Conseils pour l’élevage de poulets de basse-cour en bonne santé

L’idée d’élever des poulets dans votre jardin vous a-t-elle intéressé ? Vous n’êtes pas seul. Comme beaucoup d’autres, vous envisagez un passe-temps amusant qui vous fournira des œufs et de la viande plus sains et plus savoureux que ceux que vous trouverez dans la plupart des supermarchés.

Mais avant de sauter dans les pattes, il y a certaines choses que vous devez examiner pour éviter une expérience désagréable pour vous et vos nouveaux poulets. Veillez à vous installer correctement avant de ramener vos oiseaux à la maison pour qu’ils se perchent. Vous devez être prêt pour leur arrivée dans un nouvel environnement ; passer d’un endroit à un autre peut être stressant. Être prêt à l’avance peut vous éviter, à vous et à vos nouveaux poulets, beaucoup d’anxiété.

Élevage de poulets : L’essentiel

Comment garder vos poulets de basse-cour en bonne santé et heureux

  • Alimentation

La nourriture que vous donnerez à vos poulets dépendra du type de poulet que vous avez. En règle générale, donnez à vos poulets une alimentation « complète ». Elle doit contenir les aliments dont vos poulets auront besoin, comme des glucides, des graisses, des protéines, des minéraux et, si vous pouvez vous le permettre, des vitamines. Il existe deux types d’aliments : conventionnel et biologique. Vous pouvez acheter l’un ou l’autre en ligne ou dans votre magasin de volailles agricoles local.

  • Abreuvoir et alimentation

Achetez un abreuvoir et une mangeoire qui sont suspendus à quelques centimètres du sol. Cela empêchera vos poulets de sauter sur les mangeoires et de se salir les pattes partout dans le conteneur. Certains modèles sont également équipés d’un dispositif de remplissage automatique, très fiable lorsque vous souhaitez faire voler le poulailler pendant quelques jours.

  • Un endroit pour dormir

Aussi absurde que cela puisse paraître, il faut leur fournir la literie adéquate pour les garder au chaud et à l’aise. Cela ne signifie pas que vous devez leur acheter des draps chez Bed, Bath, and Beyond. La bonne literie peut être un tas de foin propre ou de vieux journaux usagés. Si vous voulez qu’elle soit très spéciale, il existe de la literie que vous pouvez acheter en ligne ou dans les magasins de volailles.

La meilleure litière se trouve à l’intérieur du poulailler, où elle peut offrir aux poulets une surface douce pour se déplacer. La litière est également bonne pour votre troupeau car elle absorbe les odeurs et les déjections. Vous ne voulez pas d’un poulailler malodorant, n’est-ce pas ? Un autre avantage de la litière est qu’elle permet d’éviter que les œufs ne se fissurent, ce qui en fait une zone où les œufs peuvent se poser en toute sécurité.

Il existe de nombreuses variétés de literie, mais quel que soit votre choix, veillez toujours à ce qu’elle ait au moins deux pouces d’épaisseur et qu’elle soit vraiment absorbante.

  • Bains de poussière

Si vous voyez vos poulets creuser un trou peu profond et créer un gâchis avec de la terre, c’est qu’ils se baignent dans la poussière ! Les poulets aiment se baigner dans la poussière. Ces bains de poussière sont bénéfiques pour les poulets. Saviez-vous que lorsque les poulets prennent des bains de poussière, ils se protègent en fait contre les parasites et autres créatures qui vivent à l’intérieur de leurs pattes et de leurs plumes ? Pour qu’ils soient en bonne santé, il est nécessaire de prendre des bains de poussière.

L’endroit idéal pour faire leur truc est un endroit sec dans votre poulailler qui a des parcelles de terre fraîche et de saleté. Si votre zone est entièrement en ciment, ne vous inquiétez pas, car il existe des bains de poussière artificiels dans les magasins agricoles.

Tout ce que vous devez savoir sur l’élevage de poulets de basse-cour

1. Les avantages et les inconvénients de l’élevage de poulets de basse-cour

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles quelqu’un voudrait ou ne voudrait pas avoir des poulets dans son jardin. Voici quelques-uns des débats les plus courants sur la question des poulets de basse-cour :

Les avantages de l’élevage des poulets :

  • Le coût est incroyablement bon marché par rapport aux autres animaux

Quand on dit bon marché, non seulement le poulet lui-même compte, mais aussi l’entretien qu’il nécessite. Par rapport à l’entretien d’un chien ou d’un chat de compagnie, il est beaucoup moins cher de s’occuper de plusieurs poulets. Cela s’explique principalement par le fait qu’ils ne sont pas difficiles à nourrir. Vous pouvez leur donner des restes et des restes de table et ils les engloutiront avec plaisir. Avec seulement 2 euros par jour, vous pouvez acheter beaucoup de nourriture pour les poulets.

  • Vous pouvez obtenir quelque chose d’eux

En ce qui concerne les œufs, il est rare que vous rencontriez une poule qui ne peut pas pondre. Les œufs sont une bonne source de fer, ce qui est bon pour le cerveau. Vous pouvez soit vendre ces œufs, soit les conserver au réfrigérateur.

Comme la viande, chaque partie d’un poulet peut être consommée. Pour ceux qui ne veulent pas manger leurs animaux de compagnie ou les vendre, vous pouvez même les élever comme animaux de compagnie et à des fins d’exposition.

