Quelle est votre expérience en matière de dressage de chevaux ? Si vous avez déjà monté ou manipulé un cheval, vous avez participé à son entraînement informel, que vous le réalisiez ou non. Chaque expérience d’un cheval peut laisser une marque sur son comportement, en bien ou en mal.

Pensez-y un instant. Quand vous arrêtez un cheval, vous tirez sur les rênes, en exerçant une pression sur la bouche de l’animal. Lorsque le cheval se soumet et s’arrête, vous relâchez les rênes, ce qui soulage la pression. Le cheval est récompensé pour son bon comportement. D’autre part, si le cheval fait du surplace, vous obligeant à descendre de cheval et à le mettre au pâturage parce que vous avez peur de monter à cheval, le cheval est récompensé pour son mauvais comportement.

Les chevaux ne sont pas stupides, et ils savent souvent comment quitter le travail. Ils peuvent cependant être confondus assez facilement. Les chevaux ont des instincts naturels qui ont permis à l’espèce de survivre pendant de nombreuses années, bien avant que l’homme n’intervienne. Les meilleures méthodes d’entraînement des chevaux fonctionnent généralement avec le comportement naturel du cheval, et non pas contre lui. Certains des problèmes de comportement observés chez les équidés sont directement dus à un mauvais entraînement ou à une mauvaise gestion de la part des humains. L’un de ces problèmes, souvent observé, est celui d’un cheval nerveux. Si vous avez un cheval chaud, j’ai fourni quelques conseils de dressage et d’autres remèdes qui pourraient vous être utiles.

Des chevaux nerveux

Si vous possédez, travaillez ou montez suffisamment de chevaux, tôt ou tard, vous rencontrerez un cheval nerveux, parfois appelé cheval chaud. Les chevaux nerveux ne sont pas amusants à monter. Si vous ne parvenez pas à le calmer, il sera tellement occupé à être nerveux qu’il ne prêtera pas beaucoup d’attention à vos signaux ou à votre travail ou à vos promenades, quelles que soient les techniques de dressage que vous utilisez.

Certaines races de chevaux sont naturellement plus nerveuses que d’autres, et certains chevaux sont plus enclins à la nervosité que d’autres. Cependant, tout cheval peut se sentir nerveux ou craintif de temps en temps, quel que soit le niveau d’entraînement qu’il a reçu.

Bien sûr, les montures plus âgées et bien entraînées qui ont connu beaucoup de situations différentes sont moins susceptibles de devenir soudainement nerveuses ou effrayées, mais cela peut toujours arriver. Si vous connaissez bien le cheval et que vous êtes vigilant lorsque vous le manipulez et le montez, vous pouvez souvent empêcher les « fantômes » de se produire.

Comportement des chevaux

Pour être efficace dans l’entraînement des chevaux, vous devez comprendre les bases du comportement des chevaux. En d’autres termes, vous devez comprendre comment la plupart des chevaux pensent dans diverses situations et comment ils sont le plus susceptibles de réagir en fonction de leurs instincts naturels. Une grande partie du comportement des chevaux a été façonnée par le fait que pendant des milliers d’années, les chevaux ont été la proie de grands animaux et d’humains. Ainsi, ils sont généralement considérés comme des animaux de fuite ou de combat, et ils préfèrent de loin s’échapper plutôt que de se battre, si on leur en donne l’occasion.

De nombreux chevaux se sentent plus en sécurité lorsqu’ils se déplacent que lorsqu’ils sont immobiles. Et pour ces chevaux, cette préférence ou ce besoin de bouger se manifeste lorsque l’animal est craintif. Les équidés modernes ne comprennent pas qu’il n’y a pas de tigres à dents de sabre et de chasseurs avec des lances à chaque coin de rue, donc ils peuvent toujours ressentir le besoin d’être prêts à s’échapper.

Faire travailler votre cheval avant de monter à cheval

Un cheval peut aussi devenir chaud ou nerveux pour d’autres raisons que la peur. Pensez à un cheval qui est enfermé dans un box la plupart du temps avec peu ou pas d’exercice. Ce n’est pas naturel pour un cheval, et vous pouvez donc comprendre pourquoi un tel cheval peut être trop excité à l’idée de s’échapper enfin de son box. La frustration et la confusion peuvent aussi créer un cheval chaud. Lorsque votre animal ne comprend pas ce qu’il est censé faire, il peut montrer des signes de nervosité.

Cette peinture est totalement décontractée.

Langage du corps

Une façon d’évaluer le comportement des chevaux est d’apprendre à comprendre le langage corporel des chevaux. La plupart des chevaux nerveux sont faciles à repérer, il n’est donc généralement pas difficile de savoir si vous avez un cheval chaud ou non. L’animal agit généralement de manière « hyper » et ne veut pas donner le mors. Lorsque vous arrêtez la monture, il veut continuer à avancer.

