Il y a plusieurs années, après avoir pris ma retraite, j’ai décidé de m’installer dans le pays. Pendant des années, j’ai lu des kgs sur l’agriculture durable, l’élevage et la vie à la campagne. J’étais un grand admirateur de ceux qui pouvaient vivre de la terre et je trouvais ce mode de vie très attrayant.

Je savais que je ne vivrais jamais entièrement de la terre, mais je voulais m’essayer à certaines des compétences dont j’avais lu parler pendant des années. Peut-être que je pourrais avoir une chèvre ou deux ou élever des poulets. L’élevage de poulets me semblait être une tâche assez facile. Je me souviens que ma mère élevait des poulets quand j’avais vécu à la campagne, enfant. Je n’avais jamais vraiment participé à cette activité, sauf pour manger les œufs, mais à quel point cela pouvait-il être difficile ?

J’ai commencé à vivre à la campagne en trouvant et en achetant un petit terrain près de l’endroit où j’ai grandi. Après avoir lu un livre sur la façon d’acquérir sa propre maison, j’ai décidé que je pouvais le faire. Cela ne peut pas être si difficile.

Pourquoi élever des poulets ?

Il y a quelques années, nous avons décidé de nous essayer à l’élevage de poulets. Nous avons trouvé un fermier mennonite local qui fabriquait des poulaillers portables et nous en avons acheté un. Il a acheté un de ces poulaillers, dont le prix était de 125 euros. Nous avions alors besoin d’une mangeoire, d’un arrosoir et de nourriture pour les poulets, sans parler des poulets. Notre total s’élevait à 154 €. Pour que cela soit rentable, nous devions ramasser beaucoup d’œufs.

Mais cette entreprise ne se limitait pas à « faire payer » :

  • Comme nous voyageons souvent, nous n’avons pas d’animaux de compagnie, à l’exception des animaux sauvages qui vivent dans les bois qui entourent notre maison. Le fait d’avoir des animaux à soigner ajouterait donc à notre expérience de la vie à la campagne.
  • Nous achetons parfois des œufs aux agriculteurs locaux. Ces œufs de poules élevées en liberté sont toujours meilleurs que ceux que nous achetons dans les magasins. Il serait intéressant d’avoir ces œufs de poules élevées en plein air à notre porte.
  • Plus important encore, à cette époque, nous avions quatre petites-filles qui nous rendaient souvent visite. Nous pensions que ce serait bien pour elles de nourrir les poules et de ramasser les œufs avec nous.

Notre première tentative d’élevage de poulets

Nous avons donc trouvé un voisin qui vendait des poulettes, en a acheté quatre et les a baptisées du nom de nos quatre petites-filles. Nous avions un joli petit poulailler pour elles et nous étions très heureux qu’elles y retournent chaque jour juste avant la nuit. Tout ce que nous avions à faire était de sortir et de fermer le poulailler. Nous étions encore plus heureux de trouver un œuf dans le poulailler un matin.

Les meilleures races de poulet à double usage pour les œufs et la viande

C’était un moment de fête. Pour rendre la chose encore plus gratifiante, notre petite-fille aînée, Josie, était venue nous rendre visite. Elle pouvait nous aider à ramasser les œufs chaque jour et à apprendre le comportement des poules. Elle était très enthousiaste. C’était exactement ce que nous avions prévu.

Cette nuit-là, Josie est venue dans notre chambre au milieu de la nuit et m’a réveillé. Elle avait peur, disait-elle, car elle pensait avoir entendu un loup dehors. Je suis retournée dans sa chambre avec elle, je me suis allongée à côté d’elle et je lui ai assuré qu’il n’y avait pas de loups dans la maison de grand-mère. Elle s’est rendormie, mais comme j’étais allongée à côté d’elle, j’ai cru entendre quelque chose dehors. J’ai ignoré tout cela et je suis retournée me coucher.