  • Ils ne nécessitent que peu d’entretien

Contrairement aux chiens qui ont besoin d’un toilettage quotidien et aux chats qui ont besoin de toute votre attention, les poulets n’ont pas besoin de ces fastidieuses nécessités quotidiennes. Vous n’avez pas besoin de les amener chez votre vétérinaire pour vous faire vacciner régulièrement. Il vous suffit de les nourrir et de leur fournir de l’eau propre tous les jours. Leurs poulaillers doivent seulement être nettoyés au moins une fois par semaine ou deux fois par mois, selon le nombre de poulets que vous possédez.

  • Ils vous donnent gratuitement des engrais et des moyens de lutte contre les parasites

Ce sont deux autres choses que les éleveurs de poulets aiment dans le fait de posséder des poulets. Lorsque vous laissez vos poulets vagabonder dans votre jardin, il est dans leur nature de picorer tout ce qui les intéresse et de satisfaire leur faim. Les poulets aiment tout ce qui vient du sol, surtout les choses qui bougent. Ils mangent des insectes, des bestioles, des vers et autres. Pour eux, ce sont des gâteries spéciales. De plus, il est dans leur nature d’éradiquer leurs déchets internes où bon leur semble. Leur caca est considéré comme un engrais naturel et peut être utilisé pour faire pousser des plantes et des racines dans un état sain.

Les inconvénients de l’élevage de poulets :

  • Ce ne sont pas les meilleurs animaux de garde à avoir

Si les poulets peuvent roucouler et émettre des sons familiers, il n’est pas dans leur nature de mordre ou de poursuivre une personne qu’ils voient et qui semble suspecte. Tout ce qu’elles peuvent faire, c’est grandir, manger et pondre des œufs. Ce ne sont pas non plus les animaux de compagnie idéaux si vous avez besoin d’une réponse émotionnelle comme le frétillement de la queue ou le ronronnement d’un chat.

  • Les poulets sont en désordre

Leur caca sent terriblement mauvais, et cette odeur peut atteindre certains endroits de votre maison. Si vous êtes le genre de personne qui ne veut pas passer par des heures de nettoyage parfois longues, les poulets ne sont pas vraiment des animaux de compagnie pour vous.

  • Un pour tous, tous pour un, y compris les maladies

En ce qui concerne la santé des poulets, c’est une escroquerie. Lorsqu’un poulet attrape un virus, normalement tous les autres l’attrapent aussi. Si l’un d’entre eux meurt à cause d’une infection virale, on s’attend à ce que de nombreux autres poulets vivant avec ce poulet infecté soient également en danger.

2. Lois locales sur les poulets

La première chose à faire est de vérifier les ordonnances locales (surtout si vous vivez dans les limites de la ville). La plupart des villes ont des lois sur le nombre de poulets que vous êtes autorisé à élever comme « animaux de compagnie ». Par exemple, certaines règles stipulent que les poules sont autorisées, mais pas les coqs.

Il est inutile de faire des projets à long terme si vous allez enfreindre des lois que vous ne connaissez pas. Vous pouvez également vous renseigner auprès de vos voisins pour savoir ce qu’ils pensent de l’élevage de poulets dans votre quartier. Vous constaterez peut-être que certains de vos voisins ne veulent pas être dérangés par le bruit et l’odeur. D’autres peuvent être prêts à accepter ce désagrément en échange de quelques œufs frais de temps en temps.

3. Choisir la bonne race de poulet

Les poulets sont des animaux merveilleux. Ils sont comme la noix de coco. Vous voyez, la noix de coco peut être utilisée de nombreuses façons, des feuilles aux racines. À plus d’un titre, les poulets sont élevés et soignés parce qu’ils peuvent en tirer de nombreux avantages. Dans les pays asiatiques, les poulets sont consommés du bec aux pattes, ce qui en fait l’un des produits les plus recherchés par la communauté animale.

Les poulets ne sont pas seulement utilisés pour l’alimentation, mais aussi à des fins ornementales. Tout dépend de la propriétaire de l’exploitation avicole si elle va élever des poulets pour l’alimentation ou pour l’exposition. Quel que soit le but de ces créatures, vous finirez par vous poser une simple question : quelle race choisir ?

Il y a en fait quatre idées à prendre en compte pour choisir une race : production d’œufs uniquement, œufs et viande combinés, exposition et viande uniquement. En plus de ces quatre idées, les gens comptent aussi les poulets comme un passe-temps et aiment les observer et en prendre soin.

L'élevage de poulets (l'animal de compagnie qui se paie)

Production d’œufs

Si vous ne vous intéressez qu’aux œufs, les White Leghorns, les Red Sex Links et les Golden Cornets font l’affaire. Ces races pondent très bien.

Un point intéressant : si vous voulez des œufs blancs, choisissez une race de poulet dont les lobes d’oreille sont blancs. Si vous voulez des œufs bruns, choisissez une race de poule dont les lobes d’oreille sont rouges.

Viande

Pour avoir de la bonne viande, il faut acheter une race qui grandit rapidement et qui pèse une bonne quantité, comme le Cornish Cross. Ce type de poulet est un croisement entre les races White Cornish et White Plymouth Rock. Ces deux races pèsent de quatre à cinq kgs au bout de six semaines et pèsent plus de six kgs au bout de huit à douze semaines.

