Apprendre à votre cheval à faire des tours simples peut être amusant, surtout lorsqu’il les exécute au moment opportun. Vous apprendrez ici quelques « trucs » que vous pouvez facilement enseigner à votre cheval : le « lever du sabot », l' »arc » et le « câlin ». Ce ne sont pas des tours difficiles ou étonnants à enseigner comme l’élevage, mais ce sont de bons exercices d’étirement qui aident à créer un lien de confiance entre vous et votre cheval.

1. Lever le pied

Cette astuce permet de réduire le temps de toilettage et d’éviter de négliger occasionnellement les cadeaux de votre cheval lorsque vous essayez de lever le pied pour le nettoyer. Votre maréchal-ferrant appréciera également cette astuce !

Réservez une vingtaine de minutes pendant deux ou trois jours pour cette astuce.

En commençant par le pied avant gauche du cheval, pincez doucement le tendon à l’arrière de sa jambe jusqu’à ce que votre cheval lève le pied. Tenez le pied pendant vingt à trente secondes, puis abaissez-le au sol. Ne laissez pas tomber le pied de votre cheval.

Déplacez-vous vers le pied arrière gauche et faites la même chose.

Puis l’arrière droit et l’avant droit.

Reculez pendant quelques minutes et à partir de la deuxième étape, recommencez, les quatre sabots.

Encore une fois, prenez du recul pendant quelques minutes et recommencez à l’étape deux.

Continuez à faire cela jusqu’à ce que vous arriviez à dix fois le tour. À la dixième fois, votre cheval aura une idée de ce que vous allez faire et il déplacera son poids lorsque vous passerez d’un sabot à l’autre ou le fera basculer pour vous.

Appelez ça un jour après dix fois ou la routine devient banale pour vous et votre cheval. Vous ne voulez pas perdre son intérêt, car il n’y prêtera pas attention et n’apprendra pas.

Le lendemain, en commençant par l’avant gauche, faites votre ronde de sabots dix fois. À la fin de la deuxième journée, votre cheval vous présentera, voire soulèvera, son sabot lorsque vous vous déplacerez vers chaque sabot.

Au troisième jour, lorsque vous passez au premier sabot, avant gauche, votre cheval le lèvera en prévision de la routine ! Sinon, continuez la routine pendant quatre ou même cinq jours si c’est ce qu’il faut à votre cheval pour la reprendre. La routine s’imprime et se poursuivra chaque fois que quelqu’un voudra soulever son sabot !

Comment entraîner un cheval résistant à soulever ses sabots

Certains chevaux sont réticents à l’idée de se faire ramasser les sabots. Il y a quelques astuces que vous pouvez utiliser pour lui permettre de surmonter cette difficulté.

1. Si, lorsque vous pincez le tendon à l’arrière de la jambe, le cheval se tient simplement là comme s’il s’en fichait, penchez-vous sur lui en même temps que vous lui pincez le tendon. Cela poussera le cheval à se décentrer et l’encouragera à lever le sabot.

2. Si vous avez un cheval qui soulève son pied, essayez de le remettre en place, essayez de tenir le bord avant du sabot lorsque vous l’avez soulevé (là où seraient vos orteils si c’était un pied humain). Tenir le bord avant du sabot au lieu de la cheville, par exemple, vous permet de faire pression sur le sabot, ce qui n’est pas difficile à tenir, mais rendra plus inconfortable pour le cheval d’essayer de reposer le sabot.

Que faire lorsque vous achetez un cheval

Attention : Si vous travaillez avec un cheval qui insiste sur le fait qu’il va remettre son sabot en place, et que la prise d’orteil ne le fait pas changer d’avis, n’essayez pas de forcer la question, laissez-vous aller ! Vous ne vous ferez mal que si vous essayez de forcer le cheval à garder le sabot levé. Le cheval gagnera.

Lorsque vous apprenez à un cheval à lever son pied, remarquez les mots « Apprendre à un cheval à lever son pied ». PAS, « Vous lui apprenez à lever le pied ». Si le cheval redescend son pied, il suffit de le refaire. Répétez les étapes, pincez, penchez-vous sur lui, soulevez, tenez le pied et laissez-le poser s’il insiste, à chaque fois. Puis, recommencez. Il/elle se lassera du jeu et vous laissera le tenir plus longtemps, de plus en plus longtemps, jusqu’à ce qu’il/elle le tienne enfin jusqu’à ce que VOUS décidiez de le remettre en place. Il est important de le poser. Si vous laissez tomber le sabot à l’improviste, et que le sabot qui en résulte touche le sol, vous ne serez pas très heureux que le cheval lève son sabot pour vous, n’est-ce pas ? Il aura la mentalité suivante : « Si je lève mon sabot, il va tomber et ça ne va pas très bien, alors oubliez ça ». Si vous êtes frustré parce qu’il continue à baisser son sabot et que vous vous éloignez, il a gagné, et il recommencera.

