Quiconque a eu une jument en retard peut facilement reconnaître ces huit étapes du poulinage, c’est-à-dire en elles-mêmes. Après avoir attendu près d’un an l’arrivée du poulain, on s’impatiente un peu !

Première étape : l’enthousiasme

Ah, la joie que nous ressentons lorsque le vétérinaire, le bras immergé dans les parties basses de la jument, nous fait un clin d’œil et nous dit : « Il y a un bébé là-dedans ! » Quelle excitation ! Dans seulement 340 jours, il y aura un poulain tout neuf sur le sol, ses petits sabots couverts de « pantoufles dorées », son petit museau couvert de moustaches douces, et son petit corps pelucheux couvert de cette nouvelle odeur de cheval. On ne peut pas attendre. Il n’y a rien de tel qu’un nouveau poulain.

Il n’y a pas de doute : nous sommes enthousiastes. Pendant quelques onze mois, nous élevons cette jument. Nous essayons d’imaginer à quoi ressemblera le poulain ; est-ce que ce sera un poulain ou une pouliche ? De quelle couleur ? Nous travaillons sur la génétique des couleurs. Nous rédigeons des noms potentiels sur des bouts de papier. Nous inscrivons la date d’échéance dans notre calendrier. Nous disons volontiers à nos amis : « Oh-je ne peux pas continuer ce jour-là. Il y aura un nouveau poulain cette semaine-là ! » Nous publions des photos de notre jument enceinte sur Facebook. Nous sommes excités.

Deuxième étape : l’arrestation

Mais à mesure que le jour approche, nous changeons. Tout comme le corps de la jument change, et le poulain change de position, nous commençons à passer de l’excitation à l’appréhension. Nous commençons à lire la pile de kgs sur le poulinage. Notre cœur saute un battement quand nous arrivons à la partie sur la « dystocie » ou le « sac rouge ». Nous savons que 90% des juments poulinent sans difficulté – et que les juments ont pouliné pendant des milliers d’années sans que nous soyons là pour les aider – mais nous pensons que nous devons nous préparer au pire, au cas où. Nous lisons les histoires effrayantes et regardons les images effrayantes et nous commençons à craindre ce qui va – peut – aller mal.

En attendant, notre jument est parfaitement heureuse. Elle apprécie l’attention supplémentaire, l’alimentation supplémentaire que nous lui donnons pour nous assurer qu’elle reçoit suffisamment de nourriture pour subvenir à ses besoins et à ceux du poulain. Elle adore le temps que nous passons à répondre à ses besoins, à garder la stalle très propre et à la soigner pour qu’elle soit magnifique sur les premières photos avec le nouveau poulain.

Troisième étape : Déni

Mais le jour 340 va et vient. Nous vérifions la jument religieusement — plusieurs fois par jour. Nous extrayons quelques gouttes de lait, en vérifiant la consistance et la couleur. Nous surveillons la mise en sac, l’épilation à la cire, les changements de comportement, l’assouplissement des muscles autour de la queue, les changements de forme du corps. Nous dormons dans la stalle vide de la grange, entourés de sacs de couchage et de lits de camp, de lampes de poche et de tasses thermiques remplies de café. Le lendemain matin, nous nous regardons dans le miroir et essayons de nettoyer les cernes sous nos yeux. Nous retournons dans la grange et nous fixons à nouveau la jument : cela ne peut pas être réel. Elle ne peut pas être en retard.

Stades de la grossesse chez la jument et de la naissance du poulain

Chaque fois que nous nous réveillons, nous nous précipitons vers la stalle de poulinage, en regardant d’abord si la jument est debout, puis nous nous dirigeons vers le bas. Nous savons tout de suite si elle a pouliné rien qu’en regardant ses oreilles : une fois qu’un poulain est arrivé, les oreilles de la jument s’inclinent vers l’arrière ; elle se concentre entièrement sur ce petit bébé. Si ses oreilles sont tournées vers nous à l’approche, il n’y a pas encore de bébé. Nous ne pouvons pas le croire.