Une combinaison d’oeufs et de viande

Les races à double objectif sont généralement une combinaison qui possède le talent d’une vaste production d’œufs et qui se développe également plus rapidement et plus largement que les autres races. Quelques exemples populaires sont le Plymouth Rock, le Wyandotte et le Sussex. Ce sont des races anglaises et françaises, on les trouve donc partout.

Exposition

Ces oiseaux sont appréciés pour leur beauté éloquente et leurs caractéristiques physiques. Habituellement, les poulets qui sont choisis pour être exposés lors de foires sont croisés pour leurs caractéristiques particulières. Les expositions d’élevage de volailles sont très populaires dans certaines régions du Midwest américain. Dans ces expositions, les poulets sont jugés sur la base de leur couleur, du type de race idéal, du poids et de la forme du corps, et d’autres caractéristiques clés.

Les bantams sont une race de poulet qui surpasse en nombre les grandes volailles lors des expositions. Ils ont des caractéristiques que les juges adorent : ils prennent moins de place, sont plus faciles à nourrir, mangent moins et sont plus faciles à manipuler. Même si leurs œufs sont petits, ils sont bons à manger comme les autres œufs ordinaires. Parmi les races populaires de bantams, on trouve les Wyandottes, les Cochins, les Old English Game et les Plymouth Rock.

Les bantams ne sont pas les seuls oiseaux qui ont droit au trône de poule d’exposition. Les grandes races de volailles se partagent également la vedette en raison de leurs grandes caractéristiques. Certaines de ces races sont le Leghorn, le Rhode Island Red et le Black Australorp. Ces races varient par leur type, leur taille, leur couleur, leur type de peigne et leur forme.

4. Construire une coopérative

Un poulailler est ce que l’on appelle normalement un poulailler. C’est leur royaume et leur château. Vous devez donc veiller à ce que leur poulailler soit maintenu au niveau « quatre étoiles », car de bons poulaillers aideront vos poulets à grandir en bonne santé et heureux. Pour qu’il reste comme il se doit, il y a des exigences spécifiques à apprendre afin de construire un poulailler qui vous satisfera, vous et vos poulets.

Exigence 1 :Par conception, le poulailler doit être à l’abri de tout type de prédateur. Chaque angle de l’enclos (côtés, haut et bas) doit être structuré de manière à résister à la colère et à la nostalgie des prédateurs qui sont toujours à l’affût d’un repas gratuit. Lorsque vous choisissez un grillage métallique, assurez-vous qu’il est le bon, car les prédateurs varient selon l’endroit. Ces créatures créatives fouilleront la zone de votre coopérative sans se faire remarquer, attendant simplement le moment où elles pourront attaquer. Vous devez vous assurer que le poulailler est impénétrable, car certains prédateurs (comme les ratons laveurs) peuvent facilement tendre la main à leur proie et la piquer.

Exigence n°2 :Cette exigence reprend la première, mais pour une raison différente. En plus des prédateurs, vous devez protéger le poulailler des méchants rats. Ces animaux peuvent creuser dans le sol et remonter par le bas. Si le sol du poulailler n’est pas bloqué, ces rongeurs se glisseront dans les quartiers des poules pour voler la nourriture que vous fournissez à vos poulets. Les rongeurs sont attirés par la nourriture que vous donnez à vos poulets et par les excréments qu’ils excrètent, de sorte qu’il peut être difficile de les tenir à l’écart, à moins que vous ne le prévoyiez.

Le plus dévastateur est que ces satanés rats aiment les œufs. Ainsi, à chaque fois que la saison de la ponte arrive, ils se rassemblent pour un buffet de nourriture gratuite. Vous voulez vous débarrasser d’eux ? Bonne idée, mais mieux vaut prévenir que guérir. Il vaut mieux les empêcher de venir dans l’enclos que de se débarrasser de leur présence après coup. Il suffit de construire un sol solide sous le poulailler ou d’enterrer une clôture d’environ 15 cm de profondeur autour du poulailler. Assurez-vous que les matériaux que vous utiliserez pour la clôture et le sol sont suffisamment épais ou durs pour qu’il soit impossible pour eux de mordre à travers.

Exigence n°3 : Assurez-vous que votre maison est bien ventilée et protégée contre les intempéries. Construisez votre poulailler de manière à ce qu’il n’y ait pas de courants d’air ou de brises. De plus, les saisons changent et le temps aussi. C’est pourquoi votre coopérative doit être construite de manière à pouvoir supporter les changements climatiques locaux.

Exigence n°4 : Des perches doivent être fournies pour que vos poules puissent dormir. Ces perches doivent avoir des bords arrondis d’environ 2″ de large. Vous devez également prévoir un espace de 8 à 10 pouces entre chaque oiseau. Veillez à les placer dans des nichoirs pour encourager la ponte. Un nichoir typique peut contenir trois à quatre poules. Placez les nichoirs à plusieurs centimètres du sol et ne les laissez pas toucher le sol. Placez ces nichoirs dans un endroit privé où personne ne peut les déranger pendant qu’ils font leurs besoins.

Exigence n°5 : Votre poulailler doit être spacieux. Vous devez prévoir de 2 à 4 pieds carrés pour chaque oiseau. Il doit également y avoir de l’espace pour que la mangeoire et l’abreuvoir puissent être suspendus à environ 7-8 pouces du sol.

Exigence n°6 : Rendre votre coopérative facilement accessible pour vous, mais seulement pour vous. Les prédateurs et les rongeurs ne sont pas autorisés. Un accès facile peut vous aider à nettoyer le poulailler afin que les bactéries et les insectes ne s’y développent pas. Utilisez des murs solides et une porte solide pour éviter les visiteurs indésirables.

