Un système social à multiples facettes

Les chevaux, comme la plupart des espèces d’ongulés, sont des animaux très sociaux. Dans des conditions sauvages ou même au pâturage, les chevaux vivent en groupes appelés harems ou bandes. Dans la nature, un harem se compose généralement d’un à six étalons, de plusieurs juments et de la progéniture des juments jusqu’à l’âge de cinq ans. Les harems ne sont pas limités à une certaine zone géographique, car ils voyagent généralement en permanence à la recherche de nourriture et d’eau. La taille des harems peut varier de 2 à 21 chevaux, les harems à plusieurs étalons étant généralement plus grands que les harems à un seul étalon. Au centre du harem se trouvent les juments elles-mêmes, qui resteront ensemble même si l’étalon meurt ou quitte le troupeau. Un étalon, le mâle le plus haut placé du harem, fait la plupart (sinon la totalité) de l’élevage, et sert à protéger le troupeau des menaces. Toutefois, cela ne veut pas dire que l’étalon est toujours le cheval le plus haut placé du troupeau, car les juments plus âgées peuvent tout aussi bien occuper la position la plus dominante. Il n’est donc pas surprenant que les descendants des juments dominantes aient tendance à devenir des individus de plus haut rang dans leur troupeau plus tard dans la vie. Ceci est révélateur des composantes génétiques et de l’expérience dans le système de hiérarchie des troupeaux.

Les relations entre les membres du harem sont multiples et dépendent de multiples facteurs. La hiérarchie des troupeaux semble être linéaire, et associée à l’âge ou à la capacité de survivre dans des situations difficiles ; elle n’est pas nécessairement basée sur la taille, le poids, le sexe ou le temps passé dans le harem, comme beaucoup de gens le supposent. Le statut au sein d’un troupeau dépend également de l’âge et du sexe des autres membres ; plus il y a de membres, et plus il y a de membres dans chaque groupe d’âge et de sexe, moins il y a de chances qu’il y ait une hiérarchie de dominance. Il est extrêmement important d’en tenir compte lors de la mise à l’écurie des chevaux, car il faut faire attention à la gestion lorsqu’on héberge des chevaux ensemble ou qu’on introduit de nouveaux chevaux dans un groupe déjà établi.

La hiérarchie des troupeaux semble être linéaire, et associée à l’âge ou à la capacité de survivre dans des situations difficiles ; elle n’est pas nécessairement basée sur la taille, le poids, le sexe ou le temps passé dans le harem, comme beaucoup de gens le supposent.

Les grades

L’étalon dominant a la priorité sur les juments en chaleur, il est souvent celui qui retire une pouliche ou un poulain du harem, et il est généralement celui qui vole les juments des autres harems. À moins qu’elles ne deviennent enceintes, les juments ont un cycle de 21 jours au printemps et en été. La plupart des pouliches et des poulains nés dans le harem restent dans le groupe jusqu’à ce qu’ils atteignent la maturité sexuelle (généralement deux ans environ), après quoi l’étalon le plus haut placé les chasse du troupeau. Même les poulains et les pouliches qui ne sont pas retirés du troupeau partent généralement seuls à l’âge de cinq ans (lorsqu’ils sont socialement matures) pour rejoindre ou établir d’autres harems. Les pouliches qui ne quittent pas leur harem d’origine ont tendance à avoir moins de descendants. Ce sont autant de méthodes efficaces par lesquelles la nature lutte contre la consanguinité.

Les jeunes étalons qui sont retirés de leur troupeau d’origine peuvent rester seuls pendant quelques mois avant de rejoindre d’autres mâles solitaires, formant ainsi des troupeaux de « célibataires ». L’individu le plus dominant de ces étalons célibataires est généralement le premier à acquérir une jument et à commencer un harem, après quoi ce cycle se poursuit avec les autres étalons. Les jeunes pouliches nouvellement chassées de leur troupeau peuvent choisir de rejoindre temporairement un troupeau de célibataires pour se protéger, mais sont aussi souvent fusionnées dans d’autres harems plus établis par leur étalon dominant. En dehors de la « phase de célibat », les étalons sont rarement seuls ; si cela se produit, l’étalon est généralement trop vieux ou autrement inapte à rejoindre ou à entretenir un harem.

