Un nouveau monde

La pisciculture a changé au cours des 50 dernières années. Je me souviens encore de ce vivier en verre à armature métallique que mon frère et moi avons accidentellement écrasé pendant un jeu de cheval. Il y a environ 30 ans, j’ai installé mon premier vivier d’eau salée décoré de roches de corail et de gravier. Quelques invertébrés comme des anémones et des crabes y étaient inclus, mais ils ne se sont pas aussi bien comportés qu’un poisson clown qui a vécu pendant 6 ans.

De nos jours, la pisciculture en eau salée est un tout nouvel art grâce à plus d’informations sur le cycle de l’azote, les débits, les additifs et les besoins en éclairage, notamment pour les invertébrés sédentaires comme les anémones de mer et les coraux mous. Il y a quelques années, il a été suggéré que les réservoirs d’eau salée contiennent au moins 20 à 30 litres d’eau, mais avec plus de connaissances sur l’entretien des récifs et des dépenses plus importantes pour leur installation et leur entretien, des articles et des publications sont parus sur la manière d’entretenir les nano-récifs, ou les réservoirs de 10 à 20 litres ou moins.

Les premières étapes de la mise en place d’un nano récif

Vendredi dernier, ma première démarche a été d’acheter un réservoir en plastique Aqueon Evolve de 8 litres avec un éclairage LED et un filtre caché. J’ai également acheté un mélange de sel pour 10 litres (Instant Ocean, la même marque que j’ai utilisée il y a 30 ans pour un aquarium réservé aux poissons) et du sable vivant CaribSea Arag-alive avec des grains suffisamment petits pour permettre aux créatures de s’enfouir facilement.

La bonne quantité de sel a été placée dans le réservoir avec suffisamment d’eau distillée pour que le niveau de l’eau ne dépasse pas de plus de 2,5 cm (soit environ 1 tasse de sel pour 2,2 litres d’eau). Un sac plastique scellé d’eau distillée a également été placé dans le réservoir pour déplacer suffisamment d’eau afin de laisser de la place pour l’insertion ultérieure du sable et de la roche vivants. Le filtre a ensuite été mis en marche pour mélanger le sel. Cela a pris environ une journée. Puis on a ajouté le sable, qui a considérablement brouillé l’eau et a libéré quelques petits crustacés nageurs de la taille d’une daphnie.

Un jour ou deux plus tard, j’ai ajouté des pierres vivantes et des débris de roche dans un tas pour fournir un abri aux créatures futures et pour aider à ensemencer le réservoir avec des bactéries bénéfiques. Ces débris contenaient quelques minuscules filtres qui ont ouvert leurs tentacules le soir même. Certaines parties étaient également recouvertes d’algues corallines rouges. Le tas, qui consistait en deux morceaux de roche de la taille d’une balle de base-ball et de gravats, mesurait environ 4,5 pouces de haut sur 5 pouces de diamètre. Le réservoir était maintenu à température ambiante dans ma salle des poissons (75-80 degrés Fahrenheit).

Ajouter de plus grandes créatures

Cinq jours après l’ajout de la roche vivante, j’ai vérifié divers paramètres de l’eau et j’ai prélevé un échantillon au magasin de poissons pour le faire vérifier. Nos résultats étaient conformes. Nitrite et ammoniac proches de zéro, nitrate inférieur à 5 ppm, s.g. 1,0235, et pH 7,8. La dernière mesure semblait plutôt basse, peut-être à cause du sable vivant, mais nous avons quand même décidé d’ajouter quelques créatures. J’ai choisi deux bernard-l’ermite à pattes bleues et deux gobies à tête rouge, ces derniers pouvant être une paire, en fonction des différences de taille. Les crabes et les gobies ont été mis en sac séparément et lorsque je les ai ramenés à la maison, je les ai acclimatés en faisant flotter les sacs dans le réservoir et en ajoutant un peu d’eau du réservoir aux sacs, petit à petit, pendant une demi-heure. J’ai d’abord retiré une partie de l’eau des sacs pour laisser plus de place à l’eau du réservoir. Après quatre ou cinq ajouts d’eau, les sacs ont été retournés dans le réservoir. Notez que je n’ai attendu que 5 jours pour l’ajout de créatures, en espérant que le sable et la roche vivants contenaient suffisamment de bactéries pour traiter les déchets azotés.

