Discipline et abus

De nos jours, la maltraitance des animaux est devenue une question sociale importante. Les opinions sur la question vont de ceux qui pensent que les animaux ne sont que des biens et qu’ils peuvent leur faire ce qu’ils veulent aux opinions extrêmes de certains membres de PETA.

J’ai personnellement été attaqué pour avoir déclaré que l’utilisation d’un fouet est acceptable dans certaines circonstances, et pour avoir dit que je n’en avais pas tout le temps sur moi. Ainsi, certaines personnes fixent des limites à différents endroits.

Toutefois, il se peut qu’il y ait de bonnes règles empiriques à suivre en la matière.

Psychologie équine

Pour comprendre où se situe la limite, il faut comprendre les chevaux. J’ai eu beaucoup trop de rapports avec une femme qui croyait (et qui a convaincu les autres) que les chevaux avaient une peau si épaisse qu’ils la sentaient à peine quand on les battait. Elle ne m’a jamais convaincue, mais elle a appris à de nombreux enfants à battre les chevaux.

Les chevaux sont, en effet, très sensibles aux contacts physiques de toutes sortes. En effet, une grande partie de la communication entre le cavalier et le cheval se fait par l’intermédiaire du siège et des jambes. Les chevaux réagissent rapidement à la discipline physique et à la récompense physique. (Si vous voulez vraiment rendre votre cheval heureux, essayez de gratter doucement la base de la crinière à peu près à mi-chemin du cou – ils adorent ça).

De plus, les chevaux ont une mémoire étonnamment bonne. Des études ont prouvé que les chevaux se souviennent des personnes qui les traitent bien et de celles qui les traitent mal. J’ai personnellement vu un cheval montrer des signes évidents qu’il se souvenait que « Untel a toujours des friandises » alors que la personne concernée n’avait pas été là depuis plusieurs mois. De ce fait, les chevaux sont presque aussi vulnérables aux traumatismes que les humains.

Par exemple, une de mes connaissances avait un hongre Standardbred gagnant de plusieurs concours qui s’est transformé en un magnifique chasseur. Il avait eu une longue et brillante carrière (il n’a été saqué que pour des raisons médicales), mais il a ensuite fait une mauvaise épave sur la piste, ce qui a entraîné un atterrissage boudeur sur lui. Ce cheval n’a plus jamais été attelé ; il ne voulait tout simplement pas être mis dans une quelconque voiture. Pouvez-vous le blâmer ?

Les chevaux aussi ne saisissent pas facilement le changement. Un cheval qui est déplacé dans une autre stalle peut continuer à essayer d’aller dans l’ancienne pendant des mois. Par conséquent, un cheval qui a été maltraité est susceptible de conserver des cicatrices psychologiques pendant une longue période.

Le deuxième aspect clé de la psychologie équine est que les chevaux ne considèrent pas les conséquences à long terme. Les chevaux ne sont conscients que des conséquences immédiates. Les corrections doivent donc être appliquées immédiatement et rapidement. Si vous attendez de rentrer à l’écurie, votre cheval aura oublié ce qu’il a fait de mal. Toute forme de discipline qui repose sur la compréhension par le cheval des conséquences non immédiates est inefficace et pourrait être considérée comme un abus.

Leasing d'un cheval : ce que c'est et des conseils

L’importance vitale de la libération dans le cadre de l’entraînement des chevaux

Des « conséquences immédiates » découle un aspect vital et central de l’entraînement des chevaux.

Lorsque nous demandons à un cheval de faire quelque chose, nous utilisons, pour la plupart, le contact physique, soit directement par le siège et les jambes, soit indirectement par les rênes. La voix est également importante (les conducteurs de calèches comptent souvent beaucoup sur la voix car le seul contact qu’ils ont avec les animaux se fait par l’intermédiaire des rênes).