Le lendemain matin, lorsque Josie et Papa John sont sortis pour laisser les poulets sortir du poulailler comme d’habitude, ils ont trouvé un poulailler vide. Cette nuit-là, malheureusement, nous avions oublié de sortir et de fermer le poulailler après que les poules y soient entrées, si bien qu’au lieu d’œufs dans le poulailler, ils ont trouvé quelques plumes ensanglantées qui traînaient. Tout près, nous avons finalement trouvé une poule très nerveuse.

Première leçon apprise

Ce fut une journée difficile dans notre histoire de poulet, mais une leçon bien apprise. Après avoir accueilli la seule poule nerveuse dans son poulailler ce soir-là, nous avons juré de ne plus jamais oublier de fermer le poulailler.

Quelques jours plus tard, nous avons trouvé deux autres poulettes à ajouter à notre troupeau, et chaque nuit, nous nous sommes souvenus de sortir et de fermer le poulailler. Mais un matin, quelques semaines plus tard, nous sommes sortis pour trouver le poulailler à nouveau vide. Cette fois-ci, il était fermé. Nous n’avions pas oublié de le fermer, mais au lieu de poulets, nous avons trouvé des plumes et des débris ensanglantés qui traînaient. Notre poulailler avait de nouveau été envahi. Il était fermé mais les couvercles, bien qu’assez lourds, n’avaient pas de loquet, si bien que quelque chose avait pu ouvrir le poulailler et tuer nos poulets. Peut-être un raton laveur.

C’est la deuxième leçon que nous avons apprise : Assurez-vous que le poulailler est bien sécurisé. Les ratons laveurs sont très doués pour ouvrir les appareils. Ils l’avaient fait plusieurs fois avec nos poubelles.

Cette fois, ils étaient tous partis, et nous en avions fini, pour l’instant, avec l’élevage des poulets. Nous avons rangé le poulailler et nous avons dit que nous réessayerions plus tard. Il était un peu tard dans la saison pour trouver d’autres poulets à acheter, et nous nous sentions découragés par toute cette entreprise.

Nous avions dépensé 154 euros et nous n’avions récolté qu’un seul œuf. Ce n’est pas un très bon retour pour notre argent. Mais surtout, nous avions déjà nommé les poules pour nos petites-filles. Il est plus difficile de perdre un animal une fois qu’on lui a donné un nom, surtout en souvenir de ses petits-enfants.

Les poulets d'Ameraucana et les oeufs de Pâques

Deuxième leçon apprise

Notre deuxième erreur a été de supposer qu’un raton laveur ne pouvait pas ouvrir le poulailler. Depuis que les ratons laveurs qui vivent ici sur la colline avec nous (vos ratons laveurs de compagnie, comme les appelle John), parviennent régulièrement à ouvrir les poubelles et les bacs à compost et à s’enfuir avec nos mangeoires à suif, nous avons appris à les sécuriser fermement. Nous avons supposé que notre poulailler solidement construit n’avait pas besoin de plus de sécurité. Nous nous sommes trompés.

Nous avons entreposé le poulailler et d’autres équipements pour le moment. C’était il y a deux ans. De temps en temps, nous discutions pour savoir si nous voulions réessayer d’élever des poulets. Nous disions toujours que nous voulions essayer à nouveau, mais le moment ne nous semblait jamais propice. Finalement, ce printemps, nous avons décidé que le moment était venu.

Alors que nous nous apprêtions à recommencer à élever des poulets, John a vu un grand coyote dans notre cour. Nous vivons ici depuis plus de dix ans maintenant, mais nous n’avons jamais vu de coyote. Nous les avons entendus la nuit, mais pas souvent, et nous n’étions même pas sûrs que c’était des coyotes que nous entendions. Nous avons entendu d’autres résidents se plaindre à leur sujet, mais ce n’était pas un problème qui nous préoccupait jusqu’à ce que nous commencions à planifier l’élevage de poulets supplémentaires

Néanmoins, nous avons persisté. Nous avons nettoyé le poulailler et ajouté quelques loquets aux fermetures pour qu’il soit plus sûr. Nous avons acheté de la nourriture et avons prévu d’acheter des poulettes à notre fermier mennonite local. Il se trouve qu’il lui restait quatre poulettes. Nous les avons ramenées à la maison, les avons mises dans notre poulailler avec de la nourriture et de l’eau et avons fermé les verrous de manière sûre. Le lendemain, lorsque nous avons vérifié, nous avions trois oeufs.