Avant d’acheter votre premier poulet, prévoyez de construire (ou d’acheter) un poulailler et peut-être une grande zone d’élevage de poulets. Un poulailler bien conçu protégera vos poules des intempéries, des prédateurs extérieurs et des poulets eux-mêmes qui volent dans le poulailler. Pensez sérieusement à l’emplacement. Beaucoup de gens ne peuvent pas supporter l’idée d’un poulailler (avec les odeurs qui l’accompagnent) si près de chez eux.

5. Acheter vos premiers poulets

Vous pouvez toujours commencer petit si votre budget est limité. N’oubliez pas de tenir compte de votre capital disponible ainsi que de votre investissement en temps. N’oubliez pas : les poules ne produisent pas d’œufs à la demande. Il peut y avoir une période d’attente, et vous devez vous y préparer.

Certaines personnes trouvent avantageux d’acheter des poulets d’un jour parce qu’ils sont bon marché, mais ces petits oiseaux ont une probabilité plus élevée de mourir. Ils nécessitent également un entretien plus important et ont parfois besoin de mères nourricières ou de couveuses artificielles.

N’oubliez pas non plus que lorsque les poussins sont jeunes, il n’est pas facile de les sexer, et vous risquez donc de vous retrouver avec plus de coqs que de poules, ce qui n’est pas pratique si vous avez l’intention d’élever beaucoup d’œufs.

La planification de la taille de votre troupeau dépend de plusieurs facteurs, comme l’espace disponible et la hauteur nécessaire pour le poulailler. Vous devez prévoir une surface de 2 à 4 pieds carrés par oiseau, plus suffisamment d’espace pour une course. L’espace nécessaire pour se déplacer librement et la quantité d’exercice appropriée sont essentiels pour la santé et le bonheur de vos poulets. Vous devez vous attendre à avoir besoin d’au moins 50 à 100 pieds carrés pour un poulailler de taille décente et pour courir.

Si vous élevez des poules pour les œufs, n’oubliez pas que la production d’œufs commence à diminuer à l’automne et reprend au printemps. Vous aurez toujours des œufs, mais pas en aussi grand nombre.

6. Que faire quand les poussins arrivent

Le poulailler est prêt, il ne manque plus que les poulets. Voici quelques conseils utiles sur ce qu’il faut faire lorsque les poussins arrivent enfin.

Conseil n°1 :Si vous achetez les oiseaux à quelqu’un d’autre, vous devez les examiner très attentivement. Ils doivent arriver dans un état qui est loin d’être « malade ». Si vous constatez que les bébés sont arrivés en mauvais état, refusez de les livrer et/ou renvoyez-les.

Conseil n°2 :Avant de mettre les bébés oiseaux à l’intérieur, la couveuse doit avoir sa propre température d’au moins 90 degrés. Assurez-vous que l’endroit est chaud et maintenez cette température pendant une semaine avant l’arrivée de vos poussins. Après cela, vous pouvez réduire la température de 5 degrés chaque semaine qui passe pendant les cinq premières semaines. N’oubliez pas qu’il doit y avoir suffisamment d’espace pour que les poussins puissent se déplacer librement vers ou depuis une source de chaleur si nécessaire. Cela est conseillé surtout en cas de températures extrêmes.

Conseil n°3 : Remplissez les fontaines pour la première fois avec de l’eau fraîche et propre, avec une demi-tasse de sucre supplémentaire pour chaque litre rempli. Cela aidera à stimuler l’énergie du bébé poussin. Il n’est pas recommandé d’ajouter des produits chimiques, quoi qu’en disent les publicités.

Conseil n°4 :Mélangez des aliments à grains fins et de l’eau dans un rapport de 1:10. Remplissez les couvercles disponibles avec des aliments d’un maximum d’un quart de pouce, puis ajoutez le mélange de grains fins. Pour finir, saupoudrez une très grande quantité de mélange de grains ou de nourriture sur le matériau qui recouvre la litière.

Conseil n°5 :La volaille, quelle que soit la façon dont on la regarde, peut être la source de milliers de micro-organismes potentiellement nocifs. Il faut donc être très prudent et prendre certaines précautions. Une manipulation correcte doit être pratiquée pour éviter la propagation de différents types de transmission orale ou fécale de la volaille à l’homme. Les adultes doivent donner des conseils appropriés aux jeunes sur la manière de manipuler correctement leurs volailles. Évitez d’amener des volailles à proximité de votre espace familial. Lavez vos mains et toute partie de votre corps qui a été en contact avec la volaille avec de l’eau et un savon digne de confiance.

Conseil n°6 :En sortant de la boîte ou du conteneur d’expédition, plongez le bec du poussin dans le mélange eau et nourriture pour le familiariser avec la provenance de sa nourriture. Faites cela un poussin à la fois, en prenant l’oiseau de la boîte à la mangeoire et en le plaçant ensuite dans la couveuse. Encore une fois, assurez-vous que la couveuse est déjà assez chaude pour que le bébé puisse être placé en toute sécurité.