Effectuer un premier changement d’eau dans un nouvel aquarium

A ce jour, j’ai eu plusieurs jours pour regarder les deux gobies et les deux ermites. Les ermites sont actifs jour et nuit, mais surtout la nuit. Les gobies sont constamment actifs le jour et ont la manière la plus cool de tourner la tête d’un côté à l’autre. Il y a un peu de chasse, mais pas de véritable conflit entre les gobies.

Aujourd’hui, j’ai remarqué qu’un des ermites a échangé sa coquille lisse et sombre (peut-être une coquille de Cérith) contre une coquille blanche à nœuds dont je ne savais même pas qu’elle se trouvait dans le char (elle devait être cachée dans de la roche vivante ou des décombres – peut-être une coquille de vase (Vasum). J’ai également siphonné un gallon d’eau dans une cruche d’eau distillée de 1 gallon et versé de l’eau prémélangée (sel marin + eau osmosée du magasin de poissons) d’une cruche d’eau distillée de 2,5 litres.

En fait, j’ai mesuré la nouvelle eau en l’utilisant pour remplir d’abord un bidon d’un gallon vide. Jusqu’à présent, j’ai évité d’avoir à me procurer un seau de 5 litres, la cruche de 2,5 litres étant la plus grande que j’ai. J’ai également nourri quotidiennement les poissons et les crabes. Je leur ai donné du cyclopeeze, des oeufs de crevettes saumâtres décapsulés et des crevettes mysis congelées hachées. Les gobies vont après tout 3, et avec un peu de chance, les crabes sont en train de récupérer les restes, bien que j’aie fait attention à minimiser la quantité de nourriture ajoutée. J’ai également éteint le filtre pendant quelques minutes pour permettre à la nourriture d’être consommée avant d’être aspirée dans le filtre.

Je suppose que dans quelques jours, je pourrai revérifier les paramètres de l’eau et m’assurer qu’ils restent stables.

Vérification du réservoir pendant une semaine

J’ai remarqué ce qui ressemblait à un bernard-l’ermite mort aujourd’hui (4/3), mais ce n’était qu’une carapace de hangar. Les deux ermites se déplacent encore. A également essayé des gobies sur des boulettes de cichlidés (taille moyenne) qui coulent. Ils les ont attrapés en crachant des huttes (trop grandes et trop dures). Espérons qu’ils les mangeront plus tard !

Le 4/5, il est passé au magasin de poissons pour obtenir des filtres supplémentaires pour le réservoir Aqueon. Le pH est toujours d’environ 7,6 et ils ont suggéré que j’apporte un échantillon d’eau le 4 juillet pour voir si j’ai besoin d’ajouter un tampon. Ils ont également suggéré d’ajouter des sels du lac African Rift pour aider à tamponner le réservoir. J’ai ajouté 1/8 de cuillère à café, j’ai vérifié quelques heures plus tard et j’ai ajouté un autre 1/8. J’ai vérifié le samedi, et comme le pH n’a pas beaucoup augmenté, j’ai ajouté 1/4 c. à thé de sels du Lac du Rift. J’ai un peu de tampon liquide pour le lac de Rift, mais on m’a dit de ne pas l’utiliser encore. J’ai aussi découvert une créature de type anémone de mer avec un tentacule étalé d’environ 1/4 de pouce à la base d’une roche et le deuxième bernard-l’ermite a mué. J’espère que demain (4/7), je pourrai faire un peu de tamponnage, faire vérifier une photo de l’anémone pour m’assurer qu’il ne s’agit pas de la redoutable anémone de verre Aiptasia, et peut-être ajouter un zooanthide si l’eau est bonne.

