Que faire lorsque les nouveaux cavaliers sont craintifs

Toute personne qui monte à cheval depuis un certain temps mentirait très probablement en disant qu’elle n’a jamais eu peur sur un cheval.

Si vous êtes un instructeur d’équitation, surtout si vous enseignez aux débutants, apprendre à aider un élève craintif est une compétence indispensable. Cela demande du temps et de la patience. Je vous fais part de quelques réflexions sur ce qui m’a aidé à le faire au fil des ans, dans l’espoir que cela puisse aider d’autres personnes.

Quand vous avez affaire à un animal de mille kgs avec son propre cerveau, peu importe que vous pensiez bien les connaître. Parfois, ils réagissent simplement instinctivement malgré tout leur entraînement, ce qui est difficile à comprendre pour les nouveaux cavaliers.

Mon histoire

Aujourd’hui, certains cavaliers sont naturellement plus craintifs que d’autres. J’ai enseigné à des enfants qui sont impatients de partir et qui essaieraient probablement de sauter dès la première leçon si je les laissais faire. En revanche, j’ai enseigné à des enfants qui ont mis beaucoup de temps à se mettre à l’aise sur un cheval.

Prenez-moi par exemple. Je n’étais pas naturellement confiant avec les chevaux. Quand j’étais petite, je voulais tellement monter à cheval et j’attendais toujours avec impatience mes leçons, mais quand il était temps de partir, j’étais terrifiée. Je n’avais aucune raison de l’être, je montais de bons chevaux de leçon et j’avais des instructeurs débutants appropriés, mais j’étais très craintive.

Je me souviens que ma grand-mère a demandé à ma mère pourquoi elle me faisait assister aux cours chaque semaine si je ne voulais pas. La raison était que ma mère avait vu à quel point je voulais le faire. Toute la semaine, entre les cours, je parlais des chevaux et de l’équitation non-stop. Mais le jour même, c’était une autre histoire. Un de mes amis cavaliers et moi nous sommes en fait cachés dans mon placard une fois parce que nous avions tellement peur d’y aller ! En y repensant maintenant, c’était totalement ridicule, il ne nous était même jamais arrivé quelque chose de mal pendant nos leçons. Mais à l’époque, l’idée que nous devions trotter ou faire quelque chose d’autre de terrifiant pendant notre leçon était suffisante pour nous faire trembler dans nos bottes et nous cacher dans le placard à l’heure de la leçon. Pour nous, c’était effrayant. En tant qu’instructeurs, nous devons être conscients du fait que même si nous ne voyons pas où est le problème, c’est notre travail d’aider nos élèves à le surmonter.

À ce stade de ma carrière de professeur, jamais un instructeur ne m’a demandé pourquoi j’avais peur. Mais je suis sûr qu’à l’époque, je n’aurais pas eu de réponse. Je voulais en savoir plus sur les chevaux et être entouré de chevaux et j’aimais ça. Je dois dire que j’aimais tout ce que l’on pouvait imaginer. Mais dans la vraie vie, ils étaient grands et parfois têtus et, quand on est petit, il est difficile d’empêcher sa voix intérieure effrayée de parler à son instructeur quand les choses commencent à être un peu difficiles.

L’un des tout premiers poneys de leçon que j’ai montés, Frostline était son nom, me faisait toujours sortir du ring si la porte était ouverte. Elle était prévisible à ce sujet et le faisait même lentement. Ça ne semble pas si effrayant que ça ? Non ! C’était comme si à chaque fois que j’arrivais dans ce coin redouté près de la porte, tout d’un coup, c’était comme si j’entendais la voix de mes instructeurs à des kilomètres de là, comme si elle était au bout d’un tunnel ou quelque chose comme ça. Sa voix qui disait : « à l’intérieur des rênes, à l’extérieur des jambes, poussez-la en avant, utilisez votre fouet… ils étaient faibles comparés à la voix effrayée dans ma tête.

Un jour, j’ai finalement réussi à faire passer Frostline devant la porte et après cette leçon, elle a été ma préférée pendant longtemps. Je l’ai même louée et j’ai fait mes premiers spectacles sur elle.

