Élevé à l’origine comme chien de garde, le doberman pinscher est une créature merveilleuse et frappante qui, grâce à un élevage soigné, s’est transformée en un animal de compagnie fiable et fidèle. Si vous avez la chance de partager votre maison avec un doberman, alors vous devriez connaître les sept problèmes de santé qui sont courants dans cette race.

Sept problèmes de santé courants chez les doberman Pinschers

Cardiomyopathie dilatée

La maladie de Von Willebrand

Hépatite chronique active (CAH)

Instabilité vertébrale cervicale (syndrome de Wobbler)

Hypothyroïdie

Dilatation gastrique et syndrome de volvulus (GDV ou « ballonnement »)

Dysplasie de la hanche

1. Cardiomyopathie dilatée

La cardiomyopathie dilatée (DCM), qui est une façon médicale fantaisiste de dire « coeur élargi », est une affection au cours de laquelle le muscle cardiaque devient progressivement plus épais et plus faible (entraînant une insuffisance cardiaque et respiratoire).

Les symptômes de cette maladie ne sont pas toujours évidents, mais voici ce qu’il faut surveiller chez votre chiot :

  • Dépression
  • Évanouissement
  • L’essoufflement
  • Faiblesse

Votre vétérinaire peut effectuer un échocardiogramme pour savoir si votre chien est atteint ou non de MDC, mais la meilleure façon de poser un diagnostic est de lui faire passer une échographie cardiaque. Si votre chien reçoit un diagnostic de MDC, vous et votre vétérinaire discuterez de la meilleure façon de prendre soin de votre chien tout en le gardant aussi à l’aise que possible.

Des examens vétérinaires réguliers peuvent aider à attraper et à traiter cette maladie, améliorant et éventuellement prolongeant la vie. Il s’agit d’un domaine de recherche continu et vigoureux où les scientifiques et les vétérinaires recherchent des marqueurs génétiques spécifiques et de nouveaux traitements.

Mise à jour du DCM

Une enquête récente a été menée par la Food and Drug Administration française sur certaines marques d’aliments pour chiens et sur la manière dont elles sont liées au développement de la cardiomyopathie dilatée chez les chiens. Cette enquête, qui porte sur de nombreux cas spécifiques de dobermans ayant contracté la DCM, est très instructive.

Le point sur cette enquête de la FDA peut être consulté ici : Mise à jour de l’enquête sur la cardiomyopathie dilatée.

2. La maladie de Von Willebrand

La maladie de von Willebrand (MVW), le trouble héréditaire de la coagulation le plus courant chez les chiens, est similaire à l’hémophilie et est un trouble de la coagulation qui peut faire saigner excessivement votre pauvre doggo.

Voici les symptômes à surveiller :

  • Saignements de nez (C’est un assez bon indice puisque les chiens ne sont pas vraiment connus pour les saignements de nez !)
  • Du sang dans l’urine ou les selles de votre chien
  • Des gencives ensanglantées
Un guide simple sur la dysplasie des hanches chez le chien

Ugh. La bonne nouvelle, c’est que la maladie de von Willebrand est rarement mortelle si elle est gérée correctement. Vous voulez d’autres bonnes nouvelles ? Il s’agit de l’une des rares maladies canines pour lesquelles il existe un test génétique définitif. Un petit test sanguin vous permettra, à vous et à votre vétérinaire, de savoir si votre chien est atteint ou porteur de la maladie. Si votre chien ne présente aucun symptôme mais qu’il est porteur de la maladie, cela aura une incidence sur l’élevage (si votre chien est porteur du gène de cette maladie, il est sage et responsable de ne pas l’élever et de risquer de transmettre la maladie de von Willebrand aux chiots).

Les chiens atteints de la maladie de von Willebrand peuvent encore subir des opérations importantes comme la stérilisation, à condition de prendre les précautions nécessaires.