Atteindre le pH et la gravité spécifique appropriés

Je suis passé au magasin de poissons du coin aujourd’hui et j’ai trouvé que le pH est correct (8,2, mes bandes de pH ne sont pas correctes) mais la gravité spécifique est d’environ 1,020 et je vise 1,024-5. Ils m’ont suggéré de changer d’eau jusqu’à ce que j’y arrive. J’ai corrigé la nouvelle eau à 1,027 et j’ai ensuite ajouté 1 gallon dans le réservoir. Le réservoir est toujours à environ 1,020. J’aurai besoin de quelques changements d’eau supplémentaires, donc j’ai mélangé 2 litres de plus avec de l’eau RO et je le vérifierai demain. L’anémone que j’ai vue a été identifiée comme un polype de girofle. Ils peuvent se propager, mais pas autant que l’Aiptasia. C’est un type de corail mou lié au Xenia pulsant.

Ajout de nouveaux invertébrés sessiles

Après avoir obtenu un pH et une densité exactement comme je le voulais et avoir vérifié que l’ammoniaque et le nitrite étaient à 0, j’ai pu ajouter quelques invertébrés sessiles. Il s’agissait d’une colonie de zoanthidés ou d’anémones coloniales contenant des polypes tentacules verts et bruns avec des centres orange à rouges et un morceau de squelette corallien incrusté de pourpre rougeâtre qui a fini (quelques jours) par s’épanouir en polypes étoilés verts, avec des tentacules fantomatiques verdâtres contenant des zooxanthelles photosynthétiques.

Tout s’est bien passé pendant une semaine, puis j’ai pu ajouter quelques algues caulerpa à tige cylindrique (dont on dit qu’elles poussent relativement lentement) et un seul polype de champignon rouge. La première est allée dans un coin arrière du réservoir et j’ai ensuite essayé de faire tomber la seconde dans une crevasse des rochers, mais elle s’est vite contractée et a coulé hors de vue, alors je l’ai placée sur le sable contre une branche de corail mort. Quelques jours plus tard, j’ai vu apparaître des algues bulles rouges et vertes, des formes qui peuvent envahir un réservoir.

Algues à bulles rouges

Comment traiter les algues rouges visqueuses

En plus des bulles d’algues rouges, les redoutables algues rouges visqueuses sont également apparues sur les rochers et le sable. Chaque jour, je les grattais et elles revenaient le lendemain, menaçant mes polypes de boutons (zoanthidés). Finalement, j’ai essayé l’érythromycine fournie par mon lfs (cette algue est en fait une bactérie). En deux jours, la bave rouge avait disparu. Cependant, ma colonie de zoanthidés s’était refermée et ne voulait pas s’ouvrir. J’ai essayé de la déplacer vers un endroit plus élevé dans le réservoir et 2 ou 3 jours plus tard, 3 ou 4 polypes sur les 20 environ se sont ouverts.

Une vérification des informations en ligne a révélé un tas de problèmes possibles avec ces polypes de boutons. Apparemment, ils sont robustes à long terme mais sensibles à court terme à l’aluminium, à la manipulation, au grignotage de poissons, aux escargots parasites et aux limaces de mer, ainsi qu’aux changements des paramètres de l’eau. Dans un cas, un aquariophile a réussi à ouvrir ses polypes simplement en modifiant la gravité spécifique de 0,001 unité. Dans d’autres cas, il semble qu’ils aient été fermés pendant des semaines ou des mois, puis se soient ouverts et soient redevenus en bon état.

Pour compliquer encore les choses, j’avais ajouté un tampon de Poly-Filtre dans le réservoir quelques jours après le médicament. J’ai juste décidé d’éviter de modifier le réservoir pendant un certain temps et de voir si les polypes se guérissent. Ils sont déjà (le 3 mai) partiellement ouverts (environ la moitié d’entre eux pendant une partie de la journée). Peut-être qu’ils ont juste besoin de s’adapter !

Mon polype de champignon, d’ailleurs, ne s’est pas encore divisé mais s’ouvre assez bien. Il y a maintenant 5 polypes en forme de gousse reliés entre eux par des stolons et les polypes en étoile se portent bien. Un étrange petit objet transparent en forme de vase (2 à 3 mm de haut) est apparu sur les rochers avec quelques filaments qui jaillissent du sommet. Il s’agit peut-être d’un petit tunicier. Une touffe d’algues rouges filamenteuses du diamètre d’une pièce de dix cents pousse également chaque jour.