Nous recalculons les jours de reproduction. Il doit y avoir un problème : elle ne peut pas être en retard. Le propriétaire de l’étalon doit avoir fait une erreur. Nous avons seulement prévu trois jours de congé pour être ici. Ce n’est pas possible. Pourquoi moi, Seigneur ? Nous ne pouvons pas croire qu’après tout, notre jument ne produise pas, après avoir planifié, nourri, soigné et organisé tout cela.

Quatrième étape : La colère

Nous sommes fatigués, maintenant. Elle aurait dû pouliner il y a trois jours. Nous avons passé un an à préparer cette jument pour cet événement, et elle n’a toujours rien fait. Nous avons investi dans sa bonne santé et veillé à ce qu’elle soit en forme. Nous avons retiré ses chaussures, enveloppé sa queue et renoncé à des semaines de sommeil – et voilà les remerciements que nous recevons ? Nous passons de notre gentillesse nourricière à l’agacement et à la colère. Nous avons cessé d’appeler la jument « Sweet Mama » chaque fois que nous étions près d’elle, et nous avons commencé à l’appeler « Nasty Old Bag ! »

Nous avons été trahis, et nous ne sommes pas satisfaits. Des amis nous appellent et nous demandent : « C’est déjà là ? » et nous jurons à haute voix. On leur dit qu’on va fermer la porte de la grange à la jument et qu’on va sortir le bébé. Ils rient. On raccroche.

Nous avons cessé de lui faire des massages quotidiens et nous la poursuivons un peu autour du corral, en partie parce que nous savons que l’exercice est bon pour les juments enceintes, et en partie parce que cela nous fait du bien de la voir se balader comme ça.

Cinquième étape : Négociations

La colère ne nous a mené nulle part. Il y a maintenant une semaine de retard. La fatigue a cédé la place à un épuisement complet du corps, comme chez les zombies. Nous commençons à négocier avec la jument. « Allez, petit Cody. Prends le poulain ce soir et je ne te vendrai jamais. Que veux-tu, Cody ? Plus de purée de son ? Qu’est-ce que tu veux de moi ? Quoi que ce soit, tu l’as. Prends le poulain, Cody. Prends-le ce soir. » Elle nous regarde avec ces grands yeux ronds et doux. Elle lève légèrement la queue – nous reprenons notre souffle par anticipation – et elle passe des gaz. Des juments.

Élever des chevaux miniatures

Nous faisons d’autres promesses. Nous promettons de lui acheter un nouveau masque anti-mouches, d’abandonner les éperons et de ne plus jamais, jamais, la mettre à la porte avec la jument du patron et la laisser se faire bousculer. Nous lui apporterons des carottes tous les jours et deux fois le week-end. Elle aura une si belle vie. Il suffit d’avoir le poulain. On dirait un vendeur de voitures d’occasion : « Alors, qu’est-ce qu’il faut pour que tu puisses faire un poulain ce soir ? »

Sixième étape : Dépression

Nous avons maintenant dix jours de retard. La jument se dandine comme une oie avec une couche de caca. Ça n’a peut-être pas de sens, mais quand avons-nous eu un sommeil décent pour la dernière fois ? Nous sommes inquiets, fatigués et déprimés. Nous sommes apathiques et avons du mal à nous exciter. « Alors, un nouveau bébé en route, hein ? » dit quelqu’un, en voulant bien faire. Nous les regardons avec autant d’émotion que possible à ce stade. « Oui, et alors ? », murmure-t-on. « Peu importe. » À ce stade, on se dit qu’on abandonnera complètement les chevaux si on en a l’énergie. Pourquoi avons-nous jamais élevé notre cheval de toute façon ? On est des perdants.

Dans quelle mesure pouvez-vous établir des relations ?

Septième étape : Acceptation

Deux semaines de retard, et tout va bien. Nous avons cédé aux caprices des dieux païens du poney. La nature suivra son cours. « Quand cette jument va-t-elle pouliner ? » demandent nos amis. « Quand elle sera prête », nous sourions. « Vous n’êtes pas inquiets ? » disent-ils. « Oh, non, ce qui va arriver arrivera », nous disons stoïquement. Nous avons cessé d’envelopper la queue de la jument tous les soirs ; nous savons que nous ne pouvons pas nous dépêcher. Nous reconnaissons que tout va peut-être bien, mais même si ce n’est pas le cas, nous pouvons le gérer. Nous avons cessé de dormir dans la grange.