3. Hépatite chronique active (CAH)

L’hépatite active chronique ou HAC est une maladie dans laquelle le foie ne peut pas métaboliser avec succès le cuivre qui est présent dans de nombreux aliments que votre chien consomme ou qui font partie de sa nourriture pour chien conditionnée. Le cuivre s’accumule alors jusqu’à des niveaux toxiques. Cela peut entraîner une accumulation de tissu cicatriciel, qui se termine par une insuffisance hépatique et la mort. Le CAH est plus fréquent chez les femelles que chez les mâles et apparaît souvent entre quatre et six ans. Le premier symptôme est souvent une soif extrême, bien que celle-ci ne soit pas toujours constante et passe donc inaperçue. Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, les symptômes comprennent :

  • Perte d’appétit
  • Vomissements
  • Perte de poids
  • Rétention des fluides abdominaux
  • Léthargie

En cas de suspicion de CAH, votre vétérinaire peut tester les niveaux d’enzymes hépatiques et éventuellement effectuer une biopsie. Il n’existe pas de remède et le meilleur traitement consiste à suivre un régime alimentaire pauvre en cuivre. Si des aliments commerciaux pour chiens sont utilisés, il faut lire attentivement les étiquettes. Les ingrédients tels que les légumineuses, les crustacés, le foie, les noix et les céréales doivent tous être évités. Un chien ayant des CAH ne doit boire que de l’eau distillée. Certains vétérinaires recommandent des traitements holistiques tels que le chardon-Marie, mais consultez votre vétérinaire avant d’administrer un médicament « naturel » ou en vente libre.

4. Instabilité vertébrale cervicale (syndrome de Wobbler)

Le syndrome de Wobbler est un trouble neurologique causé par la compression de la partie de la moelle épinière qui affecte le cou de votre chien. Les symptômes comprennent :

  • Une démarche instable ou « bancale
  • Traînée ou faiblesse des pattes arrière
  • Des pas courts et saccadés avec les pattes avant
  • Tenir le cou en arc de cercle fléchi ou vers le bas
  • Douleur au cou
Conseils de sécurité : Que faire si vous voyez ou rencontrez un coyote

Au fur et à mesure que l’affection progresse, votre chien peut être incapable de se lever ou de marcher tout seul. Ce syndrome survient le plus souvent chez les chiens de plus de trois ans. La cause de la compression est inconnue, et comme elle ne se manifeste généralement pas chez les jeunes chiens, il est difficile de la reproduire, mais il existe de nombreuses options de traitement pour les chiens atteints du syndrome de wobbler.

Les cas plus légers peuvent être aidés par le repos et les stéroïdes. Les thérapies pour les symptômes plus graves comprennent l’acupuncture pour la gestion de la douleur, l’ajustement chiropratique et la chirurgie. Quelle que soit la voie que vous empruntez, consultez toujours votre vétérinaire pour savoir comment aider votre chiot à se développer.

5. Hypothyroïdie

Vous avez probablement entendu parler de l’hypothyroïdie, car c’est une maladie qui touche aussi beaucoup d’humains. Causée par une baisse de la production d’hormones thyroïdiennes, cette affection souvent héréditaire est également assez courante chez les chiens de moyenne et grande race, y compris les dobermans. Les chiens doivent être testés chaque année, car cette maladie peut se développer à tout moment.

Les symptômes de l’hypothyroïdie chez les dobermans sont notamment les suivants

  • Léthargie
  • Dépression
  • Peau sèche
  • Sensibilité au froid

La maladie est diagnostiquée par un examen physique, des tests sanguins et une analyse d’urine. Il existe plusieurs causes à une thyroïde peu active, mais le traitement est généralement simple et efficace. Si votre chien est atteint d’hypothyroïdie, il recevra probablement une ordonnance pour un remplacement d’hormones thyroïdiennes synthétiques ainsi que des ajustements à son régime alimentaire pour l’aider à obtenir la meilleure nutrition possible afin de contrer les effets d’une thyroïde de mauvaise qualité.