Comment éliminer les algues bulles

J’ai trouvé une instruction en ligne sur la façon d’enlever les algues à bulles supplémentaires avec un scalpel et un tube siphon rigide pour éviter la propagation des spores des bulles brisées. J’ai essayé un peu, mais les bulles rouges ne sont pas encore vraiment un problème.

Je vais essayer de prendre une photo des zoanthidés partiellement ouverts.

Une mise à jour sur l’état de mon nano-récif

Merci à tous pour vos commentaires. Pour votre information, j’ai vérifié le pH, le nitrate, le nitrite, l’alcalinité, s.g., et l’ammoniaque avant d’ajouter des créatures. La pierre vivante provenait d’un magasin local qui possède un grand système de recirculation. J’ai cru comprendre que la roche vivante/sable vivant pouvait accélérer le processus de maturation. J’ai également fait vérifier par le magasin les paramètres ci-dessus avant les ajouts. Les produits chimiques de la photo 1 sont une boîte d’Instant Ocean à droite et une bouteille de détergent d’aube à gauche, qui se trouve en fait à l’arrière d’un évier séparé du réservoir “stand”.

Pour vous informer sur la survie des créatures originales, une colonie de zoanthidés se porte bien, des polypes de champignons se portent bien, les deux gobies, l’escargot Astrea et les deux polypes octocoraux se portent bien. Les polypes du clou de girofle se sont étendus à 10 polypes. L’autre zoanthidé original n’a qu’un polype ouvert sur 6 ou 8, mais j’ai traité celui-ci avec de la nitrofurazone (possible “variole du zoa” ?) selon des conseils en ligne et tous semblent encore vivants, mais ne s’ouvrent pas encore.

J’ai également ajouté deux autres gros morceaux de roche vivante (d’après ce que j’ai compris, les morceaux précédents ont été guéris.), quelques champignons supplémentaires, deux autres petites colonies de zoanthidés et un corail d’arbre du Kenya. Les paramètres semblent toujours corrects, avec de l’ammoniaque 0, du nitrite 0 et du nitrate à environ 10 ppm. La cartouche filtrante contient du carbone et j’utilise également du matériau Poly-Filter, ainsi que des débris de roche vivante dans le filtre. Ma grande inquiétude est maintenant que le nouveau morceau de roche comporte plusieurs petites palourdes qui en font partie intégrante. Je pourrais briser la valve extérieure et tuer/nettoyer la créature ou simplement la laisser telle quelle en espérant qu’elle se porte bien. Je nourris le phytoplancton commercial tous les deux ou trois jours.

J’apprécie toutes les contributions. C’est une expérience d’apprentissage pour moi et, je l’espère, pour vous aussi. Je me suis appuyé sur les conseils du magasin local (je suis client depuis plus de 50 ans) et sur un certain nombre de livres, notamment :

  • Le manuel Nano-Reef par Brightwell
  • Mini-Aquariums par Jay Hemdal
  • Coraux par Tullock
  • quelques autres livres sur le corail de la bibliothèque.

J’espère que je n’ai pas ajouté de créatures trop rapidement. Tout ce que j’ai lu dit que les zoanthidés sont faciles à garder, mais sur les 4 colonies que j’ai, seules 2 ont été sans problème. J’ai essayé de rester avec celles qui semblent être des Zoanthus sp. depuis que j’ai compris que les autres genres ont tendance à sécréter de la palytoxine.

Quand ajouter du bétail à un nano récif

Outre le fait d’attendre une heure standard, tant que les paramètres de l’eau sont corrects, quel serait le meilleur moyen de savoir quand commencer à ajouter du bétail dans un nano-récif ? Je suppose que j’ai ajouté des choses si tôt parce que j’ai entendu dire que la roche vivante était un biofiltre efficace et qu’on m’a dit que l’utilisation de la roche vivante et du sable avec des bactéries déjà établies réduirait naturellement le temps de démarrage.

Comprendre la chimie et la biologie

Je suis à la retraite, donc j’ai beaucoup de temps pour vérifier les paramètres de l’eau. J’ai également un diplôme de biologie et j’ai travaillé pendant 5 ans dans la chimie industrielle. Évidemment, l’expérience en biologie et en chimie n’est pas nécessaire, tout le monde peut utiliser un kit de test, mais cela peut m’aider un peu. Cependant, au fil des ans, j’ai rencontré beaucoup de gens qui ont mieux réussi que moi à élever et à conserver des poissons d’eau douce et qui ont occupé des emplois très variés. Mais je ne veux pas que l’installation ait l’air trop facile.

