En ce moment même, des chevaux sont négligés et maltraités quelque part. L’abattage est également une possibilité. La plupart de ces chevaux négligés finissent aux enchères. Tous les États en ont ; vous avez probablement des ventes aux enchères de chevaux près de chez vous. Dans certains endroits, les ventes aux enchères ont lieu une fois par semaine, par mois ou même par jour. Ces ventes aux enchères sont un bon endroit pour trouver des chevaux qui ont besoin d’être sauvés. Si vous êtes à la recherche d’un cheval, envisagez d’aller aux ventes aux enchères. Les chevaux ne doivent pas nécessairement être enregistrés avec un pedigree et une lignée parfaits pour faire un bon animal de compagnie !

Vous évitez peut-être que le cheval ne finisse dans un abattoir et, par conséquent, sur la table de quelqu’un en Belgique pour le dîner. Il existe de plus en plus de sauvetages de chevaux en France, mais la plupart d’entre eux disposent de fonds et de ressources limités pour acheter et s’occuper des chevaux de sauvetage. De ce fait, beaucoup ne sont pas en mesure de sauver tous les chevaux qui ont besoin d’aide.

Vous pouvez aider en assistant à une vente aux enchères et en emmenant un cheval (ou plusieurs, si vous avez la place et les ressources) chez vous !

Les problèmes typiques des chevaux de sauvetage sont les sabots enflés, le fondateur et la malnutrition.

En quoi les chevaux de sauvetage sont-ils différents ?

Les chevaux de sauvetage ne fonctionnent souvent pas de la même manière que les chevaux qui ont été soignés correctement. Ils peuvent avoir été privés pendant longtemps d’une alimentation et de soins de santé appropriés, ce qui peut affecter leur système métabolique et digestif.

Manteau et sabots

De plus, ils peuvent avoir des maladies ou être infestés de parasites. Le plus souvent, ils n’ont pas reçu de soins appropriés pour leurs sabots et sont sujets à des problèmes de sabots de fondateur et autres. Presque toujours, leurs dents ont besoin de flotter ou d’autres soins, surtout dans le cas des chevaux âgés.

Ils peuvent avoir des problèmes de peau qui nécessitent des soins. Les infections fongiques sont assez courantes. Elles nécessitent l’évaluation rapide d’un vétérinaire compétent et des soins spéciaux pour les aider à recouvrer la santé sans choquer leur système.

Nourrir un cheval de sauvetage

La première chose que vous penserez devoir faire est de « nourrir le cheval ». Faux ! C’est la pire chose que vous puissiez faire ! La chose la plus essentielle à garder à l’esprit est que tout ajustement doit être fait progressivement et par petits paliers.

Comment s'offrir un cheval à l'adolescence

Si vous gardez le cheval dans une stalle ou un terrain sec, gardez du foin frais et propre (de l’herbe, pas de luzerne), et arrosez devant eux à tout moment. Ces deux aliments de base leur sont accessibles sans restriction. Mais en ce qui concerne le grainage, ne donnez au cheval qu’une toute petite poignée d’un aliment complet sous forme de granulés 3 à 5 fois par jour. Si vous leur en donnez plus, vous risquez de provoquer des coliques chez le cheval. Un mélange de 10-11% de protéines est suffisant.

Au bout d’une semaine environ, si le cheval ne montre aucun signe de détresse, augmentez la quantité de céréales à 1/2 livre trois fois par jour, jusqu’à ce que vous atteigniez la quantité spécifiée par votre vétérinaire comme dose journalière normale pour le cheval en question.

Si le cheval continue à tolérer le changement de régime, vous devriez pouvoir augmenter la ration quotidienne totale d’une livre tous les dix jours. Si votre cheval secouru est un cheval âgé, il devrait recevoir des granulés pour chevaux âgés au lieu de la nourriture habituelle, car la nourriture habituelle est trop dure pour leur système digestif. Ne vous découragez pas. Il peut s’écouler jusqu’à un an avant que le cheval n’atteigne une bonne santé. Mais en général, vous pourrez constater une nette amélioration au bout d’une semaine ou deux. Après cela, les progrès sont lents. N’oubliez pas qu’il a fallu beaucoup de temps au cheval pour en arriver là !

Santé et quarantaine

Un cheval nouvellement sauvé doit toujours être mis en quarantaine. S’ils sont porteurs de maladies ou de parasites, vous ne voudrez pas qu’ils infectent d’autres chevaux que vous avez. En général, la quarantaine doit durer au moins deux semaines.

La gourme (Streptococcus equi) nécessite 10 jours d’incubation avant que le cheval ne commence à montrer des signes d’infection. De plus, il est préférable que le cheval secouru soit tenu à l’écart des autres chevaux pendant sa convalescence afin de réduire le stress dû aux combats pour la nourriture, à la domination du troupeau, etc. Le cheval doit subir un test de Coggins et vous devez attendre et vous assurer que les résultats sont négatifs. Le cheval doit subir un test de Coggins et vous devez attendre et vous assurer que les résultats sont négatifs. Il se peut que cela prenne quelques jours pour obtenir les résultats. Lors des ventes aux enchères, il est censé y avoir un vétérinaire qui certifie que les chevaux sont négatifs au test de Coggins. Vous devez demander à voir un Coggins négatif sur le cheval avant de le ramener chez vous. Il est toujours préférable d’être du côté de la sécurité. Gardez le cheval aussi propre, sec et confortable que possible. Et assurez-vous que la première chose que vous faites est d’appeler votre vétérinaire pour qu’il examine le cheval afin de déterminer les problèmes de santé qu’il pourrait avoir. Les conseils du vétérinaire sont les principaux conseils auxquels vous devez vous référer et que vous devez suivre !

