétérinaire pour chats

  • AAFP | American Association of Feline PractitionersSi votre vétérinaire n’est pas positif ou proactif dans la gestion de votre chat FIV positif, alors ceci est une ressource utile pour trouver un cabinet vétérinaire adapté aux chats.

Qualité des soins pour les chats avec la FIV

Soins de routine pour les chats infectés par le VIH

En plus d’être sensible aux infections virales et bactériennes, votre chat est plus susceptible de développer une lourde charge de parasites, même avec un niveau d’exposition plus faible. Les mains, les pieds et les vêtements peuvent facilement transporter des puces, des œufs de vers ou des larves provenant de l’extérieur, et il est essentiel de lui administrer régulièrement des vermifuges et des traitements anti-puces.

Les chats atteints de FIV ne devraient jamais être nourris avec de la viande crue, car ils sont beaucoup plus susceptibles de souffrir d’une intoxication alimentaire aiguë ou d’une infection par un toxoplasme qui peut entraîner une maladie grave ou la mort. Une alimentation commerciale équilibrée et de bonne qualité est le meilleur régime alimentaire pour la plupart des chats, mais surtout pour ceux qui souffrent d’une immunodéficience.

Vaccination des chats séropositifs pour le FIV

Bien que la vaccination des chats séropositifs pour le FIV contre les maladies courantes, notamment les virus de la grippe et de la panleucopénie, ait suscité une certaine controverse, les chats séropositifs pour le FIV qui sont généralement bien répondent bien à la vaccination. Ils montrent des augmentations appropriées des niveaux d’anticorps après la vaccination, qui sont protecteurs contre ces maladies.

Cependant, il est possible que la vaccination favorise la réplication virale par la stimulation des lymphocytes T. Cela semble être une préoccupation théorique qui, à ma connaissance, n’a pas été confirmée par la recherche. En général, la plupart des praticiens félins recommandent la vaccination, sauf dans des circonstances exceptionnelles où le propriétaire peut garantir que ni lui ni son chat ne seront en contact avec d’autres chats.

Avantages et inconvénients d'un cage métallique pour chats

La voie de propagation la plus courante de la plupart des maladies virales félines n’est pas le contact direct entre les chats, mais plutôt sur des fomites tels que les mains et les vêtements. Parlez-en à votre vétérinaire pour évaluer le risque individuel de votre chat de contracter une maladie.

Être un propriétaire responsable

Malheureusement, vous devez considérer votre chat FIV positif comme un risque pour les autres chats. Le FIV est essentiellement une maladie transmise par un comportement agressif, et en tant que tel, il y a un faible risque de transmission entre les chats d’un foyer “stable”, avec l’introduction d’aucun nouvel animal de compagnie, et sans bouleversements majeurs (par exemple, un déménagement, l’installation d’un parent âgé). En cas de stress important dans la maison, les tempéraments peuvent s’échauffer et l’agressivité entre les chats peut devenir un problème.

Dois-je séparer mon chat FIV positif ?

Cependant, je ne conseille généralement pas à mes clients de séparer leurs chats FIV positifs de ceux qui sont négatifs dans la maison. Si un stress tel que ceux mentionnés ci-dessus peut être anticipé, il est alors conseillé de prendre des mesures telles que l’utilisation de Feliway pour réduire l’agressivité.

Bien entendu, outre le risque que représente votre chat, votre chaton séropositif est également plus susceptible de contracter d’autres maladies des chats à l’extérieur. Ce risque est évidemment aussi éliminé en empêchant son contact avec des chats dont l’état de santé est inconnu.

Dois-je laisser sortir mon chat séropositif ?

Si le risque pour les autres chats de votre maison peut être très faible, il n’en va pas de même pour les autres chats que votre animal rencontre à l’extérieur. Une agression territoriale est très susceptible d’entraîner un comportement de morsure, et même un chat relativement passif pourrait potentiellement se retrouver dans une situation où il mordrait un autre animal, et transmettrait ainsi cette maladie incurable.

Pour cette raison, la seule façon responsable de gérer votre chat avec la FIV est d’en faire un chat d’intérieur uniquement. Cela peut représenter un énorme défi, mais on ne peut pas sciemment mettre l’animal de compagnie adoré de quelqu’un d’autre en danger de contracter une maladie à long terme.

Si votre chat est habitué à avoir accès à l’extérieur, il est essentiel que vous essayiez de remplacer une partie de la stimulation que la vie à l’extérieur procure dans les limites de votre maison. Les arbres à grimper, les pointeurs laser et les souris robotisées ne sont que quelques-unes des choses que vous pouvez fournir pour rendre votre maison plus stimulante et plus accueillante pour les chats.

Que signifie tout cela ?

Si vous ne retenez rien d’autre de cet article, je tiens à vous faire comprendre que la FIV n’est pas une maladie en phase terminale. J’ai eu plus d’un patient infecté par le FIV qui a vécu plus de vingt ans. Avec le dévouement de son propriétaire, l’apport d’un vétérinaire engagé, un environnement enrichi et une alimentation de qualité, votre chat peut vivre longtemps, en bonne santé et heureux.

Veuillez utiliser la section des commentaires ci-dessous si vous souhaitez laisser un message ou si vous avez des questions concernant votre chat.

Vous voulez en savoir plus ? Une présentation détaillée sur la FIV