Nous vérifions la jument à minuit. Elle est juste là, parfaitement contente. Nous sommes d’accord avec ça. Nous avons une attitude zen, maintenant. Que sera, sera. Ce qui sera, sera.

Trois semaines passent. Quatre. La jument porte maintenant le poulain depuis plus d’un an. Nous appelons le vétérinaire… mais plutôt que de poser des questions paniquées, nous lui laissons un message joyeux : « Eh bien, ça fait plus d’un an maintenant. Elle est sérieusement en retard. Mais elle n’est pas en détresse, et elle l’aura quand elle sera prête à l’avoir ! A plus tard ! » Nous sommes passés du passif au sublime. Nous dormons.

Huitième étape : Excitation

Nous nous dirigeons vers la grange. Après tout, cela fait maintenant 368 jours que la jument a été élevée pour la dernière fois. Nous sommes des vétérans de guerre de la gestation. Nous avons déjà préparé notre chai – de la bonne manière, avec un sachet de thé, sans trempage, et du miel, pré-mélangé et fondu avant d’ajouter le chai, et un peu de crème fouettée par-dessus. Après tout, pourquoi se dépêcher ? La jument ne va pas avoir ce poulain de sitôt, de toute façon – vérifiez, cela fait un an. Pourquoi se presser ?

Comment entraîner votre cheval de débutant

Mais dès que nous franchissons la porte d’entrée, nous le sentons. Nous pouvons voir ses oreilles, inclinées vers l’arrière comme elles le font ; son cou, plié au sondage alors qu’elle se penche pour museler ce qui ne peut être qu’un poulain tout neuf. Elle est alerte partout, rayonnante, vraiment rayonnante. C’est vrai. Ils brillent. Ils respirent le bonheur. Elle fait ce petit « huh, huh » que les juments font à leurs bébés. On commence à courir, juste assez lentement pour ne pas effrayer la nouvelle maman. Chai se glisse hors de la tasse. On jette la tasse dans les buissons. On est dans une impasse maintenant. Il y a un nouveau bébé ! Il est là ! Il est debout ! Il a tout ce qu’il y a de neuf : des parties de cheval, des petits doigts, des petits orteils… enfin, des petits sabots, en tout cas.

Nous commençons à appeler, envoyer des SMS, tweeter et prendre des photos du bébé avec nos smartphones en même temps. « Il est là ! » est tout ce que nous avons besoin de dire, et le monde le sait. Nos amis les chevaux nous répondent : « Un trou ou deux ? » et nous réalisons, dans notre hâte de vérifier le placenta et de tremper le moignon ombilical, d’imprimer le poulain et d’admirer les marques blanches que nous n’avons pas vérifiées pour voir s’il est un « il » ou un « elle ». Dans notre excitation, il est gênant de réaliser que nous venons de tremper son petit garçon dans l’antiseptique et que nous avons totalement raté le moignon ombilical, mais cela arrive. Nous sommes excités. Il est là.

Nous l’avons fait. Nous avons eu notre poulain. Il est magnifique ! Et il semble que ce ne soit qu’hier que nous avons accouplé cette jument. Est-ce qu’on se reproduit ? Nous ricanons. Bien sûr ! On a hâte de recommencer ! Rien n’est plus excitant que d’avoir un poulain à attendre avec impatience !

Préparez votre kit de poulinage !

  • Le kit de poulinage essentiel pour les nouveaux propriétaires de jumentsFélicitations ! Vous êtes sur le point de vivre l’une des expériences les plus enrichissantes de la possession d’un cheval : l’arrivée de votre poulain tant attendu. Voici ce que vous devriez avoir sous la main.

Questions Réponses

Question : Ma jument a douze jours de retard, et aucun lait n’est encore apparu. Dois-je m’inquiéter ?

Réponse : Non, il n’y a pas encore de raison de s’inquiéter. Parfois, les juments n’accouchent qu’immédiatement avant le poulinage imminent ; d’autres juments commencent à accoucher des semaines à l’avance. Êtes-vous sûr des dates de reproduction, et votre jument a-t-elle été contrôlée/palpée et trouvée pleine ?