Par exemple, si un cavalier veut qu’un cheval trotte, il fermera ses jambes sur les côtés du cheval et déplacera son siège légèrement vers l’avant. Mais dès que le cheval trotte, elle détend à nouveau ses jambes. Elle peut garder un peu l’intérieur de la jambe sur le cheval parce que cela aide l’équilibre du cheval, mais à la seconde où le cheval trotte, les aides sont arrêtées. C’est la libération.

La libération, tout simplement, est que lorsque le cheval fait ce que vous voulez, vous cessez de le harceler à ce sujet. Les chevaux qui ne sont pas libérés apprennent généralement à ignorer les signaux. C’est ce qu’on appelle la désensibilisation, et c’est courant chez les chevaux montés par des débutants. Cela a tendance à entraîner une escalade de signaux de plus en plus forts et peut aboutir à la sortie du fouet.

Lorsque vous appliquez la discipline, n’oubliez pas de relâcher. Trop souvent, vous verrez un cavalier – parfois un cavalier de compétition avancé – frapper un cheval pour avoir refusé et continuer à le frapper, quoi qu’il fasse. (La moitié du temps, le refus était de toute façon de leur faute).

Non seulement le fait de frapper un cheval 8 ou 10 fois comporte le risque de le blesser physiquement ou mentalement, mais cela viole complètement le principe de libération. Dès que le cheval fait ce que vous lui demandez, la pression doit s’alléger. Un cheval qui est battu n’a pas la possibilité de faire ce que le cavalier veut, il est juste harcelé et soumis à la pression.

Parfois, il est justifié de donner un coup de fouet à un cheval, mais n’oubliez pas qu’il s’agit d’une pression qui doit être suivie d’un relâchement. Par exemple, si un cheval ne veut pas avancer, la technique doit être de presser, taper, puis presser à nouveau. Cela donne au cheval une chance équitable de faire ce que vous voulez quand vous le demandez gentiment.

Faits intéressants sur les chevaux arabes que vous n'avez probablement jamais connus

Le cheval a-t-il vraiment fait quelque chose de mal ?

Un point très important pour la ligne est qu’un cheval ne devrait être discipliné que s’il a réellement fait quelque chose de mal.

Pour en revenir à la même personne qui a donné la phrase « les chevaux ont la peau épaisse », cette personne croyait également que si un cheval avait peur, la meilleure façon de résoudre le problème était de faire en sorte que le cheval ait encore plus peur de vous.

Frapper un cheval qui a peur, qui est anxieux ou qui souffre, c’est toujours de la maltraitance. Un cavalier apprend à déterminer ce qui se passe. Par exemple, si un cheval a toujours galopé auparavant et se met soudainement à ruer, ce n’est probablement pas de la malice. Il est plus probable que quelque chose le dérange.

Un problème courant qu’il faut toujours prendre en compte est que lorsque les chevaux sont dressés, leur dos change de forme. Un cheval vert qui vient d’être dressé a peu de muscles sur ce que l’on appelle la « ligne du dessus ». Un cheval en forme peut en avoir beaucoup. Il arrive souvent qu’un entraîneur inexpérimenté découvre que son cheval vert se met soudain à faire du sport après environ deux mois de travail. Il peut penser, ou même se faire dire, que le cheval passe par une phase de « test » – alors que souvent les inévitables changements physiques ont abouti à une selle parfaitement ajustée alors que le cheval était à l’arrêt. C’est justement pour cette raison que de nombreux entraîneurs professionnels utilisent des selles à arçon réglable.

Un cheval ne doit pas être battu s’il a peur, mais plutôt être travaillé pour l’aider à surmonter sa peur. J’ai vu des chevaux réagir avec peur aux choses les plus étranges, comme entrer dans un box, ou un cheval qui sauterait n’importe quoi tant qu’il n’y a pas de fossé en dessous. Ces peurs apparemment irrationnelles sont souvent le résultat de quelque chose dans le passé de l’animal. Le cheval qui ne veut pas entrer dans une stalle peut avoir été, à un moment donné, piégé dans une stalle. Le cheval qui s’effraie dans les fossés peut avoir été coincé sous une clôture avec un fossé en dessous. J’ai également rencontré de véritables phobies chez les équidés, mais la plupart du temps, il y a un incident déclencheur. Les chevaux qui ont peur de certaines choses peuvent être désensibilisés avec le temps et la patience. Dans de nombreux cas, cependant, le cheval qui est battu parce qu’il a peur n’a plus peur de ce dont il avait peur, mais de son maître. De tels animaux ont besoin d’une rééducation pour leur apprendre à faire à nouveau confiance aux humains.