Ce sont les signes et les comportements les plus évidents d’un cheval chaud, mais ce n’est pas la seule façon de savoir si un cheval est nerveux, contrarié ou anxieux. Un autre signe est le tordage de la queue ou le battement de la queue. Bien sûr, les chevaux font tournoyer leur queue pour éliminer les mouches, mais lorsqu’un cheval remue ou tord sa queue en l’absence d’insectes, ce geste révèle de la nervosité, voire de la colère.

Un cheval nerveux ou ennuyé peut aussi taper du pied ou de la patte avec un sabot avant. L’encolure peut aussi être tendue et l’animal peut se retourner et/ou mâcher le mors. Si le cheval est effrayé ou extrêmement nerveux, il peut trembler et renifler. Le blanc des yeux peut être facilement visible, et les oreilles peuvent être pincées vers l’arrière.

Un animal calme et soumis, prêt et disposé à obéir à vos ordres, présente également un certain comportement de cheval. La tête est généralement baissée et les muscles sont détendus. Les oreilles sont dans une position neutre ou, si l’animal attend un signal ou un ordre de votre part, les oreilles peuvent être pointées vers l’avant. La queue est détendue et les yeux sont détournés. Surtout, le cheval pourra rester immobile, sans bouger.

Alimentation des chevaux

Croyez-le ou non, la nourriture de votre cheval pourrait être au moins partiellement responsable de la nervosité de votre cheval. Les chevaux sont des brouteurs naturels. Ils sont censés passer une grande partie de leur temps chaque jour à mâcher du fourrage. Le problème est que de nombreux propriétaires ont enlevé cela à leurs animaux et ont remplacé de grandes quantités de fourrage grossier faiblement calorique et riche en fibres par de plus petites quantités d’aliments concentrés pour chevaux, riches en calories. Le maïs et l’orge sont souvent les pires coupables dans ce domaine. Tous deux sont riches en calories et en hydrates de carbone, mais ils sont moins riches en fibres que l’avoine. Pensez à la façon dont les enfants humains se comportent après avoir mangé des collations à forte teneur en sucre. Ils peuvent pratiquement « rebondir sur les murs », n’est-ce pas ? Les chevaux ne sont pas différents. Lorsque vous donnez à votre cheval une alimentation riche en glucides, l’animal va avoir beaucoup d’énergie. Si cette énergie supplémentaire n’a pas d’exutoire, des problèmes de comportement peuvent facilement survenir.

Quelle est la meilleure race de cheval ?

Mâcher est apaisant pour les équidés, il faut donc s’assurer que votre cheval a suffisamment de temps pour mâcher du fourrage. Veillez à ce que votre cheval reçoive suffisamment de fourrage grossier dans son alimentation, en le faisant paître et en consommant du foin de bonne qualité. À mon avis, le pâturage est généralement préférable, car il tue deux oiseaux avec une pierre métaphorique, pour ainsi dire. L’animal a beaucoup de temps pour mastiquer et il peut aussi se promener dans un pâturage au soleil et à l’air frais. Parlez à votre vétérinaire d’un programme alimentaire sain et raisonnable pour votre cheval. Vous serez peut-être surpris d’apprendre que certains chevaux se portent bien avec du fourrage uniquement, sans aucune céréale ou autre aliment concentré pour chevaux.

Suppléments calmants pour chevaux :

Suppléments calmants pour chevaux

Avez-vous essayé les suppléments calmants pour chevaux ? Ils sont devenus assez populaires ces dernières années. La plupart des suppléments calmants pour chevaux contiennent un ou plusieurs des ingrédients suivants : thiamine, extrait de réglisse, L-tryptophane, taurine, racine de valériane, actée à grappes noires, feuille de framboisier, houblon, passiflore, ramisol, inositol, racine de gingembre, bétone de bois ou magnésium. Certains contiennent également des acides gras oméga-3, oméga-6 et/ou oméga-9. Les compléments sont disponibles sous forme de pâtes, de plaquettes, de liquides, de granulés et de poudres.

Certains suppléments calmants pour chevaux utilisent ce que l’on appelle des « adaptogènes ». Il s’agit de substances censées améliorer la capacité d’un individu à s’adapter à son environnement sans causer de stress ou d’excitation excessifs. Le concept d’adaptogènes a été conçu pour la première fois par un pharmacien en 1947. Depuis lors, les vétérinaires et les entraîneurs de chevaux se sont efforcés de trouver la bonne combinaison à utiliser avec les équidés. Certains entraîneurs et propriétaires de chevaux font état de nombreux avantages liés à l’utilisation de ces compléments, tandis que d’autres n’en voient aucun. Je suggère de consulter un vétérinaire spécialisé dans les chevaux avant d’utiliser ces compléments.