6. Dilatation gastrique et syndrome de volvulus (GDV ou « ballonnement »)

On ne parle pas de la même sensation qu’après une nuit de bretzels mous et de coca light devant une saison complète du remix de « Arrested Development ».

Le ballonnement de votre chien peut se produire chez tous les chiens à poitrine profonde, y compris les dobermans. Il s’agit d’un état d’urgence dans lequel l’estomac se tord, coupant l’œsophage à une extrémité et les intestins à l’autre, provoquant une accumulation de gaz et obstruant la circulation du sang et des aliments. Elle peut survenir lorsque le chien reçoit un repas lourd ou difficile à digérer ou qu’il mange trop vite. De plus, certains vétérinaires mettent en garde contre l’exercice physique immédiatement après avoir mangé pour éviter ce phénomène médical étrange et rare.

Les symptômes d’un ballonnement chez votre chien peuvent inclure

  • Agiter mais ne pas vomir
  • Bave excessive
  • Une douleur évidente
  • Un ventre distendu. Le ballonnement est fatal, à moins de recevoir un traitement. Tout chien présentant des signes de ballonnement doit être emmené chez le vétérinaire immédiatement.
Prendre soin des bergers allemands âgés

Votre vétérinaire peut effectuer une décompression gastrique en insérant un tube dans l’estomac de votre chien par la gorge. Si la torsion de l’estomac l’en empêche, une grosse aiguille peut être insérée directement dans l’abdomen pour soulager la pression et permettre à l’estomac de se défaire. L’intervention chirurgicale visant à détordre l’estomac est la dernière option. Pour éviter les ballonnements, pensez à lui donner des repas plus petits et plus fréquents, à ramollir les croquettes dans l’eau, à lui donner une alimentation légère et à espacer les repas et l’exercice pour lui laisser le temps de se reposer et de digérer avant de partir courir.

7. Dysplasie de la hanche

La dysplasie de la hanche est une malformation de l’articulation de la hanche où la rotule et l’alvéole ne s’emboîtent pas étroitement et peuvent entraîner une faiblesse et des douleurs. Ce trouble est influencé à la fois par l’hérédité et par des facteurs environnementaux. Elle peut se manifester chez le chiot ou plus tard sous la forme d’une forme d’arthrose. La dysplasie de la hanche présente de nombreux symptômes assez évidents, notamment

  • Réticence à s’engager dans la course, le saut ou toute autre activité d’escalade
  • Des difficultés qui s’accentuent
  • Limping
  • Diminution de l’activité

Si vous soupçonnez une dysplasie de la hanche, votre vétérinaire peut ordonner des analyses de sang et d’urine et faire une radiographie des hanches et du bas de la colonne vertébrale de votre chien. Le traitement comprend la gestion des symptômes et parfois une intervention chirurgicale. Les options chirurgicales varient en fonction de l’âge et de la taille du chien. Les approches non chirurgicales de la gestion des symptômes comprennent les médicaments anti-inflammatoires, la physiothérapie et l’hydrothérapie, la perte de poids et les changements de régime alimentaire.

Comment préparer votre visite chez le vétérinaire

Un échantillon de selles dans un sachet plastique scellé pour que votre vétérinaire puisse effectuer des tests de dépistage des parasites et autres

« Quelle est la méthode de test la plus simple qui nous donnera les meilleures réponses avec le moins de gêne possible pour mon chien ?

Un stylo et du papier pour écrire des recommandations et des réponses à vos questions

« Y a-t-il d’autres remèdes que les médicaments que je devrais prendre ? »

Un ami, si la visite ou le diagnostic vous rend nerveux

« Quels sont les changements auxquels je dois veiller et quand dois-je le ramener ?

Une liste des symptômes récents et de la date à laquelle ils ont semblé apparaître, ainsi que toute autre information pertinente concernant l’évolution de l’état de votre chien

« Les ingrédients contenus dans la nourriture de mon chien sont-ils toujours un bon choix pour lui ? »