Quelques jours plus tard, après les avoir acclimatés à l’endroit, nous les avons laissés sortir du poulailler pour qu’ils puissent se promener dans la cour. Ils avaient été élevés dans un poulailler chez les Mennonites et gardés dans notre poulailler pendant trois jours après que nous les ayons ramenés à la maison, mais ils se sont tout de suite mis à l’errance libre. Les poulets élevés en liberté sont des poulets heureux, et les nôtres semblaient heureux et contents. Cette nuit-là, ils sont retournés dans le poulailler sans problème, et nous l’avons bien fermé, en nous assurant de bien fermer les loquets.

Troisième leçon apprise

Pendant deux semaines, nous avons ramassé des œufs (deux ou trois par jour), nourri et abreuvé les poules et les avons laissées vagabonder. C’est un ajout agréable à notre vie à la campagne.

Élevage de vers à soie

Un matin, nous avons laissé nos poulets sortir du poulailler pour parcourir la cour comme d’habitude. Plus tard, alors que nous étions assis à la table de notre salle à manger, John a soudain dit : « Le voilà ».

Il avait de nouveau espionné le coyote, et nous nous sommes tous les deux précipités dehors pour chercher nos poulets. Nous en avons trouvé trois mais n’avons jamais vu aucun signe du quatrième. Elle était partie pour de bon.

Nous avons rassemblé les trois poulets restants, les avons mis dans leur poulailler et nous nous sommes assis pour discuter des solutions au problème des coyotes. Après quelques recherches, nous avons finalement décidé de commander des filets électriques pour volailles.

En attendant l’arrivée de la commande, nous avons gardé les trois poulets restants dans le poulailler. Ce poulailler est conçu pour contenir quatre ou cinq poulets et peut facilement être déplacé vers un endroit différent chaque jour. John a cependant décidé que les poulets pouvaient se sentir un peu à l’étroit et il a utilisé du grillage à poules que nous avions à disposition pour leur construire un petit enclos qui leur permettrait d’avoir un peu plus de place chaque jour.

Quelques jours plus tard, alors que je fauchais le jardin, je suis tombé sur deux touffes de plumes dans notre cour. Quand je suis allé vérifier le poulailler, il ne restait plus qu’un poulet.

Notre troisième erreur dans cette aventure a été de supposer que les coyotes étaient des prédateurs nocturnes. Nous avons appris que, si la nourriture est rare ou s’ils ont une tanière avec des petits à proximité, ils apparaissent également pendant la journée, surtout s’il y a de la nourriture visible dans les environs.

Le seul poulet restant est resté, solidement verrouillé, dans ce poulailler jusqu’à l’arrivée de notre filet électrique pour volailles. Tout est installé maintenant, et nous avons investi plus de 200 euros supplémentaires dans ce projet. La seule poule restante a cessé de pondre après l’invasion du coyote, donc maintenant il n’y a plus de retour pour notre argent.

Nous avons maintenant ajouté deux autres poussins à son poulailler. Nous étions préoccupés par le fait de placer des poussins beaucoup plus jeunes avec le poulet plus mûr, alors nous les avons gardés séparés pendant plusieurs jours. Ils sont maintenant intégrés, et elle aime se blottir avec les nouveaux poussins sous ses ailes. C’est pour cela que nous avons des poulets.

La clôture électrique semble fonctionner et nous n’avons plus vu de coyotes. Les ratons laveurs font encore leur visite nocturne pour essayer d’entrer dans nos bacs à compost ou nos poubelles et de s’enfuir avec la mangeoire à suif du pic. Mais tout cela fait partie de la vie à la campagne. Jusqu’à présent, la clôture électrique les a éloignés des poulets.