Les poulets d'Ameraucana et les oeufs de Pâques

Conseil n°7 :Observez les poussins pendant quelques heures après leur transfert. Cela vous aidera à déterminer comment ils se sont adaptés au nouvel environnement dans lequel ils se trouvent. Est-ce suffisant ou leurs besoins sont-ils insuffisants ? Leurs activités sont-elles normales compte tenu du temps qu’il fait ? Les changements peuvent être observés simplement en observant leur comportement. S’ils s’entassent sur la zone de couvaison, cela signifie que toute la zone n’est pas assez chaude. S’ils s’éloignent trop de la chaleur et vont dans des zones qui ne sont pas couvertes par la chaleur, cela signifie que la chaleur est trop forte pour eux.

Si vous êtes convaincu que la situation est suffisamment bonne pour vos nouveaux poussins, vous pouvez maintenant respirer un peu plus facilement.

7. Présentation des nouveaux oiseaux du quartier

Pour élever des poulets, il y a des procédures et des adaptations à respecter. Un exemple compliqué est l’introduction d’un groupe de « nouveaux » oiseaux dans une volée de vieux oiseaux. C’est comme si l’on parvenait à fusionner deux restaurants, l’un français et l’autre chinois. Le stress s’installe, et ce n’est pas une hypothèse mais un fait.

De nombreux propriétaires de volailles qui pensent être prêts à agrandir leur élevage de poulets prendront certaines mesures lorsqu’ils importeront des oiseaux provenant de l’extérieur. L’ajout de nouvelles races dans votre paisible et confortable quartier de poulets peut provoquer une véritable bagarre entre les anciens et les nouveaux.

Avouez-le, personne n’aime les nouveaux arrivants. Et ajouter ces nouveaux venus à un troupeau de poules ou de coqs qui ont déjà certains territoires à l’intérieur de leur poulailler peut être un grand gâchis. Les nouveaux venus essaieront de prendre leur place aussi, et les anciens feront de leur mieux pour protéger leur territoire.

Ne vous inquiétez pas, car ce genre d’attitude et de querelle ne dure que quelques jours. Après cela, l’adaptation peut avoir lieu. Vous ne pouvez pas éviter ce genre de situation difficile, mais vous pouvez faire certains ajustements qui peuvent vous rendre tous heureux et sans stress.

Il existe de nombreuses stratégies de rétablissement de la paix pour aider les deux parties à s’adapter l’une à l’autre. Ne serait-il pas agréable de voir vos nouveaux et anciens oiseaux dans un même espace sans avoir à les empêcher de se picorer l’un l’autre ?

Une très bonne stratégie consiste à les laisser se voir sans avoir de contact physique. Comment ? Si vous disposez d’un enclos (qui est en principe rattaché au poulailler), vous pouvez y placer vos anciens poulets, puis mettre une bordure (grillage) entre l’enclos et le poulailler, et enfin placer vos nouveaux poulets à l’intérieur du poulailler. De cette façon, ils peuvent se voir les uns les autres sans le chaos. Veillez à ce que les deux parties aient accès à une quantité suffisante de nourriture et d’eau. Vous pouvez faire cela pendant environ une semaine.

Comme le jour de transition intervient une semaine après leur première introduction, vous pouvez désormais « rejoindre » vos poulets dans une zone. Une bonne idée est d’essayer de transférer les nouveaux arrivants sur le territoire du troupeau résident pendant la nuit, lorsque tous les oiseaux dorment. Au réveil, les anciens poulets remarqueront les nouveaux et n’essaieront pas de se battre parce qu’ils sont trop grognons pour le faire. Ce n’est pas une stratégie qui a fait ses preuves, mais cela vaut la peine d’essayer.

Les techniques de distraction sont toujours efficaces d’une manière ou d’une autre. Cela peut alléger les tactiques de guerre venant des poulets résidents. Si vous ne le faites pas, les vieilles poules poursuivront les nouveaux venus jusqu’à ce que toutes leurs plumes tombent. Ce serait dévastateur.

Certaines bonnes techniques de distraction le sont :

  • Têtes de choux : Les têtes de choux peuvent faire l’affaire. En suspendant un morceau de chou entier juste au-dessus de leur tête, les poulets vont le picorer jusqu’à ce que tout soit terminé. C’est-à-dire s’ils ne s’épuisent pas à sauter dessus pour l’atteindre.
  • Obstacles : Faire de la poursuite du nouveau venu un obstacle pour la partie poursuivante. Ajoutez de grosses branches à l’intérieur de la course et coopérez pour les ralentir.
  • Espace : Laissez-les tous courir à une distance plus grande et plus libre. Les anciens seront tellement ravis de creuser pour trouver des larves et des insectes qu’ils ne remarqueront même pas qu’il y a de nouveaux venus qui rôdent dans les environs.

8. Nourrir vos poulets de basse-cour

Les poulets peuvent manger presque tout, de la viande aux légumes. Vous pouvez leur donner de la nourriture pour chien et ils la mangeront avec plaisir. Vous pouvez leur donner de la nourriture pour cochons et ils la dévoreront sans hésiter.

Les poulets sont également de bons nettoyeurs de déchets. Elles peuvent même éliminer tous les insectes, les vers ou tout ce qui est peu ou plus vulnérable qu’elles ne le sont dans votre jardin. L’avantage d’élever des poulets dans votre jardin est qu’ils n’ont pas besoin de qualifications alimentaires autres que des vitamines et des stimulants.

Vous pouvez également donner des céréales à vos poulets. Les restes de nourriture et les épluchures fonctionnent également. Vous voyez, il n’est pas difficile de nourrir vos volailles tant que vous gardez quelques restes de vos propres aliments pour les nourrir. Les poulets sont également intelligents ; ils savent quand le seau de friandises arrive pour le déjeuner.