Comment calmer un cheval nerveux :

Conseils pour l’entraînement des chevaux : Cheval chaud

Je vais partager ici avec vous quelques conseils de base sur le dressage des chevaux pour calmer un cheval nerveux. Ces méthodes de dressage sont particulièrement utiles aux débutants, et pratiquement tout le monde peut les utiliser. Tout d’abord, vous devrez décider à quelle fréquence votre cheval est nerveux ou agité. Est-ce que cela arrive régulièrement ? Le cheval est-il nerveux seulement au début d’une période de travail ou d’équitation ? Quels sont les facteurs de stress qui semblent aggraver le problème ?

Tout cheval peut avoir des moments de nervosité occasionnels. Par exemple, une jument calme et douce que j’ai eu une fois était toujours un peu nerveuse lorsqu’il y avait un chien étrange dans les parages. C’est compréhensible. Une fois le chien enlevé, le cheval s’est immédiatement calmé. Je parle ici davantage de chevaux qui sont nerveux sans cause extérieure apparente.

Si votre cheval est nerveux lorsqu’on le sort de son box, donnez-lui la possibilité de se dégourdir un peu les jambes. Une bonne façon de le faire est de le faire sur une longe. Si vous n’êtes pas familier avec la longe, ou la fente du cheval, cliquez sur le lien mis en évidence pour obtenir un article et des vidéos sur le sujet. Certains cavaliers appellent cela « prendre le large ». Nous avons eu quelques chevaux qui avaient besoin de cette activité avant d’être montés par des enfants ou des adultes novices. Ils avaient tout simplement trop d’énergie, ce qui les rendait plus difficiles à manipuler. Mais une fois que ces mêmes chevaux ont été lancés ou « descendus », certains d’entre eux pouvaient être utilisés sans danger par des cavaliers débutants pour des promenades en sentier.

Tout ce que vous devez savoir sur les poneys et leurs soins

Si votre cheval est nerveux une fois que vous êtes en selle, forcez-le à tourner en rond ou à faire des huit. Ainsi, la monture sera plus attentive à vous et à ce qu’elle fait au lieu de se concentrer uniquement sur sa peur. Lorsque le cheval semble s’être calmé et qu’il donne le mors, essayez d’arrêter l’animal. S’il reste immobile, la période de nervosité est probablement terminée. Si le cheval refuse de se lever, continuez à le travailler. Après quelques minutes supplémentaires, essayez de vous arrêter à nouveau. Desserrez les rênes et félicitez le cheval avec une tape sur le cou et un ou deux mots doux.

Les méthodes d’entraînement du cheval qui abaissent la tête peuvent également être très efficaces pour calmer un cheval nerveux. Les chevaux qui ont la tête baissée sont détendus et n’ont pas peur. Lorsqu’un cheval baisse la tête, l’animal est incapable de s’enfuir, et la confiance et l’obéissance suivent généralement. Vous ne voulez pas que la tête traîne sur le sol. Le point d’attache, la zone située au sommet de la tête entre les oreilles, doit être juste un peu plus bas que le garrot. Appliquez une pression sur la tête et le nez du cheval pour lui apprendre à baisser la tête. Caressez doucement le cheval pour le récompenser d’avoir baissé la tête.

Il faut absolument éviter de renforcer le mauvais comportement des chevaux. Certains chevaux « tentent » leur cavalier en se montrant nerveux afin de le faire abandonner. Lorsque cela se produit, le mauvais comportement est récompensé car le cheval a obtenu ce qu’il voulait et n’a pas besoin de travailler. Ne permettez pas que cela se produise. Si l’animal est si nerveux qu’il n’est pas sûr de rester en selle, descendez, mais n’arrêtez pas de travailler. Mettez le cheval dans un enclos rond ou sur une longe et continuez à le faire travailler.

Il est beaucoup plus facile et plus efficace d’empêcher un cheval de devenir nerveux que de guérir le problème une fois qu’il s’est développé. Il n’est pas toujours facile de calmer un cheval nerveux, et cela peut dégénérer en une situation dangereuse pour le cheval et l’homme. Les chevaux sont grands et puissants, et il est important que l’homme soit aux commandes à tout moment. Si vous avez un cheval chaud, examinez attentivement ce que vous faites et qui pourrait contribuer au problème. Évaluez la nourriture que vous utilisez pour le cheval et réfléchissez honnêtement à la quantité de fourrage que reçoit votre animal. Examinez également la quantité d’exercice et de « temps d’arrêt » que votre monture reçoit chaque jour. Si votre animal passe beaucoup de temps dans une stalle ou une écurie, achetez-lui des jouets pour chevaux. Vous, et non le cheval, pourriez très bien être la principale source du comportement nerveux. Avant de vous adresser à un entraîneur professionnel, essayez les conseils de gestion et de dressage de chevaux fournis dans cet article.