L’état de mon nano récif après 3 mois

Trois mois après avoir commencé la mise en place, j’ai l’impression d’avoir beaucoup appris, mais il me reste encore beaucoup à faire. Je dois surtout être patient et laisser les choses se développer dans la cuve (moins de maniaquerie). Les polypes de bouton se reproduisent à quelques endroits, les champignons se portent un peu mieux (j’ai réduit la lumière de 14 heures par jour à 11 heures sur la suggestion de mon magasin de poissons local pour que les champignons s’ouvrent davantage), les gobies et l’escargot Astrea sont toujours OK, et j’ai actuellement 3 ermites à pattes bleues et quelques coquilles vides supplémentaires.

Récemment, deux gastéropodes (escargots) sont apparus. Les deux apparaissent la nuit. L’un d’eux semble épineux, mais ce n’est que son manteau exposé. Je parie qu’il s’agit d’une sorte de cowry, la coquille utilisée autrefois comme monnaie par les habitants des îles du Pacifique. L’autre a une coquille plutôt plate de couleur acajou et un corps relativement grand qui “sort” de la coquille. Chacune d’entre elles ne mesure qu’environ 3/8 de pouce de long. Un crustacé de type gammarus ou “scud” apparaît également de temps en temps, de jour comme de nuit. Voici une photo de la cuve avec certaines des formes de vie étiquetées. Je vais ensuite identifier les étiquettes.

Une clé pour l’image ci-dessus

Voici les noms des animaux pour les différentes étiquettes ci-dessus :

Corail arboricole du Kenya

Polype de bouton

Polype de bouton

Crabe hermite

Polype de bouton

Polype de champignon

Polypes en étoile

Polype de champignon

Polype de champignon

Polypes de type girofle

Polype de bouton

Palourde (huître ?)

Huître

Huître

Algues Codium intricatum (doigts de l’homme mort)

Les vers spirorbiques

Polype de bouton

Non montré : escargot astrea, étoile de mer asterina, gobies à face rouge (2), 2 autres ermites à pattes bleues, sp. bristleworms inconnus.

L’état de mon nano récif après 4 mois

À ce stade, les algues rouges vaseuses ne sont pas du tout visibles. J’ai trois petits escargots à coquille appelés Stomatella, deux avec une coquille brune et un avec une coquille rouge. Ils semblent être des mangeurs d’algues. J’ai également acquis quelques détritus mangeant de minuscules étoiles serpent avec un bras totalement écarté aussi gros que mon petit ongle.

Dans un magasin d’eau de mer local relativement récent, j’ai trouvé plusieurs couleurs de Ricordia, un polype de champignon avec des tentacules recouvrant le disque. On dit qu’ils survivent par photosynthèse, mais qu’ils prennent aussi de petits aliments, comme les petites crevettes Mysis. J’en ai acheté deux, une rouge et une jaune. En les mettant dans mon aquarium, la jaune est devenue verte irisée et la rouge est devenue bleue.

Ces couleurs ne semblent pas être une différence d’éclairage, elles restent sous une lumière de couleur différente. Je ne sais pas si la qualité ou la quantité de lumière ou même la qualité de l’eau est responsable du changement de couleur. Ils semblent bien se porter, sauf qu’ils ne sont attachés qu’à de petits morceaux de gravier, et le courant dans le réservoir poussait l’un dans l’autre qu’ils ont déplacé vers un polype de champignon rose et l’ont fait se contracter. J’ai résolu ce problème en mettant le premier Ricordia dans un coquillage pour qu’il ne soit pas déplacé par le courant.

J’ai également remarqué un minuscule gastéropode qui ressemble à un chiton. La couleur est une sorte de plaid rouge. Le plus gros ver à soie que j’ai vu mesure environ 5 cm de long, dont plusieurs dans le réservoir. Un examen attentif de la vitre avant révèle également quelques minuscules gousses de la taille d’une daphnie. Tous ces minuscules invertébrés semblent plus évidents/actifs la nuit lorsqu’une lampe de poche est utilisée pour éclairer le réservoir, mais il arrive qu’un d’entre eux soit visible pendant la journée.