2. Faites un salut

Le « salut » est si facile que vous ne le croirez pas, et il est si mignon quand ils le font. C’est aussi un très bon exercice d’étirement pour votre cheval ! Réservez une vingtaine de minutes pour enseigner ce tour. C’est progressif, c’est-à-dire que l’entraînement progresse à chaque fois (voir vidéo).

Prenez plusieurs morceaux de la friandise préférée de votre cheval dans la main la plus éloignée de la tête du cheval.

Dites l’ordre, « inclinez-vous » tout en présentant la friandise près de l’épaule. Lorsque votre cheval l’attrape, permettez-lui de la prendre de votre main en douceur, sans lui tordre la tête et sans lui casser la tête.

Tenez le morceau suivant un peu plus bas, plus près de leur pied et donnez l’ordre de « saluer » votre cheval pour avoir la gâterie lorsqu’il atteindra sa tête pour l’obtenir.

Continuez à abaisser la friandise jusqu’à ce que votre cheval atteigne le talon pour la récupérer. Utilisez toujours la commande « arc ».

Une fois que votre cheval aura atteint le talon pour recevoir la friandise, vous pourrez vous reposer et travailler à nouveau demain.

Cette fois, commencez au talon. Tenez la friandise au talon de votre cheval et dites l’ordre « saluez ». Si votre entraînement de la veille s’est bien passé, votre cheval baissera immédiatement la tête pour récupérer la friandise au niveau de son talon. Sinon, levez un peu la friandise et descendez jusqu’au talon.

Une fois que votre cheval a pris la friandise de son talon, déplacez-la facilement vers l’arrière, de sorte que votre cheval doit plier le genou pour atteindre la friandise. Si votre cheval essaie de reculer pour atteindre la friandise, placez-le derrière un mur ou une clôture, de sorte qu’il ne puisse pas reculer.

Au fur et à mesure que votre cheval s’améliore pour attraper la friandise derrière son talon, déplacez la friandise de plus en plus loin jusqu’à ce que vous obteniez l’arc profond que vous recherchez.

La bonne façon de s'occuper d'un cheval de secours

Préparez toujours un mot d’éloge pour le moment où votre cheval se porte bien. Chaque fois que votre cheval ne peut pas atteindre facilement la friandise, faites-le avancer jusqu’à l’endroit où il pourra l’atteindre facilement et revenez à votre point de départ.

L’arc est un signe de confiance entre vous et votre cheval. C’est une position vulnérable que votre cheval doit assumer, alors assurez-vous que vous lui offrez un environnement sûr pour qu’il puisse l’exécuter à votre place. D’autres chevaux dans la région ou un chien qui se mordille le museau ne feront que causer à votre cheval beaucoup de stress, un manque total de concentration et un manque de confiance en vous pour le protéger.

3. L’accolade

Tout le monde aime que son cheval lui fasse un câlin et ce tour ne pourrait pas être plus facile que de faire un câlin ! Lorsque votre cheval exécute ce tour, vous aurez vraiment l’impression qu’il aime vous serrer dans ses bras autant que vous aimez le câlin.

Placez-vous sur le côté droit de votre cheval, face à l’extérieur.

Tenez la friandise préférée de votre cheval dans votre main droite, présentez la friandise à votre cheval et, lorsque votre cheval tend la main vers la friandise, éloignez lentement votre main jusqu’à ce que votre cheval ait ramené son visage autour de votre corps dans une étreinte !

Voici un GRAND câlin !

Questions Réponses

Question : Nous avons une pouliche d’un an que nous voulons commencer à enseigner des tours parce qu’elle a encore un peu de temps avant de pouvoir être montée. Nous avons terminé tout le travail de base. Elle charge facilement, se lave facilement et poneys, elle est géniale. Quel serait le meilleur tour pour commencer à lui enseigner ? Je n’ai pas d’expérience dans l’enseignement des tours aux chevaux, donc ce sera une expérience d’apprentissage pour Juneau et moi.

Réponse : Félicitations pour votre pouliche. On dirait que vous avez vraiment tissé des liens avec elle. Vous allez vouloir commencer un tour pour lequel vous remarquez qu’elle a déjà une propension. Par exemple : Si votre pouliche plie souvent le cou (AKA flexion), introduisez l’étreinte. J’ai une jument qui aime tourner la tête pour regarder son côté et sa queue. Pas de problème, elle plie juste le cou et regarde. Elle a tout de suite compris l’étreinte. Nous avons également profité de sa flexion naturelle en la bridant et en utilisant les rênes, depuis le sol, pour continuer sa flexion et aussi quand nous le lui avons demandé. Elle s’y est mise très facilement et rapidement. Pour résumer, chaque poulain sera différent. Suivez son rythme, et développez-le !