Coliques et ulcères d'estomac chez les chevaux

Alors que le classement du troupeau chez les étalons est principalement basé sur l’accès aux juments et aux pouliches, le classement chez les juments est généralement déterminé par la manière dont les juments peuvent mener le troupeau vers les ressources ou offrir une protection au troupeau. Lorsqu’un harem se déplace en tant qu’unité, la femelle dominante mène souvent à l’avant, tandis que l’étalon dominant suit de près le troupeau pour s’assurer que toutes ses juments et tous ses poulains suivent. Les harems étant principalement composés de femelles, ce sont elles qui décident de quitter le harem ou d’y rester ; cette décision est généralement basée sur des facteurs tels que le nombre et la qualité des étalons, et la quantité de ressources disponibles. Les femelles dominantes peuvent effectivement interférer avec l’allaitement des poulains des femelles moins dominantes ; il peut s’agir d’une variante de la « survie des plus aptes », car les poulains des juments plus dominantes ont plus de chances de survivre s’ils ne sont pas en compétition pour les ressources avec les poulains des juments moins dominantes. Comme beaucoup d’animaux de troupeaux sociaux, les juments peuvent former des « amitiés » et se toiletter de préférence. Aussi impitoyable que certains de ces comportements puissent paraître, ce schéma est typique de nombreuses espèces de troupeaux ; la hiérarchie est déterminée principalement par le fait que les animaux de rang inférieur s’en remettent à ceux de rang supérieur, et non par les résultats des combats ou des mises à mort.

Les effets du classement n’existent pas seulement entre les individus, mais aussi entre des troupeaux entiers eux-mêmes. Les troupeaux avec plusieurs étalons sont plus dominants que les harems avec un seul étalon. Ceci est très probablement dû au fait que les étalons de rang inférieur au sein d’un troupeau mènent la plupart des combats qui se produisent entre les troupeaux pour tenter de voler des juments pour eux-mêmes. Les troupeaux qui occupent une zone ou utilisent une ressource (comme un point d’eau, une zone de pâturage, etc.) ont tendance à la conserver pendant de longues périodes, ce qui éloigne les autres harems. Les harems, ainsi que les chevaux individuels qui les composent, suivent des schémas spécifiques de marquage fécal comme forme de communication.

Aussi impitoyable que certains de ces comportements puissent paraître, ce schéma est typique de nombreuses espèces de troupeaux ; la hiérarchie est déterminée principalement par le fait que les animaux de rang inférieur s’en remettent à ceux de rang supérieur, et non par les résultats des combats ou des mises à mort.

Reproduction et gestation

Les trois phases du comportement sexuel chez les chevaux sont la cour, l’accouplement et le comportement post-accouplement. Pendant la parade nuptiale, l’étalon s’approche d’une jument en période d’œstrus (ou de chaleur), la caresse, la renifle, la muselle et la toilette, tout en montrant souvent la réponse des flehmen (en levant la tête, en bouclant la lèvre supérieure et en inhalant par les narines) pour déterminer son statut hormonal. Si la jument n’est pas encore dans sa phase réceptive, elle peut crier, donner des coups de pied ou s’enfuir pour montrer à l’étalon qu’elle n’est pas encore prête à être saillie. L’ovulation se produit généralement 36 heures avant la fin de l’œstrus, à ce moment-là, le comportement œstral commence à décliner. Lorsque la jument est prête, elle se tient immobile avec son arrière-train en direction de l’étalon, dévie la queue, urine, fait un « clin d’œil » à sa vulve et permet à l’étalon de la monter. Dans des conditions naturelles au pâturage, l’élevage peut obtenir un taux de réussite de 100 % pour l’imprégnation des juments, alors que l’élevage contrôlé ou « manuel » ne peut obtenir qu’un taux de réussite de 50 à 60 %. Cela est probablement dû à une plus grande familiarité entre les chevaux, à une plus grande fertilité due à une plus longue parade nuptiale et à une moindre agressivité.