La photo ci-jointe montre le char tel qu’il est maintenant, avec le Ricordia en bas à droite.

L’état de mon nano récif après 9 mois

J’ai maintenant atteint le point où la qualité de l’eau et le calendrier des changements d’eau sont assez stables. Le puzzle actuel est de savoir où et comment placer des inverseurs supplémentaires afin qu’ils ne s’influencent pas négativement les uns les autres. J’ai déplacé le corail de l’arbre du Kenya vers l’arrière gauche, ce qui semble avoir effacé les zoanthidés verts dans cette zone. J’ai également ajouté un corail cuir de champignon comme cachette possible pour une crevette anémone orange et blanche (périclimènes).

Malheureusement, les crevettes ont été tuées au bout de quelques jours par mes gobies à tête rouge, dont l’un a élu domicile dans une coquille d’escargot vide. J’ai également vu l’un des gobies tuer un bernard-l’ermite à pattes bleues qui était hors de sa coquille et qui essayait de voler la coquille d’un autre. Plusieurs polypes de champignons poilus Ricordia et Rhodactis ont été ajoutés et ils semblent être les choses les plus résistantes que j’ai.

Certains de mes zoanthidés ont également du mal à se débarrasser des débris qui s’y déposent, puis les algues se développent. J’ai ajouté une petite pompe Rio+ 600 (150-200 litres par heure) dans le réservoir pour augmenter le courant et garder les zoanthides propres. J’ai également ajouté un corail ramifié en forme de bonbon ou de trompette (Caulastrea) que j’ai accidentellement fendu lors de l’opération dans le réservoir. J’ai utilisé des ciseaux pour compléter la scission et j’ai placé le plus petit fragment ailleurs dans la roche.

Plusieurs colonies de zoanthidés ont été fixées à la roche vivante avec du gel de super-colle (marque Loctite) ou de l’époxy fabriqué par Instant Ocean. La première a tendance à sécher en blanc dans l’eau de mer et est assez efficace pour coller des objets sur une surface plane. L’époxy fonctionne mieux pour remplir autour d’un fragment qui est placé dans un trou ou une cavité. L’image ci-dessous représente un zoanthide de type Palythoa que j’ai essayé d’ajouter, mais il m’a causé une réaction allergique, alors je l’ai renvoyé au magasin.

Voici le réservoir tel qu’il était avant l’ajout de la nouvelle pompe, avec du corail bonbon en haut à droite et du corail cuir de champignon en haut à gauche.

Outils de maintenance nécessaires

Voici une photo de la plupart des outils que j’utilise pour désherber et entretenir le nano-récif. C’est beaucoup de choses pour un réservoir de 8 litres ! Vous trouverez ci-dessous la clé des articles et leur utilisation :

Ciseaux coudés pour la taille des algues.

Cuillère à fente pour ramasser les gros objets.

Pinces angulaires pour saisir des objets à l’ombre d’un rocher.

Outil de plantation pour pousser les choses dans le gravier (grattoir en plastique non utilisé sur l’acrylique).

Pipettes jetables pour faire tomber la nourriture sur les coraux.

Pipette longue et extensible, même usage.

Des pinces à griller pour ramasser les gros objets.

Eponge d’algue pour réservoir en acrylique (certains sont en verre uniquement).

Baster pour l’introduction de la nourriture.

Pinceau pour l’élimination des algues.

Baguettes pour remuer le gravier et enlever les algues dans les endroits exigus.

Couteau/grappin réglable conçu pour l’utilisation de plantes d’aquarium.

Grandes pinces à nourrir les reptiles, probablement l’outil le plus utile pour les attraper, les pousser en place, etc.

J’ai également utilisé des pinceaux d’une autre taille en fonction du site d’élimination des algues, ainsi que plusieurs pinces de type pincette, mais ces dernières ont tendance à rouiller, même si elles sont rincées et séchées. La variété des outils est nécessaire car je dois travailler autour de nombreux radiers et de pierres vivantes dans le réservoir sans en renverser ou en endommager.