Êtes-vous sûr que le cheval est paresseux ?

Si un cheval n’avance pas, c’est peut-être qu’il est paresseux. Mais vous devez d’abord vérifier pour d’autres raisons. Si ce n’est pas votre cheval, demandez au propriétaire ou au guide si l’animal est toujours comme ça et, si ce n’est pas le cas, s’ils peuvent voir ce que vous faites qui favorise ce comportement.

De plus, un cheval « paresseux » peut parfois avoir un problème. Des douleurs dorsales, une sellerie mal ajustée, un mors trop dur, tout cela peut rendre un cheval réticent à avancer.

Il m’a été rapporté il y a quelques semaines, lorsque je suis arrivé à la grange où j’aide. La propriétaire m’a dit que G, un Quarter Horse notoirement têtu, était « parti » pour un des palefreniers quand elle est allée le seller. En supposant qu’il était dans un de ses états d’âme, elle m’a demandé de monter sur lui et de lui botter les fesses.

Je suis monté sur lui et j’ai constaté que l’animal était boiteux sur les quatre pattes ! Sérieusement. Il était complètement incapable d’avancer, ce qu’un cavalier inexpérimenté pourrait facilement confondre avec de la paresse.

Une semaine plus tard, nous avons eu un diagnostic. Le pauvre cheval avait la maladie de Lyme. Pas étonnant qu’il ne voulait pas de selle sur son dos endolori et douloureux. En fait, à un moment donné, il ne voulait pas qu’on lui caresse le nez. (Il va parfaitement bien maintenant après une cure d’antibiotiques industriels).

Conseils aux jeunes cavaliers qui veulent faire carrière dans le monde du cheval

Vous pourriez être à l’origine du problème avec le cheval

Encore une fois, si ce n’est pas votre cheval, demandez si le cheval est toujours comme ça. Si ce n’est pas le cas, alors oui, c’est probablement vous. Cela pourrait signifier que l’animal est enclin à « tester » d’étranges cavaliers pour voir s’ils le pensent vraiment.

Il se peut aussi que vous n’utilisiez pas les aides efficacement pour une raison quelconque. Par exemple, j’ai une mauvaise tendance à laisser mes jambes dériver trop loin en arrière lorsque je monte en selle western, ce qui signifie parfois qu’elles ne sont pas efficaces et, surtout si le cheval est enclin à la paresse, il a l’excuse parfaite pour m’ignorer.

D’autres choses peuvent rendre un cheval paresseux, comme des mains lourdes ou le fait d’être trop lourd pour l’animal. La plupart des écuries réputées ne vous monteront pas sur un cheval pour lequel vous êtes trop grand, mais toutes les écuries ne sont pas réputées.

La plupart du temps, les chevaux seront plus paresseux ou plus têtus avec des cavaliers qu’ils ne connaissent pas ou qu’ils soupçonnent de ne pas savoir ce qu’ils font.

Que faites-vous si votre cheval est paresseux ?

En supposant que vous ayez vérifié la position de vos jambes et de vos mains, et en supposant que le cheval ne refuse pas d’avancer pour une bonne raison ?

La première tentation est d’ajouter une « aide artificielle » – un terme fantaisiste pour désigner les fouets et les éperons. Les éperons ne doivent jamais être portés par des cavaliers qui n’ont pas l’expérience et le contrôle musculaire nécessaires pour garder une jambe calme et stable. Si votre jambe rebondit, le cheval sera au mieux confus et au pire blessé.

Paresseux de compagnie : Légalité, alimentation et logement

Une récolte ou une querelle est cependant raisonnable. J’ai personnellement utilisé un fouet de dressage et un over-under (une courtepointe) sur des chevaux têtus à différents moments. Il n’y a rien de mal à un jabot, à condition qu’il soit utilisé correctement.

Voici comment :

  • Tout d’abord, donnez au cheval une chance de répondre aux aides normales et légères – juste une pression. Si cela ne fonctionne pas tout de suite, enfoncez les deux talons dans le flanc.
  • Veillez à toujours utiliser vos deux jambes, sinon certains chevaux prendront cela comme excuse pour aller de côté au lieu d’avancer. Avancez légèrement vos mains pour être sûr de donner avec les rênes.
  • Si le cheval ignore les talons, alors tapez une fois avec le jabot ou la guirlande. Une quirt (une longueur de corde tressée) est normalement utilisée sur l’épaule.
  • Un jabot doit toujours être utilisé derrière la jambe intérieure (l’une ou l’autre jambe fonctionne si elle est sur le sentier), à moins que le guide ou l’instructeur ne vous dise spécifiquement de l’utiliser sur l’épaule (certains chevaux se rebellent si on les frappe derrière la jambe).
  • Frappez une fois, puis pressez à nouveau. Ne pas battre un cheval. C’est contre-productif. Un coup, puis un rappel de « Oui, je veux que vous alliez de l’avant. »
  • Si un cheval ne fait que vous tester, le fait de le frapper une fois peut suffire pour tout le trajet. D’ailleurs, certains chevaux cesseront d’être paresseux simplement parce que vous transportez une récolte. Ils ne sont pas stupides.
Équitation et formation des chevaux : L'exercice carré

Évitez de retirer toute votre jambe du cheval pour leur donner un coup de pied. Bien que cela puisse être efficace, cela vous met dans une position peu sûre si le cheval tire vers l’avant ou s’il fait du surplace, et il est plus gentil d’utiliser un jabot une fois que de donner des coups de pied à répétition.

Oui, je sais que les coureurs de barils font ça tout le temps, mais l’équitation de tout le monde est pire quand on joue, y compris la mienne.