Vous pouvez nourrir votre poulet de plusieurs façons. Vous pouvez les mettre dans un récipient suffisamment grand pour qu’ils puissent être nombreux pendant le repas. Disperser leur nourriture n’est pas non plus une mauvaise idée, car vous n’aurez pas à craindre qu’elle soit gaspillée et reste dispersée. Les os avec de minuscules morceaux de viande sont aussi leurs préférés.

Aujourd’hui, lorsqu’il s’agit des poules qui pondent des œufs, leur alimentation nécessite du calcium. Pendant les mois où la saison de la ponte est sur le point de commencer, vous pouvez donner du calcium à vos poules en incluant simplement des coquilles de palourdes écrasées dans leur repas. Mais ne leur donnez pas de coquilles de palourdes entières. Elles risquent de reconnaître ces coquilles de palourdes comme leurs propres coquilles d’œufs. Vous devez donc veiller à ce que les coquilles de palourdes soient bien broyées en morceaux avant de leur donner. Vous pouvez vous procurer ces coquilles dans les magasins d’aliments pour animaux de votre région.

Les aliments les plus recommandés pour vos poulets sont les aliments pour animaux, les granulés, le maïs et les céréales. La viande, les fruits et les légumes peuvent également être distribués, mais les poulets ne peuvent pas s’amuser à manger tout ce que vous pouvez leur donner. Leur régime alimentaire doit également être contrôlé, car certains types d’aliments sont déconseillés. Ces aliments peuvent être nocifs ou pire, mortels. Outre les aliments mentionnés ci-dessous, la plupart des autres aliments sont sans danger.

Si on vous donnait la possibilité de manger tout votre voisin, le feriez-vous ? C’est la même raison pour laquelle les poulets s’y opposent si on leur sert de gros morceaux de leur propre espèce. Mais ils ne sauront pas si elle est mélangée à leur nourriture. Ils ne le sauront jamais. Il est normal d’inclure des os de poulet dans leur repas, mais les conséquences peuvent être très graves si on leur donne de grandes quantités de parties de la moelle épinière et du cerveau. Cela peut entraîner le développement d’une encéphalopathie qui peut provoquer une foule de symptômes négatifs et même la mort.

Fruits communs que vous NE DEVEZ PAS donner à vos poulets :

  • Pomme : Une pomme toutes les deux semaines donnée à 4 oiseaux, c’est bien, mais attendez-vous à des problèmes digestifs si cette routine est effectuée régulièrement.
  • Épluchures de pommes de terre : Les poulets n’aiment pas vraiment l’idée de manger des plantes racines. Le goût n’est pas si agréable non plus.
  • Écorces d’orange : La dureté de ces produits est généralement trop forte pour eux.
  • Tomate : Donnée en petite quantité, la tomate peut être bonne. Mais attention, car si elle est donnée en trop grande quantité, elle peut affecter les fientes du poulet.
  • Banane : Pour une raison quelconque, ils ne les aiment tout simplement pas.

Ce ne sont là que quelques-uns des aliments qu’il n’est pas vraiment conseillé de donner à vos poulets. Notez bien : les plantes à racines ne sont pas en tête de liste, les fruits durs ne sont jamais préférés et, s’ils sont donnés en grande quantité, n’importe quel type d’aliment peut rendre leur système digestif difficile.

La preuve que les poulets mangent n’importe quoi

9. Précautions à prendre en hiver et en été

Même s’il semble que les poulets soient des créatures fragiles, ils possèdent certaines caractéristiques qui leur permettent de survivre à de nombreux types de temps. Mais il faut savoir que tous les poulets ne se ressemblent pas.

Si certains peuvent supporter les hivers, d’autres préfèrent prendre des bains de soleil pendant l’été et ne s’accommodent pas bien du froid. Tout dépendra du temps qu’il fera lorsque vous déciderez d’acheter votre poulet. Il est important de connaître votre climat afin de ne pas perdre de l’argent et du temps à les élever pour qu’ils finissent dans un cimetière de poulets.

Préparer les poulets pour l’hiver

En hiver ou par temps froid, n’essayez jamais de chauffer instantanément vos poulets de peur qu’ils ne prennent froid ou ne gèlent. Vous risqueriez de retrouver votre troupeau mort le matin. Les poulets peuvent s’adapter à des conditions de froid extrême car leur corps peut modifier le métabolisme à l’approche du froid, mais cela prend du temps.

Si vous vivez dans un endroit où les hivers sont plus importants que l’été ou si c’est l’hiver tout le temps, vous devez prendre certaines mesures pour vos poulets afin de ne mettre aucune de leurs vies en danger :

  • Gelure : Il existe un risque que l’aileron et le peigne d’un poulet soient affectés par des gelures. Pour éviter cela, vous pouvez appliquer de la vaseline ou tout autre produit hydratant sur les parties gelées tous les deux jours.
  • Approvisionnement en eau gelée : Attention à l’approvisionnement en eau gelée. Vous ne pouvez pas les priver d’eau, et ils ne boiront pas à une sortie d’eau gelée. Les poulets ne peuvent pas non plus boire de l’eau contenant de nombreuses impuretés. Elle doit toujours rester fraîche et propre. Vous pouvez installer un chauffe-eau ou un nettoyeur pour que l’eau reste liquide et sans danger. Ou, si vous n’en avez pas, vous pouvez apporter l’abreuvoir à l’intérieur de la maison et le rendre le matin.
Élevage de poissons d'aquarium : Comment installer un bassin de reproduction

Préparer les poulets pour l’été

Si vous vivez dans des endroits où l’été est la seule saison connue, vos poulets sont sujets à une chaleur excessive. Ils risquent alors de se déshydrater. En été, il faut surtout veiller à ce que leur approvisionnement en eau ne soit jamais à sec et qu’il reste propre. De plus, ne laissez pas vos poulets se promener sans leur fournir une sorte d’ombre. S’il n’y a pas d’enclos, vous devez prévoir une ventilation adéquate à l’intérieur de l’enclos.