Les chevaux ne doivent pas non plus être battus s’ils réagissent comme ils le font à cause de la douleur et d’une sellerie mal adaptée. La mauvaise conduite soudaine d’un cheval qui est normalement un ange est dans 90 % des cas causée par un malaise physique quelconque. Bien entendu, il est essentiel de connaître son cheval et son comportement habituel.

Spectacles de dressage pour les randonnées : 4 façons de devenir un cow-boy m'ont aidé à monter à cheval

Y a-t-il une meilleure solution ?

Demandez-vous également s’il existe un meilleur moyen de faire passer votre message à l’animal.

Par exemple, dans le cas d’une mauvaise conduite chronique ou d’un cheval qui fait des crises de colère (j’ai vu des chevaux verts et des chevaux plus âgés qui n’ont pas été bien entraînés faire de véritables crises de colère), il est souvent beaucoup plus efficace de travailler le cheval jusqu’à ce que la mauvaise conduite cesse et de mettre immédiatement fin à la session de dressage.

Si un cheval refuse d’effectuer une manœuvre spécifique et que la douleur et l’inconfort ont été éliminés, il est alors beaucoup plus efficace d’entraîner cette manœuvre en dernier et de terminer la séance dès qu’elle a été effectuée correctement, jusqu’à ce que le cheval l’effectue tout de suite.

La fin de la séance de dressage une fois que le cheval a fait ce que vous voulez est, bien sûr, la « libération » ultime.

Pour les problèmes au sol, la voix et le langage corporel ont tendance à être plus efficaces que le fouet, bien que j’aie utilisé un fouet à fente comme barrière pour convaincre un cheval du concept d' »espace personnel ».

Enfin, si la mauvaise conduite consiste à s’enfuir ou à « décoller », le recours à toute forme de discipline physique tend à être contre-productif. Certains chevaux fuient à cause de l’inconfort – fuir peut être le symptôme d’un excès de mordant. Si le cheval le fait pour être un morveux, alors je n’ai trouvé qu’une seule solution efficace. Cette solution consiste à laisser le cheval courir. Lorsqu’il essaie de s’arrêter, laissez-le courir. Ne le laissez pas s’arrêter avant que vous ne le disiez. Il suffit généralement de deux ou trois applications de cette solution pour que le cheval se rende compte que s’enfuir avec vous n’est pas très amusant. Frapper un cheval qui s’enfuit lui servira souvent de prétexte pour s’enfuir à nouveau.

En résumé

En résumé, frapper un cheval peut être une forme de discipline ou d’abus. Certaines personnes pensent que toute utilisation du fouet est un abus. Cependant, les bonnes règles empiriques suivent :

La discipline doit avoir lieu immédiatement après la faute. Notez que le fait d’attacher un cheval et de le laisser réfléchir à ce qu’il a fait ne fonctionne pas sur les chevaux.

Un cheval ne doit jamais être discipliné parce qu’il a peur ou qu’il a peur.

Un cheval ne doit pas être discipliné s’il y a un soupçon raisonnable qu’il puisse souffrir ou être mal à l’aise.

Toute mesure disciplinaire doit être suivie d’une libération immédiate, à condition que la mauvaise conduite ait effectivement cessé. Il n’est presque jamais nécessaire de frapper un cheval plus d’une fois.

Pour certains comportements, l’utilisation du fouet n’est pas la méthode de discipline la plus efficace.