Comment aider à réduire les craintes des étudiants de l’équitation

Donc, pour résumer… essayez de vous souvenir de ces conseils et je pense que vous serez surpris de la facilité avec laquelle vous pouvez aider vos élèves à surmonter leurs craintes.

Apprenez à connaître vos élèves, parlez-leur, mettez-les suffisamment à l’aise avec vous pour qu’ils puissent vous dire quand ils sont nerveux.

Prenez votre temps ! Soyons honnêtes, si votre travail principal comme le mien est de donner des leçons aux débutants, alors il n’y a pas d’urgence à se préparer pour les épreuves olympiques ! Lentement et régulièrement, c’est toujours mieux. S’il y avait une règle d’or pour l’enseignement de l’équitation, je dirais qu’il est plus facile de prendre son temps et de prendre confiance en soi que de le récupérer une fois qu’on l’a perdu.

Faire travailler votre cheval avant de monter à cheval

Aidez-les à comprendre pourquoi vous leur demandez de faire certaines choses. Nous nous sentons tous mieux et moins anxieux lorsque nous en savons plus sur les choses, n’est-ce pas ? La conduite n’est pas différente, dites-leur le pourquoi aussi bien que le comment.

Assurez-vous que vos élèves savent qu’il est normal d’avoir peur. Je raconte tout le temps à mes élèves certaines histoires où j’ai vraiment eu peur et comment j’ai réussi à surmonter ma peur. Nos élèves nous regardent, ils pensent que nous sommes les meilleurs et ne veulent pas nous décevoir en ayant peur. Nous avons besoin d’être racontables. Raconter à vos élèves vos expériences personnelles et vos luttes les fera se sentir mieux lorsqu’ils réaliseront que surmonter ses peurs n’est qu’une partie de l’apprentissage de bonnes compétences générales en équitation.

Demandez-leur ce que vous pourriez faire pour qu’ils se sentent plus à l’aise. Vous pourriez être surpris des réponses simples que vous pourriez obtenir. Si c’est un enfant qui est particulièrement nerveux, vous pouvez demander à ses parents ce qu’ils pensent que vous pouvez faire. Ils pourraient dire à leurs parents quelque chose qu’ils ne sont pas encore assez courageux pour vous dire.

Chacune de ces étapes est décrite en détail ci-dessous.

Les meilleures façons d’apprendre aux élèves peureux à rouler

1. Au lieu de la peur, enseigner un respect sain

Lentement, avec le temps et la progression sur les bons chevaux avec les bons professeurs, je suis devenu confiant (au point de faire des bêtises et de monter n’importe quel cheval, quoi qu’il arrive). J’ai fait quelques chevauchées sauvages et je me suis cassé beaucoup d’os. Puis, c’est comme si la boucle était bouclée quand on progresse dans son métier d’équitation. C’est comme si vous aviez confiance en vos capacités, sans pour autant manquer de bon sens.

C’est là que nous voulons que nos cavaliers soient confiants, tout en étant conscients du fait que nous avons affaire à de gros animaux qui, instinctivement, ne pensent pas de la même façon que nous. Enseigner à vos élèves la nature du cheval et leur expliquer qu’il s’agit d’un animal proie et que la mentalité du troupeau le fait réagir différemment de nous est d’une grande aide. Le bon sens veut que plus nous en saurons sur la bête de mille kgs que nous balançons, mieux nous nous sentirons face à la situation.

Si vous êtes un cavalier naturellement courageux et confiant, qui n’a pas une voix forte et effrayante de « et si » dans votre tête, vous avez beaucoup de chance. Il faut de la persévérance pour en venir à bout. Mais c’est tout à fait possible. J’en suis la preuve !

2. Mettez-vous à leur place

Je pense que parfois, en tant qu’instructeurs et cavaliers confiants, nous oublions ce que c’est que de ne pas savoir à quoi s’attendre ou d’être simplement inquiets. Après avoir vu tous les élèves monter que j’ai observés au cours des 19 dernières années et les avoir vus surmonter leurs craintes, j’ai mieux compris comment aider quelqu’un à les surmonter.