Pendant les vagues de chaleur, les poules pondent moins d’œufs. Si cela se produit, c’est un signe typique que votre poule est stressée à cause de la chaleur excessive. Leur tendance à pondre reviendra à la normale une fois que la chaleur aura diminué.

Si la situation s’aggrave, vous devez observer le comportement de vos poulets. Quels sont les types de comportements qui se manifestent ? Si vous avez vu un poulet attraper un rhume ou se comporter de manière étrange, isolez-le pour éviter la propagation de maladies. N’oubliez pas de fournir de l’eau et de la nourriture à l’animal isolé. Ensuite, lorsque les choses sont gérables, consultez votre vétérinaire. Dites-lui comment vos poulets réagissent et si vous avez observé ou non ce qui suit :

  • mites
  • anomalies des selles (sang, vers et fientes blanches)
  • éternuements et larmes
  • dépression
  • comportement antisocial (incapacité à se mêler au troupeau)
  • perte d’appétit

Dites à votre vétérinaire ce que vous voyez réellement, afin qu’il puisse vous donner la réponse appropriée à votre dilemme. Ce ne sont là que quelques éléments auxquels vous devez réfléchir concernant l’élevage de vos poulets dans une atmosphère hivernale ou estivale. Il vaut mieux être prudent que désolé.

10. Garder vos poulets en bonne santé

Il y a eu différentes idées sur ce qu’il faut faire avec votre troupeau chaque jour. Élever des poulets peut être assez facile, mais les élever nécessite également un entretien pour que leur environnement reste sûr et propre, tant pour vous que pour vos poulets. Certains propriétaires hésitent à se lancer dans une tâche aussi éreintante, mais en réalité, c’est l’un des travaux les plus faciles que vous puissiez faire pour donner à vos poulets l’accueil qu’ils méritent.

Dans cette section, vous apprendrez ce qu’il faut faire et ne pas faire au quotidien. Voici une liste des tâches quotidiennes minimales que vous devez effectuer :

  • Gardez leurs récipients de nourriture et d’eau remplis en permanence. Ne les laissez pas manquer de ces deux éléments essentiels. Ils ont besoin de ces deux choses chaque jour pour vivre. Si vous quittez votre maison pendant quelques jours, veillez à laisser suffisamment de nourriture et d’eau pour que vos poulets ne soient pas à court et n’en arrivent pas à se battre entre eux.
  • Nettoyez régulièrement leur bidon d’eau. Si leur eau devient trouble ou sale, ils refuseront de la boire. À long terme, ils se déshydrateront et finiront par succomber à la maladie et mourir.
  • Chaque matin, observez leur état de santé. Observez leur attitude physique. Ont-ils l’air brillant, actif et en bonne santé ? S’ils n’ont pas l’air normal, vous devez appeler ou voir le vétérinaire et lui demander des suggestions et des réponses.
  • Si vous êtes du genre à aimer ramasser des œufs pour le petit déjeuner ou pour les vendre, vous pouvez les obtenir dès leur ponte dans le poulailler. Mettez les œufs au réfrigérateur immédiatement pour en préserver la fraîcheur.
  • De temps en temps, vous devrez visiter leur poulailler et bien observer vos poulets. Avant de partir, assurez-vous que les choses sont en sécurité à l’intérieur et à l’extérieur du poulailler. Si vous voyez des trous de rats, bloquez-les. Si tout semble aller bien, assurez-vous de bien fermer la porte. Au crépuscule, c’est le moment où tous les poulets sont dans leur nid et vous devez savoir qu’ils ont un foyer sûr. Protégez la zone afin que les prédateurs n’aient pas la possibilité d’y entrer.

Contrairement aux autres animaux de compagnie, vous pouvez laisser les poulets pendant des jours sans trop y penser. Vous devez garder à l’esprit qu’ils ont besoin de suffisamment de nourriture et d’eau pour continuer à vivre heureux pendant ce temps. Si vous revenez après un certain temps d’absence et que vous trouvez des œufs, vous pouvez toujours les ramasser et les mettre au réfrigérateur.

Voici un fait que vous devez connaître sur la fraîcheur d’un œuf : Il faut au moins 12 jours à partir du jour de la ponte pour que l’œuf mûrisse et qu’un embryon se développe à l’intérieur.

Une autre chose que vous devez savoir sur les œufs, c’est qu’en les ramassant, vous risquez de voir de légères taches de saleté ou d’excréments à la surface de l’œuf. N’essayez pas de frotter la saleté, quoi qu’il arrive, car la couche est importante. Une chose à propos des œufs est qu’ils ne sont pas mis au monde sans barrières de protection.