Activités et idées pour les propriétaires de chevaux au cours du mois de février

La gestation chez les chevaux dure généralement de 315 à 365 jours, la moyenne étant de 340 jours. Les éléments qui contrôlent la durée de la gestation sont l’état nutritionnel, la période de l’année (plus courte si l’élevage a lieu à la fin de l’été) et le sexe (légèrement plus long si le poulain est mâle). Les juments accouchent presque toujours la nuit, même si elles sont exposées à une lumière artificielle constante. Après la mise bas, le lien entre la jument et le poulain se crée immédiatement. Le cheval est un animal proie, le poulain apprend donc à se lever et à marcher quelques heures après sa naissance. L’allaitement est initié instinctivement par le poulain et arrêté par la jument.

Stades et symptômes du cycle ostral d’une jument

Précoce (jours 1-3)

Signaux mixtes ; peut crier, s’accroupir, lever la queue et pulvériser de l’urine, mais ne permet pas à un étalon de monter.

La jument veut intéresser et exciter l’étalon, mais ne lui permet pas encore de se reproduire par manque d’ovulation.

Complet (Jours 4 5)

Donne tous les signaux (grincement, accroupissement, soulèvement de la queue, pulvérisation) et permet à un étalon de monter.

L’ovule est au stade de l’ovulation ou en passe de l’être. La jument va se reproduire, car la présence de spermatozoïdes dans la ou les cornes utérines à ce stade augmente les chances de conception.

En retard (Jours 6 7)

Signaux mixtes tout comme la chaleur précoce. Certains peuvent encore permettre à un étalon de monter, d’autres non.

Le comportement peut ou non permettre à la fécondation d’avoir lieu, car elle est possible dans les heures qui suivent l’ovulation, mais moins probable à ce stade.

Anestrus (pas en chaleur)

Ne cherche pas d’interaction avec l’étalon. Si l’étalon s’approche, certaines juments peuvent agir de manière agressive.

Période d’inactivité sexuelle. Si la conception a eu lieu, le tractus utérin modifie son environnement chimique et physique pour accueillir un fœtus.

Le cheval est un animal proie, le poulain apprend donc à se lever et à marcher quelques heures après sa naissance.

La petite enfance

Au cours des deux premiers mois de leur vie, les poulains dépendent entièrement de leur mère et ont une interaction minimale avec les autres chevaux du harem. Vers deux mois, le claquement (claquement de dents) commence. Le claquement est une expression faciale comportementale dans laquelle les lèvres sont rétractées et les dents serrées ensemble. Il est montré par les poulains aux chevaux adultes, en particulier les étalons. Sa fonction peut être de réduire l’agressivité des adultes, une façon de dire : « Je ne suis qu’un bébé, ne me faites pas de mal ». Il est également possible qu’il s’explique par un comportement d’allaitement déplacé (allaitement à l’air libre). L’allaitement atteint un pic à l’âge de deux mois, puis diminue régulièrement. Ce comportement n’est pas la même chose que le giflage ; le giflage est une menace agressive dans laquelle les oreilles sont couchées, la bouche ouverte et les lèvres giflées, mais les lèvres ne sont pas tirées vers l’arrière.

À l’âge de trois mois environ, les poulains entrent dans la période de socialisation. Jusqu’à cette période, le jeu est généralement solitaire. À ce stade, les poulains commencent à explorer et à jouer avec d’autres poulains. Il y a des différences entre les sexes dans le jeu ; les poulains jouent plus souvent que les pouliches, et les jeux entre poulains sont différents des jeux entre pouliches. Les poulains se concentrent davantage sur les combats et les montées lorsqu’ils jouent, tandis que les pouliches se concentrent davantage sur les courses et le toilettage. Les poulains s’occupent à la fois des pouliches et des poulains, tandis que les poulains s’occupent uniquement des pouliches. Cela a été interprété comme une pratique probable pour les futurs comportements de séduction. Le jeu est une expérience sociale importante pour le développement social normal et l’interaction dans la vie adulte. Après l’âge de quatre mois environ, les poulains commencent à développer une personnalité plus indépendante et passent plus de temps à montrer des comportements adultes, comme brouter et se tenir debout au repos.