Cette partie est importante ! Ce n’est pas parce qu’elle ne vous semble pas effrayante que votre cavalier n’a pas le droit d’avoir peur. En tant qu’instructeurs, nous devons nous rappeler ce que c’est que de ne pas savoir quoi faire de notre corps pour faire écouter nos chevaux. Ou de ne pas savoir comment un cheval peut réagir à quelque chose.

Vous devez également vous assurer de prendre le temps d’établir un rapport avec votre élève. Essayez de les faire parler avec vous. De n’importe quoi, de leur famille, de leur école, de leurs animaux domestiques, de tout ce dont ils parleront. Vous devez les mettre à l’aise et leur permettre de vous parler facilement. De cette façon, lorsque les choses se compliquent ou qu’ils commencent à être nerveux, ils n’auront pas peur de vous parler et de vous dire ce qui se passe.

Je sais, ça peut paraître bizarre que je vous dise que vous devriez discuter avec les enfants à qui vous enseignez, mais c’est comme ça qu’ils apprennent à vous faire confiance. Cela les aide aussi à se détendre. Si un de mes nouveaux élèves est terrifié, je suis connu pour lui avoir donné la plupart de sa première leçon en restant assis sur le cheval et en lui expliquant la bonne position, puis en le guidant autour du ring ou en marchant juste à côté de lui. Je vais leur poser des questions sur eux-mêmes et essayer de les connaître. Cela les aide à se détendre et à oublier leurs craintes. Plus leur esprit s’installe, plus leurs muscles se détendent et c’est alors qu’ils peuvent commencer à vraiment écouter vos instructions et à former la mémoire musculaire nécessaire pour avoir une assise équilibrée sur la selle.

3. Apprenez à connaître vos élèves et établissez des relations

Je pense que parfois, en tant qu’instructeurs et cavaliers confiants, nous oublions ce que c’est que de ne pas savoir à quoi s’attendre ou d’être simplement inquiets. Après avoir vu tous les élèves monter que j’ai observés au cours des 19 dernières années et les avoir vus surmonter leurs craintes, j’ai mieux compris comment aider quelqu’un à les surmonter.

Comment devenir un bon étudiant en équitation

Cette partie est importante ! Ce n’est pas parce que cela ne vous semble pas effrayant que votre cavalier n’a pas le droit d’avoir peur. En tant qu’instructeurs, nous devons nous rappeler ce que c’est que de ne pas savoir quoi faire de notre corps pour faire écouter nos chevaux. Ou de ne pas savoir comment un cheval peut réagir à quelque chose.

Vous devez également vous assurer de prendre le temps d’établir un rapport avec votre élève. Essayez de les faire parler avec vous. De n’importe quoi, de leur famille, de leur école, de leurs animaux domestiques, de tout ce dont ils parleront. Vous devez les mettre à l’aise et leur permettre de vous parler facilement. De cette façon, lorsque les choses se compliquent ou qu’ils commencent à être nerveux, ils n’auront pas peur de vous parler et de vous dire ce qui se passe.

Je sais, ça peut paraître bizarre que je vous dise que vous devriez discuter avec les enfants à qui vous enseignez, mais c’est comme ça qu’ils apprennent à vous faire confiance. Cela les aide aussi à se détendre. Si un de mes nouveaux élèves est terrifié, je suis connu pour lui avoir donné la plupart de sa première leçon en restant assis sur le cheval et en lui expliquant la bonne position, puis en le guidant autour du ring ou en marchant à côté de lui. Je vais leur poser des questions sur eux-mêmes et essayer de les connaître. Cela les aide à se détendre et à oublier leurs craintes. Plus leur esprit s’installe, plus leurs muscles se détendent, et c’est alors qu’ils peuvent commencer à vraiment écouter vos instructions et à former la mémoire musculaire nécessaire pour avoir une assise équilibrée sur la selle.