Le bloom est le terme donné à la membrane qui se trouve à la surface de l’œuf lui-même. L’utilisation du bloom est de protéger l’œuf contre les bactéries et les micro-organismes qui peuvent insister pour pénétrer la coquille. Si vous frottez, vous enlevez l’enveloppe protectrice.

Si vous êtes du genre à vouloir que les choses soient toujours impeccables, comme dans le cas des obsessionnels compulsifs, vous pouvez nettoyer l’œuf sale à condition qu’il soit sous l’eau chaude avec un toucher très doux.

11. Comment prévenir la propagation de la grippe aviaire

L’élevage de poulets a ses sacrifices et ses avantages. Un bon propriétaire voit les avantages au-delà des sacrifices et des problèmes. Ce serait bien tant que vous pouvez faire face à toutes les circonstances. En cas de grippe aviaire, la seule issue est de manipuler correctement vos volailles et de veiller à ce que l’endroit soit très propre.

Les propriétaires de fermes avicoles sous-estiment parfois la propreté. Parfois, plus les gens ont tendance à sous-estimer les choses, plus cela devient une affaire sérieuse. Lorsque sa gravité a atteint son point d’ébullition, il est trop tard pour la refroidir.

Il existe deux causes de la grippe aviaire (également connue sous le nom d’influenza aviaire) : le temps froid et les endroits sales. Pourquoi devriez-vous en connaître la cause ? Pour prévenir la propagation de la maladie avant même qu’elle ne se développe dans votre propre jardin. Une fois que vous en connaissez la cause, il vous sera plus facile d’identifier les différentes mesures que vous devez prendre pour empêcher la maladie de se propager. Si vous vous débarrassez de la cause potentielle, rien de tout cela ne se produira. Ce sera plus pratique et moins coûteux que d’attendre l’explosion du virus pour agir et l’éliminer, car plus il dure, plus il est difficile de le tuer.

Vous ne pouvez pas changer le temps. C’est un fait. Entre les deux causes, le temps est une chose que vous ne pouvez pas pointer du doigt. Tout ce que vous avez à faire, c’est de vous adapter à l’environnement actuel. La grippe, en général, se contracte surtout dans les régions froides. Plus il fait froid, plus il est facile pour le virus de survivre. Mais vous pouvez faire quelque chose pour y remédier. Vous ne pouvez pas vraiment changer le temps, mais vous et vos poulets pouvez vous adapter à l’environnement. Comment ? En leur donnant une nourriture nutritive et des vaccins appropriés. Les vitamines sont un grand avantage pour le bien-être de vos poulets. Si vos poulets ont toutes ces vitamines intactes, leur système immunitaire sera assez fort pour combattre tout micro-organisme envahissant.

Le nettoyage est une question de bon sens. Il faut veiller à ce que l’environnement à l’intérieur et à l’extérieur de leur enclos soit immaculé. Les tampons sales et usagés doivent être remplacés par des neufs. Les meules de foin remplies de caca de poulet doivent également être remplacées. Veillez à utiliser des vêtements de protection comme des bottes en caoutchouc, des gants et des masques faciaux bien ajustés. De cette façon, s’ils ont déjà attrapé le virus, vous aurez votre première défense contre lui.

Si tout le reste échoue et que la maladie se propage déjà, vous devez vous en protéger. Avec ou sans la maladie, vous devez suivre ces précautions de sécurité. Juste au cas où.

Le lavage des mains est la mesure de précaution universelle à avoir. Après avoir été en contact avec vos volailles, lavez-vous toujours les mains avec du savon et de l’eau propre. Adoptez une alimentation saine et faites-vous vacciner correctement (comme un vaccin contre la grippe). L’exercice physique ne doit pas être compromis.

Une fois que vous avez remarqué que vos poulets présentent certains des symptômes, un antiviral doit être utilisé pour atténuer la gravité et les symptômes de la maladie. Cependant, ces médicaments ne réussissent pas complètement à éviter les cas de décès.

Mettez en pratique les conseils de sécurité alimentaire, comme ne manger que du poulet bien cuit. Après avoir manipulé de la viande de poulet crue, désinfectez votre planche à découper avec de l’eau de javel (au moins quatre à cinq cuillères à café pour un litre d’eau).

Ce ne sont là que quelques-unes des différentes mesures visant à prévenir la propagation des maladies. Faites attention lorsque vous élevez, manipulez ou mangez quoi que ce soit provenant d’un poulet, sinon votre vie avec ces créatures pourrait s’arrêter.

12. La mort de vos poulets

Si vous élevez beaucoup de poulets, vous allez devoir faire face à la perte d’un poulet de temps en temps. Cela vient avec le territoire. À moins qu’il ne s’agisse d’un animal de compagnie spécial, il n’est pas pratique d’emmener tous vos poulets chez le vétérinaire lorsqu’ils tombent malades. Vous devrez surtout envisager de vous débarrasser d’une carcasse s’ils tombent malades, car il n’est pas conseillé de manger un poulet malade.

Il y a aussi la possibilité réelle de poulets qui s’échappent pour être retrouvés plus tard, de poulets qui sont pris par des prédateurs, et de ceux qui ont de la chance et qui meurent de vieillesse. Il est possible de manger des poulets qui meurent naturellement, mais ce sont généralement de vieux oiseaux robustes et on ne peut pas être sûr qu’ils soient morts de maladie ou non. Si vous décidez d’essayer, prenez des mesures de sécurité et faites preuve d’intelligence.

Vidéos drôles de poulets : Aucun humain n’a été blessé