Comment empêcher un cheval de mordre

Sabots et parasites

L’autre chose importante que vous devez faire est d’appeler votre maréchal-ferrant immédiatement, et de lui demander de regarder les sabots de votre cheval sauvé. Surtout si les sabots sont envahi par la végétation ou s’ils ont l’air d’avoir coulé. Le soin des sabots est extrêmement important dans la vie d’un cheval ! La photo ci-dessus montre un exemple de la forme que peuvent prendre les sabots d’un cheval sauvé. Il s’agit de Sugar Candy, un poney que j’ai sauvé d’une vente aux enchères locale. Lorsqu’ils l’ont amenée sur le ring de la vente, tout le monde s’est moqué d’elle et l’a appelée « Snowshoes » – bien sûr, elle a dû rentrer à la maison avec moi !

Ses sabots étaient en fait bien pires que ce à quoi ils ressemblent sur cette photo. Environ 15 cm de plus des sabots étaient enterrés dans une terre molle que vous ne pouvez pas voir ici.

Il lui a fallu environ un an et des visites mensuelles chez le maréchal-ferrant pour que ses sabots soient à moitié normaux. Ses os avaient pris une position anormale, et elle a sombré, ce qui était très douloureux et lui rendait la marche difficile.

Les opinions divergent quant à l’élimination des parasites chez les chevaux de sauvetage. En règle générale, le cheval de sauvetage doit être nourri au tartrate de pyrantel (vermifuge quotidien) pendant 2 à 4 semaines, puis à 4 semaines, il doit recevoir de l’ivermectine en fonction de son poids, puis 6 à 8 semaines plus tard, il doit être vermifugé au fenbendazole, et ensuite continuer avec un programme de vermifugation régulier.

Ce n’est pas une bonne idée de donner du Quest/moxidectine en donnant aux chevaux le médicament contre les vers quotidiens, le tartrate de pyrantel. Consultez votre vétérinaire pour connaître les besoins de votre cheval en matière de vermifugation.

Les questions sociales et mon expérience

Les chevaux de sauvetage ont aussi d’autres problèmes. Soit ils ont été maltraités, soit ils ont été bloqués dans un pâturage ou un terrain sec quelque part et personne n’y a prêté attention. Vous constaterez que votre cheval de secours peut être têtu, qu’il peut mordre ou donner des coups de pied, ou qu’il peut avoir d’autres mauvaises habitudes qu’il vous faudra corriger.

Le cheval ne doit pas être habitué à être près des gens. Rappelez-vous ici, encore une fois, qu’il a fallu beaucoup de temps au cheval pour en arriver là, et qu’il faudra du temps et de la patience pour que le cheval vous fasse confiance et apprenne à faire ce que vous voulez qu’il fasse. Les chevaux ont besoin d’attention et de soins tous les jours, jour après jour. La photo au début de l’article est celle de Shonac, environ deux semaines après que je l’ai ramené à la maison après une vente aux enchères locale. Il a les jambes boueuses à force de patauger dans l’étang. Il n’a probablement pas l’air très bien pour vous, mais pour moi, il avait l’air merveilleux vu son apparence quand je l’ai trouvé.

La gestion du cheval dominant

Ses os de la hanche dépassent d’au moins un pied de chaque côté, sa tête est toute crevassée et saigne, la pluie pourrit sur toute sa tête et dans ses yeux. C’est ce qu’est la zone rose autour de ses yeux. Il était vraiment dans un sale état. Sur cette photo, il s’était considérablement rempli et pouvait consommer jusqu’à 1,5 kg de granulés pour seniors trois fois par jour, en plus de toute l’herbe et de l’eau qu’il pouvait manger.

Il n’en avait jamais assez des pâturages ! Il avait été maintenu dans un terrain sec, sans nourriture ni eau ! Le vétérinaire a dit qu’il avait environ 20 ans. Il était si mal nourri qu’il pouvait à peine se lever ou marcher quand je l’ai ramené à la maison. Shonac était un Appaloosa qui faisait le « Indian Shuffle ». Sous le blanc, sa peau avait des taches noires partout, comme un dalmatien. Tout le monde disait : « il est si laid », mais c’était un cheval très doux, et tout le monde pouvait faire n’importe quoi avec lui – les petits enfants pouvaient marcher sous son ventre et tirer sur sa queue, et ça ne le dérangeait pas du tout. Shonac est un nom indien qui signifie quelque chose comme « celui qui survit à de grandes difficultés, mais qui obtient une grande fortune à la fin ». J’ai trouvé que ça lui allait parfaitement. Shonac a vécu deux ans et demi après avoir été secouru. Il a passé ses derniers jours dans une ferme de 21 acres, à manger de la bonne herbe du Kentucky en compagnie de 14 autres chevaux. Shonac a vraiment été le début du sauvetage pour moi. Malheureusement, il a traversé le Rainbow Bridge. Mon ami me manque.

Plus d’informations sur les soins, la santé et la formation des chevaux de sauvetage

L’Association américaine des praticiens équins (AAEP) a élaboré un nouveau guide de ressources intitulé « Care Guidelines for Equine Rescue and Retirement Facilities ». Ce guide est conçu pour aider le soignant non vétérinaire à prodiguer avec succès des soins à un cheval sauvé ou à un cheval ayant besoin de réadaptation.

Les sujets abordés dans le guide comprennent la gestion de la santé et la nutrition de base, la réalimentation du cheval affamé, les soins à apporter au cheval gériatrique et la détermination du moment où l’euthanasie est nécessaire pour des raisons humaines.« Care Guidelines for Equine Rescue and Retirement Facilities » est disponible gratuitement auprès du bureau de l’AAEP Pour en demander un exemplaire, appelez le 800-443-0177 ou envoyez un courriel à aaepoffice@aaep.org.