4. Apprenez à connaître votre élève en étant observateur

Je crois que vous pouvez vous améliorer en tant que moniteur d’équitation si vous faites plus attention au langage corporel de vos élèves, non seulement lorsqu’ils montent, mais aussi sur le terrain. Vous pouvez en savoir beaucoup sur la façon dont un enfant se comporte lors de sa première rencontre avec vous. S’il est timide, qu’il regarde en bas et qu’il se tient en retrait, il a probablement une personnalité timide et craintive. Ce qui sera exagéré par le fait qu’il se trouve dans un endroit inconnu et qu’il essaie quelque chose de nouveau. Faites tout ce qu’il faut pour qu’ils se détendent et se sentent à l’aise. Prendre le temps de le faire fera toute la différence pour qu’ils puissent suivre vos instructions même lorsqu’ils sont nerveux.

Les enfants qui arrivent en courant et qui sont trop confiants le montreront aussi. Il est tout aussi important de s’attaquer à ce problème que de renforcer la confiance de l’enfant timide et nerveux. Les courageux excités doivent apprendre comment leur énergie affecte celle des chevaux et comment ils doivent être calmes et lents avec les chevaux, même s’ils sont excités.

5. Les petits pas sont toujours les meilleurs, alors décomposez

Je sais combien il peut être frustrant de voir un étudiant se débattre et d’avoir l’impression qu’on lui dit exactement ce qu’il doit faire et qu’il n’écoute pas. Rappelez-vous combien cette voix peut être forte dans votre tête lorsque vous pensez que les choses vont mal. Une fois que la voix intérieure de votre élève est plus forte que votre voix qui lui donne des instructions, cela ne va pas marcher. Vous devez déterminer quelles sont les compétences qui font qu’ils ne sont pas capables d’accomplir ce dont ils ont besoin pour rouler efficacement.

Par exemple, si leur poney les tire constamment vers l’avant et mange de l’herbe et qu’ils restent allongés sur leur cou sans pouvoir relever la tête, vous ne devez pas seulement leur dire quoi faire pour relever la tête des poneys… vous devez leur apprendre pourquoi et comment le faire. Le pourquoi et le comment sont tout aussi importants que les étapes elles-mêmes.

Vous corrigeriez la position du bas de leur jambe pour leur donner une meilleure base de soutien. Vous leur feriez lever les mains et cela les aiderait à garder les épaules en arrière, ce qui, à son tour, aiderait à empêcher le poney de baisser la tête. Vous leur rappelleriez de continuer à pousser le poney vers l’avant, pour le faire travailler (il devrait travailler assez dur et être assez attentif au cavalier pour ne pas penser à s’arrêter pour prendre une collation).

Vous devez vous assurer qu’ils disposent de tous les outils et qu’ils comprennent ce qu’il faut faire et comment le faire. Je voudrais qu’ils s’exercent à améliorer leur position et à pousser pour un rythme plus en avant. Nous le faisions au milieu de l’arène, entre quelques cônes, pendant un moment, jusqu’à ce que leur position soit solide et qu’ils soient plus confiants. Puis, après avoir peaufiné leur position, ils se concentraient sur la prévention du problème.

De cette façon, ils seront plus confiants et la voix dans leur tête sera votre voix qui renforcera ces instructions, et non la voix effrayante qui vous dit de vous accrocher au cou de ce poney pour ne pas vous retrouver dans l’herbe pendant qu’il déguste un goûter au milieu de la leçon.

Comment approcher un cheval : les bases de l'équitation

Vos élèves craintifs et nerveux se réveilleront plus vite si vous faites tout votre possible pour décomposer les compétences que vous leur enseignez afin qu’ils comprennent pourquoi ils doivent faire quelque chose et ce que cela va faire pour les aider à contrôler le cheval.

Si vous êtes nerveux et que quelqu’un répète une instruction que vous ne comprenez pas, peu importe le nombre de fois qu’il la répète… la voix dans votre tête sera plus forte que celle des instructeurs. Vous aurez l’impression d’entendre la voix de vos instructeurs, comme si vous étiez au bout d’un tunnel et que vous étiez seul dans l’arène.

D’autre part, si vous avez enseigné à cet étudiant les compétences dont il a besoin, vous lui avez appris non seulement ce qu’il doit faire, mais aussi comment le faire et pourquoi cela fonctionne, j’ai constaté qu’il aura plus de succès. En d’autres termes, il sera utile qu’ils sachent pourquoi nous voulons qu’ils fassent quelque chose.

