Les chevaux de trait sont des animaux magnifiques, et leur popularité est en hausse. Ce que certains nouveaux propriétaires de chevaux de trait ne savent peut-être pas, c’est que les chevaux de race pure et les chevaux de trait croisés, comme le cheval de sport, sont sensibles à certains problèmes de santé qui ne sont pas si courants dans les races de chevaux légers. Le fait de connaître et de suivre des programmes de gestion spécialisés peut aider à prévenir des maladies comme l’azoturie, les frissons, le talon gras et l’épidermolyse bulleuse jonctionnelle.

1. Épidermolyse bulleuse jonctionnelle

L’épidermolyse bulleuse jonctionnelle (JEB) est une maladie incurable qui est causée par un gène muté présent chez 30 à 35 % des chevaux de trait belges. Dans cette condition, le cheval manque de la protéine cutanée Laminin-5. Cette maladie mortelle provoque la mort des poulains dans la semaine qui suit leur naissance. Les couches de peau sont incapables de se coller les unes aux autres, et des plaques de poils et de peau commencent à frotter aux points de pression, s’étendant à des plaques de plus en plus grandes. Les sabots se détachent également et des ulcères se forment dans la bouche et sur la langue. Dès que l’on sait qu’un poulain est atteint de JEB, il doit être euthanasié, car il s’agit d’une maladie atroce.

En 2002, des chercheurs ont trouvé où se trouvait le site du gène de la mutation. Un test d’ADN permet désormais de déterminer si les animaux de reproduction sont porteurs. Si une jument et un étalon sont tous deux porteurs, ils ne doivent pas être accouplés.

2. Azoturia

L’azoturie, également connue sous le nom de maladie du lundi matin, est un trouble métabolique courant chez les chevaux de trait. Elle survient généralement après que le cheval a pris congé et est ensuite remis au travail. Le cheval présente des symptômes de transpiration abondante, de comportement nerveux, de pouls rapide et de raideur musculaire, en particulier dans l’arrière-train, peu après avoir commencé à travailler. Le cheval présente de fortes douleurs et des spasmes musculaires. L’urine du cheval sera sombre en raison du pigment rouge des cellules musculaires qui est libéré dans le sang lorsque les fibres musculaires se décomposent. Si le cheval est forcé de continuer à travailler, les symptômes s’aggravent et le cheval s’effondre. Le cheval peut mourir d’une insuffisance rénale parce que les reins ne peuvent pas filtrer les enzymes libérées dans le sang par les muscles.

Comment s'offrir un cheval à l'adolescence

Certains chercheurs pensent que la cause de l’azoturie pourrait être liée à la myopathie équine de stockage des polysaccharides (EPSM), un état métabolique que l’on trouve chez de nombreux chevaux de trait et qui consiste pour le muscle à accumuler du glycogène et des composés liés au glycogène plutôt que de les utiliser pour produire de l’énergie.

Le Dr Elizabeth A. Valentine écrit dans son article « EPSM-Muscle Diseases in Draft Horses » que les scientifiques ne comprennent pas encore ce qui pousse le cheval de trait à subir des lésions musculaires massives, mais des études sur les muscles de chevaux présentant des signes de la maladie du lundi matin montrent que l’EPSM est une maladie sous-jacente courante.

Un régime alimentaire pauvre en glucides est la meilleure mesure préventive pour éviter la FSESP. Dans le passé, divers médicaments, dont des stéroïdes, des relaxants musculaires et des minéraux, étaient utilisés pour traiter le cheval une fois qu’il avait un épisode. Le régime EPSM s’est avéré très efficace pour prévenir de nouveaux épisodes lorsqu’il est appliqué dès les premiers stades de la maladie. L’exercice est également important pour le rétablissement des chevaux de trait souffrant d’azoturie. Ils ne doivent pas être dans une stalle à liens, mais de préférence à l’extérieur où ils peuvent se déplacer.

3. Frissons

Les frissons, ou frissons, sont une maladie neuromusculaire que l’on trouve surtout chez les chevaux de trait et les croix de trait. Elle est facile à diagnostiquer en raison de ses symptômes uniques. Les symptômes sont des secousses ou des tremblements soudains de l’arrière-train, dans lesquels la jambe fléchit vers le ventre du cheval et la queue se soulève et tremble dans un mouvement de pompage pendant que le cheval recule. Le cheval ne peut pas reculer parce que les pattes arrière restent coincées dans une position fléchie vers le haut.

L'anglais contre l'occidental pour les nouveaux cavaliers

Pendant des années, les vétérinaires ont pensé qu’il y avait un lien avec les frissons et la SEPE, mais le rapport de recherche équine de la Morris Animal Foundation de 2007 indique que la myopathie équine de stockage des polysaccharides ne provoque pas de frissons, bien que ces deux maladies soient courantes chez les chevaux de trait et les warmbloods. On suppose que les frissons sont héréditaires, qu’ils peuvent être le résultat de lésions neurales laissées par des maladies infectieuses comme la grippe ou la gourme, ou qu’ils peuvent être causés par un traumatisme. Le traitement se limite au massage, à l’acupuncture et à l’exercice. Une quantité suffisante de vitamine E et de sélénium minéral dans l’alimentation semble être importante pour contrôler les épisodes. Malheureusement, le frisson est généralement une maladie chronique qui s’aggrave progressivement si le cheval continue à être travaillé.

4. Talon gras

Le talon gras, ou égratignures, également appelé fièvre de la boue, est un type de dermatite sur le dos du paturon. C’est une maladie moins grave que les autres mentionnées, mais elle peut être persistante chez les races de chevaux de trait qui ont beaucoup de plumes. On la trouve le plus souvent sur les pattes arrière. On pense que les longs poils sur le dos du paturon, associés à une humidité constante et à une mauvaise hygiène, en sont la cause. Les symptômes sont une inflammation et un liquide suintant qui devient croûté et croûteux. Au moment où l’on s’en aperçoit, il est généralement déjà là depuis un certain temps.

Ce que vous devez savoir sur les coliques et les vers de cheval

Le traitement consiste à couper tous les cheveux longs, puis à laver la zone à l’eau chaude et au savon doux, en frottant pour enlever les croûtes. Un bon remède à domicile pour les cas légers consiste à couvrir la zone affectée avec une pommade composée d’une part de Néosporine, d’une part de crème à la cortisone et de deux parts d’oxyde de zinc (pommade pour couches de bébé). Gardez le cheval dans un environnement sec et propre. Dans les cas avancés, le vétérinaire prescrira généralement une pommade antibiotique et corticostéroïde ou fera même des injections d’antibiotiques au cheval. Si le cheval n’est pas traité, la maladie s’étendra autour de la bande de la couronne jusqu’à l’avant du pied.

Pour résoudre ces problèmes de santé des chevaux de trait, rassemblez le plus de connaissances possible afin de pouvoir donner à votre cheval de trait les meilleurs soins possibles. Il est important d’être un éleveur responsable, en ne choisissant que des juments et des étalons en bonne santé. Même si vous ne possédez pas de cheval, vous pouvez aider en faisant des dons à des instituts de recherche comme la Fondation Morris et à des universités ayant des programmes de recherche équine.