Question : J’ai du mal à faire lever les pieds à ma jument. Elle n’a jamais été ferrée auparavant, donc elle n’est pas familière avec cela. J’aimerais commencer à nettoyer ses sabots plus souvent avec un pic et une brosse que j’ai maintenant. Lui faire lever les pattes avant n’est pas un problème mais j’ai peur qu’elle ait l’intention de donner des coups de pied si j’essaie de soulever ses sabots arrière pour les nettoyer. Que me conseillez-vous de faire ?

Réponse : Vous n’avez pas mentionné son âge ? Si elle n’est qu’une pouliche, il s’agit d’en faire une habitude. Commencez par le sabot avant et faites le tour de la même façon à chaque fois. Bientôt, elle lèvera son sabot en prévision du nettoyage de chaque sabot.

Un cheval est un cheval : les bases de l'équitation pour toutes les disciplines

En revanche, si c’est une jument plus âgée, qui se met dans ses habitudes, vous devrez peut-être vous entraîner à soulever ces sabots arrière avec prudence. Vous avez raison, un cheval peut vous donner des coups de pied lorsque vous travaillez près de son arrière-train, surtout s’il n’aime pas ce que vous faites. Il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu qu’il est difficile de le dire. Pour être le plus sûr, adressez-vous à un maréchal-ferrant. Expliquez-lui la situation et vous craignez les sabots arrière. Certains maréchaux-ferrants n’auront aucun problème à sortir, disons, pour un travail de coupe et à soulever ces sabots arrière pour vous et même à vous montrer comment faire. Les maréchaux-ferrants travaillent tous les jours avec les pieds des chevaux, ils savent comment soulever un pied qui n’a pas l’habitude d’être soulevé (n’oubliez pas de le lui dire !). Le maréchal-ferrant, avec son attitude confiante, peut être capable de soulever le sabot sans problème. Vous devez voir comment pincer le tendon pour encourager le cheval à soulever et comment étayer le sabot pour que le cheval ait moins de chances de donner un coup de pied si l’idée lui vient. Je suis heureux d’entendre que vous travaillez avec prudence. Mieux vaut prévenir que guérir !

Question : Un cheval têtu va-t-il s’incliner ?

Réponse : Ils sont parfois les plus faciles ! Qui est le plus têtu ? Vous ou lui ? Celui qui est le plus têtu gagnera, n’est-ce pas ? Ils sont parfois tellement têtus et ils ont l’attitude, donnez-moi cette carotte (un morceau de sucre ou n’importe quelle friandise) ! Ils vous montreront qu’ils auront cette friandise, peu importe où vous la mettez !

N’oubliez pas de commencer par le nez du cheval, puis de le déplacer un peu en arrière et en bas, puis de nouveau en arrière et en bas, s’il continue à aller très loin. Lorsque vous constatez qu’il n’y arrive plus, répétez cet endroit encore et encore jusqu’à ce que vous puissiez descendre encore plus bas. Bientôt, vous devrez tenir la friandise entre ses genoux et, une fois que vous y êtes, il n’y a presque plus de temps pour lui faire lâcher un genou pour qu’il la pose sur le côté et en bas. Voilà l’arc ! C’est vraiment cool à voir. N’oubliez pas d’utiliser un mot-clé dès le premier jour ! Il doit associer un mot (un son dans son esprit) à l’action que vous voulez qu’il fasse. Vous devez être juste un peu plus têtu que lui !

Question : Pensez-vous que ces astuces fonctionneront pour un vieux poney ?

Réponse : Vous pouvez apprendre à un vieux poney de nouveaux tours ! Les tours sur le moyeu sont faciles à enseigner à n’importe quel cheval.

Question : Mon cheval recule quand j’essaie de lui apprendre à s’incliner, comment puis-je réparer cela ?

Réponse : Placez votre cheval là où il ne peut pas reculer, par exemple devant un mur de grange ou le mur de l’arène. Vous devez également commencer par lui faire avaler la friandise. Ensuite, faites-le descendre, descendre, descendre. Ensuite, faites-le reculer vers la poitrine. Il semble que vous ayez commencé trop bas au début, ce qui a poussé le cheval à reculer pour l’atteindre. Cette astuce enseigne également la flexion de l’encolure. Si votre cheval n’a pas encore de flexion, vous devez vraiment commencer par la bouche et la faire descendre lentement.