Pourquoi le nez de mon cheval saigne-t-il ?

Les saignements de nez chez les chevaux peuvent être extrêmement effrayants pour les propriétaires, mais dans la grande majorité des cas, ils ne sont pas causés par une affection grave. En fait, la plupart d’entre eux disparaissent en 20 minutes sans effets durables.

Le terme médical pour les saignements de nez des chevaux est épistaxis équine, et non pour minimiser cette condition, mais une grande majorité de ceux-ci ne sont pas dangereux pour votre cheval. Cependant, la quantité de sang qui circule est très importante, et il est également important de savoir si le sang circule dans une ou deux narines. Certains chevaux ont régulièrement un certain degré de saignement de nez après un exercice physique intense.

8 Causes courantes de saignements de nez chez les chevaux

Gratter ou se frotter le nez

Objet(s) étranger(s) dans les voies nasales

Traumatisme crânien

Mycose de la poche gutturale

Polypes respiratoires internes

Sinusite

Les tumeurs respiratoires

Hémorragie pulmonaire interne

(Chacun d’entre eux est décrit en détail ci-dessous).

Pourquoi le nez de mon cheval saigne-t-il ?

grattage de démangeaison. Des actions insignifiantes du cheval, comme se gratter en frottant contre quelque chose dans l’environnement, peuvent provoquer de petites déchirures dans la muqueuse du nez, produisant un saignement de nez à court terme sans effets durables.

Objets étrangers coincés dans les voies nasales. Lorsque le saignement est accompagné de toux, il s’agit souvent d’une obstruction étrangère à l’origine du problème. Les systèmes respiratoires équins sont conçus pour absorber des quantités massives d’oxygène au niveau des narines. Cela peut entraîner l’introduction de corps étrangers dans les narines du cheval.

La gestion du cheval dominant

Traumatisme crânien. Une chute ou un impact soudain sur la tête du cheval peut provoquer un saignement de nez. Souvent, ce saignement se résorbe en quelques minutes, mais il peut aussi être le signe d’un grave traumatisme cérébral interne. Si le cheval semble confus, a une porte instable ou une taille de pupille inégale, cela peut être le signe d’un état plus grave.

Mycose de la poche gutturale. Il s’agit d’une infection fongique de la poche gutturale du cheval. Cette affection est de nature grave et est souvent marquée par des saignements constants et parfois abondants des deux narines. Une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour contrôler cette affection.

Polypes respiratoires internes. Les polypes respiratoires internes ou hématomes ethmoïdes progressifs sont des tumeurs des tissus mous qui, lorsqu’elles sont perforées, provoquent un flux sanguin important. Cependant, cette condition ne se produit que chez un cheval sur 2 500.

Sinusite. C’est lorsque les cavités autour des voies nasales du cheval s’enflamment. Cette affection peut provoquer un saignement du nez du cheval ou, plus souvent, un écoulement de liquide d’une seule narine. Même lorsque les sinus du cheval sont enflammés, il y a production de sang. Cela peut être le signe d’une infection grave et il peut être nécessaire de prescrire des antibiotiques.

Tumeurs respiratoires. Il s’agit d’une affection qui se produit fréquemment chez les chevaux. Les tumeurs peuvent être de nature bénigne ou très grave. Seuls des tests en laboratoire peuvent déterminer si une tumeur est de nature grave.

Hémorragie pulmonaire interne. Les saignements des deux narines peuvent également provenir d’une hémorragie interne dans les poumons ; c’est ce qu’on appelle une hémorragie pulmonaire induite par l’effort. Le sang provenant de ce type de saignement de nez sera d’une couleur rouge profond et très lourd.

Comment monter à cheval et prendre soin des chevaux arabes

Si vous craignez que votre cheval ne souffre d’une affection grave, vous devez contacter un vétérinaire qualifié dès que possible.

Quand contacter un vétérinaire

Il arrive que les propriétaires doivent rapidement demander l’attention d’un vétérinaire pour déterminer si la situation est problématique, par exemple en cas de traumatisme aigu ou d’hémorragie qui dure plus de 15 minutes. Une bonne règle consiste à contacter un vétérinaire qualifié en cas de débit très important, si le sang s’écoule des deux narines ou s’il y a une blessure importante aux voies nasales.

Les saignements de nez récurrents qui semblent ne pas avoir de source discernable doivent également être évalués par un vétérinaire pour déterminer la cause du problème. Si le saignement de nez vous inquiète, il est temps de contacter un vétérinaire.

Comment soigner le nez ensanglanté d’un cheval

  • Gardez le cheval aussi calme que possible.
  • Il est conseillé de placer une compresse froide ou une poche de glace sur la région située sous les yeux.
  • Ne placez jamais rien à l’intérieur de la cavité nasale pour supprimer un saignement, car il peut être aspiré dans les voies nasales et provoquer de graves complications.
  • Appelez toujours un vétérinaire si un saignement persiste pendant plus de 15 minutes et indiquez-lui si le sang provient des deux narines, si le problème est récurrent ou s’il semble s’aggraver de manière aiguë ou chronique.

N’oubliez pas que les chevaux ont un volume de sang beaucoup plus important que les humains, donc si des saignements de nez se présentent même en quantité apparemment importante, le propriétaire ne doit pas paniquer mais doit quand même contacter un vétérinaire. En attendant, appliquez des serviettes froides ou des poches de glace sous les yeux, comme il est conseillé, pour ralentir le flux jusqu’à ce qu’une attention professionnelle soit accordée.

4 façons de trouver un cheval à acheter

Traitement des saignements de nez chez les chevaux

Les vétérinaires se sont tournés vers des avancées technologiques telles que les endoscopes pour chevaux afin d’obtenir une vision réelle de ce qui provoque les saignements de nez chez les chevaux. Grâce à cette méthode à fibres optiques, ils sont capables de localiser la source du saignement et de déterminer ses effets. Lorsque l’endoscopie ne révèle pas de problème, les vétérinaires peuvent avoir recours à la radiographie du crâne pour tenter de diagnostiquer le problème afin de prendre les mesures médicales appropriées. Cette méthode est efficace, en particulier pour les chevaux nerveux qui ne supportent pas le passage du tube par le nez.

Seuls des vétérinaires compétents devraient entraver les narines du cheval pour quelque raison que ce soit, y compris pour essayer de maîtriser le saignement de nez en raison de la possibilité réelle d’étouffer le cheval.

Recouvrement

Le traitement peut aller du repos à la chirurgie, de sorte que le rétablissement est également très différent. Toutefois, des médicaments peuvent être administrés pour aider à maintenir le calme du cheval pendant toute la durée de la période de récupération. En cas d’opération, des médicaments peuvent également être administrés pour prévenir l’infection et un confinement stable peut être conseillé.

Le cheval doit être immobilisé et ne doit être remis en production que progressivement, au fur et à mesure que le cheval montre, et que le vétérinaire confirme, que sa santé s’améliore comme il le devrait.

Sondage des lecteurs