Comment approcher un cheval : les bases de l'équitation

De jeunes chevaux affichant un comportement de claquement de dents en présence d’un cheval plus âgé.

L’importance du mouvement pour le cheval

La liberté de mouvement est un facteur majeur dans le développement des jeunes chevaux. De nombreux problèmes de comportement chez les chevaux domestiques sont souvent associés au confinement ; ils n’ont pas évolué pour rester debout dans des stalles ou des petits enclos toute la journée. Les comportements courants liés au confinement comprennent l’agressivité de la reproduction, la mastication du bois, le cribbing, le pica, la marche dans les stalles, le tissage, le tripatouillage et l’automutilation. Il est souvent possible de prévenir ces comportements en consacrant beaucoup de temps à la participation et en pratiquant une activité physique ; cependant, ces comportements sont souvent un casse-tête à inverser ou à gérer une fois qu’ils sont établis. À l’état sauvage, les chevaux passent au moins 60 % de leur journée à chercher de la nourriture et à explorer, et prennent de nombreux petits repas par jour. En général, le reste du temps d’un cheval est consacré au repos, aux activités sociales avec les autres membres du troupeau et à la captivation des humains par leur beauté et leur esprit libre. Pour les professionnels de la médecine vétérinaire qui souhaitent en savoir plus sur les comportements sociaux des chevaux et sur la manière d’appliquer ces connaissances à leur pratique, consultez la rubrique « Comportement équin » : A Guide for Veterinarians and Equine Scientists est une excellente source d’informations plus détaillées.

Sources / Lectures complémentaires

  • Comportement social des chevaux – Comportement – Manuel vétérinaire de MerckApprenez-en plus sur le sujet vétérinaire du comportement social des chevaux. Trouvez des détails spécifiques sur ce sujet et des sujets connexes dans le manuel vétérinaire de Merck.
  • Comportement social normal chez le cheval – Propriétaires de chevaux – Manuel vétérinaire MerckApprenez-en plus sur le sujet vétérinaire du comportement social normal chez le cheval. Trouvez des détails spécifiques sur ce sujet et des sujets connexes dans le manuel vétérinaire de Merck.
  • Problèmes de comportement chez le chevalApprenez-en plus sur le sujet vétérinaire des problèmes de comportement chez le cheval.

Quiz sur le comportement des équidés

Pour chaque question, choisissez la meilleure réponse. La clé de réponse se trouve ci-dessous.

Un étalon est toujours le membre le plus dominant d’un harem.

  • Vrai
  • Faux

Quels sont les signes de l’œstrus (chaleur) chez une jument ?

  • S’allonger, rouler, se pousser sur les côtés
  • Pieds qui piétinent, déplacement fréquent du poids
  • Montrer de l’intérêt pour l’étalon, couiner, s’accroupir, lever la queue, pulvériser de l’urine
  • Se tenir immobile, la tête basse

Quel est l’objectif de la réponse de Flehmen dans un étalon ?

  • Pour sentir la nourriture et l’eau.
  • Pour déterminer le statut hormonal d’une jument.
  • Pour menacer les chevaux proches.

Quel est l’objectif du comportement de claquage (ou « claquage de dents ») chez les poulains ?

  • Pour démontrer aux chevaux plus âgés « Je ne suis qu’un bébé, ne me faites pas de mal ».
  • Pour indiquer qu’ils ont faim.
  • Pour menacer d’autres poulains.

Quel est le problème comportemental le plus courant associé à l’enfermement ?

  • Colique
  • Cribbing
  • Laminitis

Les réponses

Faux

Montrer de l’intérêt pour l’étalon, couiner, s’accroupir, lever la queue, pulvériser de l’urine

Pour déterminer le statut hormonal d’une jument.

Pour démontrer aux chevaux plus âgés « Je ne suis qu’un bébé, ne me faites pas de mal ».

Cribbing