6. Apprendre quand et comment pousser

Parfois, à la grande consternation de nos étudiants, la seule façon de surmonter leur peur est d’être poussé. Cela étant dit, vous ne voulez pas pousser votre cavalier avant de voir clairement qu’il a la capacité de faire ce que vous lui demandez de faire.

Pousser un cavalier effrayé quand il n’est pas prêt ne va pas le forcer à le découvrir. Cela va les effrayer davantage et, pire encore, ils vont perdre leur confiance en vous. Nous ne voulons jamais que nos élèves ne nous fassent pas confiance, nous devons leur avoir appris progressivement. En s’appuyant sur une compétence et ensuite sur la suivante, de sorte que lorsqu’ils auront peur et que vous sentirez qu’il est temps de leur donner un petit coup de pouce, ils auront confiance que vous croyez en eux et que vous ne leur demanderez pas de faire quelque chose dont ils ne sont pas capables.

J’ai vu au fil des ans que la peur va de pair avec la frustration. Il est évident que nous ne pouvons pas promettre que nos étudiants ne seront jamais frustrés, mais nous pouvons l’éviter en nous assurant qu’ils sont trop confiants dans une compétence avant de passer à la suivante. De cette façon, nous espérons que nous les préparons à être prêts, ce qui devrait rendre les choses beaucoup moins effrayantes.

D’après mon expérience, si vos élèves sont sur le bon cheval pour leur niveau de compétence, et qu’ils travaillent sur quelque chose et qu’ils ont peur, il est préférable de travailler pendant quelques leçons sur ce même cheval. Même si l’élève peut être réticent, nous ne voulons pas le laisser abandonner. Parfois, cela signifie que nous devons revenir en arrière et regagner leur confiance grâce à des compétences que vous avez maîtrisées il y a quelques leçons. Au cours du processus, vous pouvez discuter de la façon dont le perfectionnement de ces compétences est lié au problème qu’ils ont rencontré.

Ensuite, lorsque vous avez une ou deux leçons de moment d’ampoule où ils voient qu’ils sont capables de faire cette étape plus facile plus instinctivement, demandez-leur ce qu’ils en pensent. Demandez-leur s’ils savent quel est le rapport entre cette étape et la chose effrayante. Je parie que si vous prenez votre temps et que vous vous remémorez les étapes précédentes et que vous leur demandez ensuite de vous expliquer pourquoi cela fonctionne, ils seront plus que prêts à s’attaquer à nouveau à cette étape plus effrayante et ils y parviendront.

7. Changer de cheval ou ne pas changer de cheval ?

Nous voulons qu’ils voient qu’ils peuvent réussir sur ce cheval sur lequel ils avaient des difficultés. Rien ne leur donnera plus de confiance que cela. Il est évident que cette règle ne s’applique pas si ce qui leur fait peur les met réellement en danger, auquel cas ils ne doivent pas être sur ce cheval. Si vous connaissez vos chevaux et vos élèves, cela ne devrait jamais être un problème.

Je parle en termes de surmonter une peur générale de ne pas savoir quoi faire quand on est un nouveau cavalier et qu’on vit ce que tous les débutants vivent sur des chevaux de leçon. Il est évident qu’aucun débutant ou cavalier craintif ne devrait utiliser un cheval aux habitudes dangereuses. De tels chevaux n’ont pas leur place dans un programme de leçons.

Plus vous enseignerez à vos élèves et plus vous leur enseignerez sur des chevaux, plus vous serez en mesure d’aider tous vos élèves à atteindre leurs objectifs, qu’ils soient super confiants ou super nerveux.

C’est notre travail de les préparer au succès

En conclusion, il est de notre responsabilité, en tant qu’instructeurs, de nous assurer que nous préparons nos étudiants à la réussite. Ce ne sera pas le cas pour tous les cavaliers. Il faut enseigner à chacun un peu différemment, et c’est normal. Je ne dis pas que vous changez votre programme ou votre système, vous changez simplement la façon dont vous le transmettez en fonction de leur personnalité et de leur niveau de confiance.